Bernard Cazeneuve : "Personne ne se pose la question de ce que serait la situation au Mali si nous n'étions pas intervenus"  | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Crédits Photo: Capture d'écran / DR / France Inter / Dailymotion
Bernard Cazeneuve France Inter opération Barkhane troupes françaises au Mali lutte contre le terrorisme

Opération Barkhane

Bernard Cazeneuve : "Personne ne se pose la question de ce que serait la situation au Mali si nous n'étions pas intervenus" 

Bernard Cazeneuve, l'ancien Premier ministre et ex-ministre de l'Intérieur de François Hollande, était l'invité du Grand entretien de France Inter ce mardi 9 février pour présenter le rapport de l’Institut Montaigne sur la défense et la sécurité. Il était accompagné par Nicolas Baverez. Bernard Cazeneuve a notamment évoqué la mission de la France dans la lutte contre le terrorisme et à tenu à saluer l'engagement et le courage des soldats français lors de leurs missions en Afrique, notamment afin d'endiguer la menace terroriste dans le cadre de l'opération Barkhane au Mali : 
"Personne ne se pose la question de ce que serait la situation au Mali si nous n'étions pas intervenus".
Bernard Cazeneuve, lors de cet entretien, s'est montré favorable à l'évolution des opérations menées dans la zone et sur le retrait progressif des troupes françaises de la région.
Bernard Cazeneuve a également évoqué le contexte de la pandémie et le crises traversées par notre pays ces derniers années. Il a décrypté les menaces sur le plan international : 
"Je pense à la crise économique et financière dans les années 2010, à la crise terroriste qui est arrivée très brutalement avec les attentats qui ont constitué un choc considérable pour la société européenne et française. Et nous sommes dans un contexte géopolitique qui a considérablement changé. L’ordre international est mis à rude épreuve avec l’effacement du multilatéralisme. Nous constatons qu’il y a des puissances hybrides, comme la Turquie ou la Russie, la Chine qui entend elle aussi faire prévaloir ses propres intérêts."
France Inter

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !