Brésil : malgré un harpon planté dans le cou elle est toujours vivante | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Crédits Photo: Capture d'écran

Miracle

Brésil : malgré un harpon planté dans le cou elle est toujours vivante

Une Brésilienne de 28 ans atteinte par un harpon de pêche sous-marine entré par sa bouche et resté planté dans son cou se remettait jeudi de sa blessure.

C'est un véritable petit miracle qui a eu lieu au Brésil. En effet, ce mardi une jeune femme de 28 ans a reçu accidentellement un harpon dans la tête. Celui-ci est venu se loger dans son cou en passant par sa bouche. Mais elle est n'est toutefois pas décédée. "On peut dire qu'elle a ressuscité. Elle a eu beaucoup de chance, car il y a des artères qui passent dans cette zone. Il a fallu très bien planifier le retrait du harpon" qui lui a traversé la bouche et s'est logé dans la première vertèbre cervicale, a déclaré le chirurgien plastique qui l'a opérée jeudi pendant deux heures, Marcelo Amaral, à la TV Globo News.

Elisangela Borborema Rosa a été atteinte par le harpon chez elle dans la ville balnéaire d'Arraial do Cabo (État de Rio de Janeiro). Le harpon est parti accidentellement alors que son mari nettoyait son arme de pêche sous-marine. "L'arme a traversé le pharynx, lui a cassé deux molaires et s'est logée dans la première vertèbre cervicale. À quelques millimètres près, elle serait restée tétraplégique ou serait morte", a souligné le chirurgien, qui a reçu l'aide d'une équipe médicale pour retirer le harpon.

Jeudi, Elisangela était lucide et a commencé à s'alimenter par voie orale. Elle respire sans l'aide d'appareils et bouge les parties supérieures et inférieures du corps. "Elle ne parle pas encore, car la lésion est dans la bouche, mais elle écrit ce qu'elle veut", a affirmé le directeur de l'hôpital où elle est soignée, Carlos Alberto Figueiredo, cité par G1.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !