Alain Finkielkraut n'est pas le seul à critiquer et à "déraper" sur le football féminin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Crédits Photo: Capture d'écran Youtube / Cnews

Carton rouge contre le sexisme

Alain Finkielkraut n'est pas le seul à critiquer et à "déraper" sur le football féminin

La Coupe du monde féminine de football débute ce soir et se poursuit jusqu'au 7 juillet. 24 nations participent à cette compétition organisée cette année en France. L'équipe de France féminine va affronter la Corée du Sud ce vendredi soir au Parc des Princes. Le match sera retransmis dès 21 heures sur Canal + et TF1. La chanteuse Jain va participer à la cérémonie d'ouverture, quelques instants avant le coup d'envoi et le lancement officiel de la compétition. 

Le football féminin se démocratise progressivement en France et remporte de plus en plus de succès. Les performances de l'équipe féminine de Lyon en Ligue des Champions sont notamment impressionnantes ces dernières années. 

La place des femmes dans le sport et dans le sport professionnel est souvent un vaste sujet de débats dans les médias. 

L'essayiste Alain Finkielkraut, grand amateur de football, était invité sur le plateau de CNews. A cette occasion et à l'approche du coup d'envoi de la Coupe du monde féminine de football, Alain Finkielkraut a expliqué qu'il n'était pas fan du football féminin et qu'il ne suivrait pas la compétition et les matches des Bleues.

Il a indiqué qu’il ne regarderait pas le Mondial féminin car il n’avait pas envie "de voir des femmes comme ça". Il a dénoncé la dérive, selon lui, qui consiste à regarder ensuite de la "boxe entre femmes" et du "rugby féminin". 

D'autres phrases négatives ou polémiques à l'égard du football féminin ont été prononcées par le passé comme le précise la rédaction de L'Obs dans la vidéo ci-dessus. Les images compilent les "pires épisodes sexistes" dans le football. Plusieurs séquences ont en effet marqué les esprits ces dernières années. 

En décembre, lors de la remise du premier Ballon d’or à une femme de l’histoire du football, Martin Solveig avait demandé à Ada Hegerberg, une des meilleures joueuses du monde, si elle savait twerker. 

Dans "l’Emission pour tous" en 2014 sur France 2, un débat sur la diffusion des matchs entre femmes a généré une série de dérapages sexistes de la part des différents invités. 

Ada Hegerberg de l'Olympique Lyonnais, une des meilleures joueuses au monde, ne participera pas d'ailleurs à la Coupe du monde féminine de football 2019 en France. La joueuse norvégienne a décidé de protester contre le manque de considération et le manque de moyens déployés par sa fédération à l'égard de la sélection féminine. Elle a décidé de rester en retrait. 

Selon Ada Hegerberg, "l’égalité entre les sexes est un sujet toujours chaud dans la société", et dans le football en particulier, "on dort complètement" :

"Je constate que les jeunes filles n’ont pas les mêmes opportunités que les garçons, la façon dont on les traite et les conditions qu’on leur offre. C’est ce que j’ai vécu en sélection, je n’ai jamais eu la place de m’exprimer et de rester moi-même depuis toute jeune. Si je voulais commencer une guerre avec ma fédération, je pourrais entrer dans les détails. Mais ce ne serait pas constructif, pas en ce moment. Au début, j’ai été claire, je voulais que ça reste en interne. J’avais expliqué mes raisons à la fédération. Puis elle a commencé à mal parler publiquement et j’ai été obligée de réagir. Dommage pour eux, mon seul but était de les faire progresser".

L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !