Agent des impôts tué dans le Pas-de-Calais : « Nous avons le cœur brisé », affirme Attal | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers

Drame

Agent des impôts tué dans le Pas-de-Calais : « Nous avons le cœur brisé », affirme Attal

Gabriel Attal, le ministre de l’Action et des Comptes publics, s’est rendu auprès des collègues de la victime, à la direction départementale des finances publiques du Pas-de-Calais.

Gabriel Attal se dit « révolté » par le meurtre d’un agent du fisc lors d’un contrôle chez un brocanteur, la veille. « La République pleure l’un des siens », a-t-il déclaré.

« Il est révoltant qu’un serviteur de l’État, de la République, des Français puisse être (…) tué parce qu’il fait son travail », a déclaré le ministre après s’être entretenu plus d’une heure avec les collègues de la victime à Arras. Il a ajouté qu’un hommage sera rendu mercredi à la victime dans l’ensemble des services fiscaux.

Le brocanteur, 46 ans, avait séquestré la victime et une collègue avant de se donner la mort par arme à feu, a indiqué le parquet d’Arras lundi soir. La victime, un inspecteur principal des finances publiques de 43 ans, a été retrouvée morte, « probablement à la suite de coups de couteau », selon le parquet. Il s’était rendu lundi aux alentours de 15h00 au domicile de l’entrepreneur en compagnie d’une inspectrice « pour effectuer une vérification de la comptabilité ». Selon le ministre, l’inspecteur décédé est décrit par ses collègues comme une « figure rassurante, solidaire, un vrai chef d’équipe ». Le procureur de la République d’Arras doit tenir une conférence de presse à 16h15.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !