Clash entre Florian Philippot et Bernard Guetta ce jeudi sur France Inter | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Crédits Photo: Reuters

Mots croisés

Clash entre Florian Philippot et Bernard Guetta ce jeudi sur France Inter

Pour le vice-président du FN, il y a des nazis au pouvoir en Ukraine. "Faux" a répondu le spécialiste de géopolitique internationale.

Rififi ce jeudi matin à France Inter. Après son interview, Florian Philippot, invité de la matinale a eu un échange musclé avecBernard Guetta , spécialiste de géopolitique internationale. Les deux hommes se sont écharpés sur la situation en Ukraine. Pour le vice-président du FN, il y a des nazis au pouvoir. "Faux" répond le spécialiste qui a ajouté "aux dernières élections, l'extrême droite ukrainienne représentait moins que l'extrême droite en France".

"Arrêtez de dire que l'Ukraine serait gouvernée par des nazis. C'est tout simplement n'importe quoi ! Ça me déplait beaucoup, parce que ce n'est pas la vérité" a enciore dite Bernard Guetta. "Monsieur Guetta, cet empressement systématique à reprendre la propagande américaine et à défendre la position de Washington à chaque fois que vous parlez. Vous êtes le porte-parole de la diplomatie américaine. Je suis beaucoup plus critique et beaucoup plus raisonnable que vous" a renchéri le député européen.

"Monsieur Philippot, il peut se taire plutôt !" a dit Guetta. "C'est bien ! C'est très Charlie, ça. Un journaliste qui dit à un homme politique 'taisez-vous'" réplique Philippot. Réponse de Guetta : "Quand vous me dites de me taire, je vous dis de vous taire". "Vous montrez votre vrai visage. Je parlerai, parce que j'incarne des millions de Français qui ont voté pour le Front national. Pas vous" a conclu le représentant du FN. Patrick Cohen a eu du mal à apaiser tout cela.

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !