Bronca historique pour Vladimir Poutine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Rateau

Bronca historique pour Vladimir Poutine

Pour la première fois de sa carrière, le Premier ministre russe a été hué en public. Et pas qu'à moitié.

Il faut un début à tout : Vladimir Poutine, toujours très populaire depuis son arrivée au pouvoir en 2000, qu'il soit président ou Premier ministre, a été hué pour la première fois de sa carrière, alors qu'il montait sur le ring pour féliciter le poids-lourd russe Fedor Emelyanenko, qui venait de battre l'Américain Jeff Monson, lors d'un combat d'arts martiaux. Le tout en direct à la télévision russe. 

Le directeur du Stade olympique de Moscou a tenté de fournir sa propre explication de l'événement, estimant que les spectateurs sifflaient en réalité le perdant américain, qui quittait les lieux à ce moment. Pas de chance, une seconde vidéo, tournée depuis les tribunes, laisse assez peu de doutes sur l'objet des sifflets du public. On entend même un "Va t'en !", alors que Vladimir Poutine conclut ses félicitations. Les applaudissements ne reprendront que lorsqu’apparaîtra, sur l'écran, Fedor Emelyanenko.

Poutine, après deux mandats présidentiels, avait dû laisser sa place à la tête de l'Etat à Dmitri Medvedev en 2008, ne pouvant légalement briguer un troisième mandat. Mais sa volonté de reprendre son fauteuil de président faisait alors peu de doutes. Depuis, il a confirmé ses intentions en septembre dernier et briguera donc un nouveau mandat en mars prochain. Étendu à six ans, le mandat lui permettrait de rester au pouvoir jusqu'en 2018, voire 2024 s'il était réélu. Mais pour aller au bout de ses ambitions, il lui faudra éviter que ce genre d'incidents ne se reproduise. Car pendant ce temps-là, ses opposants se régalent de la vidéo.

Lu sur Metro France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !