Débat de la primaire à droite : un énorme lapsus de Copé a beaucoup fait rire Sarkozy et NKM | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Révélateur ?

Débat de la primaire à droite : un énorme lapsus de Copé a beaucoup fait rire Sarkozy et NKM

Le candidat de la "droite décomplexée" a commis un curieux impair.

Un impair qui a fait beaucoup rire. Jeudi soir, lors du second débat assez tendu entre les candidats à la primaire de la droite et du centre, Jean-François Copé, extrêmement bas dans les sondages, a tenté de faire valoir ses propositions et ses méthodes "de choc". Mais le candidat de la "droite décomplexée" a commis un curieux lapsus devant les journalistes.

"J’assume qu’il ne faut pas gouverner par référendum, car c’est une machine à perdre", a-t-il martelé. "J’assume qu’il faut un gouvernement de choc avec des ministres de gauche…. Avant de se reprendre immédiatement et de poursuivre "des ministres de droite et surtout pas des ministres de gauche".

Cet emmêlement de pinceaux a fait beaucoup rire toute l’assistance, notamment Nathalie Kosciusko-Morizet et Nicolas Sarkozy. Jean-François Copé a tenté de se rattraper en déclarant que ce lapsus l’amène à dire que je trouvais un peu bizarre l'ouverture à gauche d'il y a quelques années"… à savoir, au tout début du gouvernement de Nicolas Sarkozy.

Lu sur Le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !