Clash à la télévision libanaise : une présentatrice remet à sa place un cheikh islamiste | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: Reuters

Mise au point

Clash à la télévision libanaise : une présentatrice remet à sa place un cheikh islamiste

Rima Karaké, une présentatrice libanaise, a interrompu une interview avec un religieux musulman sunnite installé à Londres. L'homme venait de lui demander de se taire.

Sur son plateau, c'est elle la patronne. Et désormais plus de 2,5 millions de personnes en sont témoin, après la diffusion de la vidéo sur internet. Rima Karaké, une présentatrice de la chaîne libanaise Al-Jadeed, a coupé le micro lors d'une interview en duplex à un cheikh islamiste égyptien qui venait de lui intimer l'ordre de se taire. Des déclarations qui n'ont pas plus à la journaliste qui a préféré interrompre l'interview.

Installé à Londres, Hani Al-Seba'i, leader musulman sunnite était interrogé sur le ralliement de certains Chrétiens à l'organisation Etat islamique. A coup de digressions historiques, le cheikh ne répond pas aux questions. La présentatrice tente dans un premier temps de recadrer son invité en tentant de l'interroger les questions actuelles.

Une attitude que ne supporte pas le leader musulman qui répond violemment à la journaliste. "Vous ne me coupez pas la parole. Je réponds comme bon me semble", lui assène-t-il. Après un long échange musclé, Hani Al-Seba'i poursuit scandant qu'il "ne défendrait que les idées auxquelles il croit". Avant que Rima Karaké lui rétorque: "Dans ce studio, c'est moi qui dirige l'interview".

C'en est trop pour le cheikh islamiste. "Taisez-vous que je puisse parler", lance-t-il. Et de poursuivre: "Je m'abaisse à être interviewé par vous. Vous êtes une femme qui…" Avant que le micro de l'invité ne soit coupé. Laissant à la présentatrice le soin de faire une belle mise au point : "Sans respect mutuel, il n'y a pas d'interview possible."

Lu sur le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !