"ONPC" : François-Xavier Bellamy interpellé sur sa position sur la PMA et l'avortement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: capture d'écran Youtube / France 2

Convictions

"ONPC" : François-Xavier Bellamy interpellé sur sa position sur la PMA et l'avortement

L'eurodéputé LR François-Xavier Bellamy était invité sur France 2 ce samedi 21 septembre dans le cadre de l'émission On n'est pas couché de Laurent Ruquier. François-Xavier Bellamy a défendu sa vision et exposé son projet politique en cette rentrée. 

Lors de l'émission, il a été interpellé par l'acteur Gérard Darmon. Le comédien a reproché à François-Xavier Bellamy son manque de clarté sur ses positions sur la PMA et l'avortement.

"Vous êtes à rebrousse-poil, à côté de la plaque quant à l’évolution de la société. Vous êtes mû par la peur. Vous avez peur de tout, peur de la vie. Vous êtes a contrario de l’évolution de la société française qui, si vous le constatez ne serait-ce que ces cinq dernières années, a terriblement évolué quant à l’adhésion ou non à la GPA, à la PMA, sur (la question des) couples lesbiens, des femmes seules, des couples gays".

Gérard Darmon a également reproché à François-Xavier Bellamy un manque de clarté dans son discours. 

"À deux ou trois reprises, nous avons été perdus, en se disant : "mais il pense quoi alors ce brave monsieur?". Je préférerais nettement que quelqu’un d’aussi sympathique que vous, subtil et intelligent comme vous l’êtes, vienne s’asseoir et dise "écoutez, je vais vous dire d’emblée qui je suis : je suis un conservateur et voici mes idées. Je n’aime pas ça, je suis contre ça...". Et après on discute, puisque vous aimez la discussion. Mais là... on va chercher Simone Veil, parce que c’est quand même une bonne petite référence la Simone. On la prend, on la met à la sauce... Et en même temps il y a la déclaration du mec d’En Marche, ça fait un bon melting". 

François-Xavier Bellamy a tenté de se défendre face à cette attaque : 

"On a peur parce qu’il y a des choses qu’on aime. Moi j’aime la vie (...) Ce qui est en jeu ici justement, c’est la vie, c’est la liberté. Ca ne m’amuse pas. Je préférerais être le mec cool, bien dans son temps".

François-Xavier Bellamy a aussi été interrogé sur sa position sur l’avortement.

"Il m’est arrivé une fois sur un plateau de télévision, il y a maintenant plus d’un an, de dire qu’on pourrait réfléchir de manière rationnelle à un objectif de santé publique qui permettrait de mieux accompagner toutes les femmes dans les périodes de la vie qu’elles traversent qui peuvent être éprouvantes (...) Depuis ce jour-là, ça me vaut d’être sans arrêt reconduit à cette question. J’ai été attaqué de façon très violente parce que j’ai simplement repris les mots de Simone Veil. Effectivement, si on écoute ce que disait Simone Veil, le fait qu’un avortement n’a rien d’anodin, et que c’est une forme de drame, est-ce qu’on ne pourrait pas se dire que ça vaudrait le coup d’accompagner les femmes pour qu’elles puissent faire un vrai choix de manière vraiment libre ?". 

François-Xavier Bellamy n'a pas réussi à convaincre la journaliste Valérie Trierweiler qui lui demandait de préciser sa position.

L’eurodéputé a également abordé la question de l’extension de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires au cœur de la loi de bioéthique qui sera débattue à partir de la semaine prochaine à l’Assemblée nationale.

François-Xavier Bellamy a indiqué que le titre de son interview dans le Journal du dimanche le 15 septembre (qui évoquait une "malédiction") était "totalement caricatural". 

"La question c’est : voulons-nous reconnaître que la condition humaine est marquée par des grandes limites, des grandes frontières? (...) Est-ce que nous voulons assumer cela et le reconnaître ou est-ce que nous voulons permettre que la technique extraordinaire que nous sommes capables de développer nous conduise à sortir de cette condition humaine ?".

RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !