"On vous paie pour quoi ?" : un journaliste s’énerve contre la langue de bois du porte-parole de la Commission européenne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Crédits Photo: Capture d'écran

Du pain et des jeux

"On vous paie pour quoi ?" : un journaliste s’énerve contre la langue de bois du porte-parole de la Commission européenne

"Vous ne nous apportez aucune réponse", a lancé ce journaliste lors d'un point-presse consacré à la crise migratoire.

Le point presse de la Commission européenne a été tendu, vendredi 15 juin, lorsqu'un journaliste s'est franchement agacé du manque de réponses du porte-parole sur la question des migrants.  "Vous devez nous répondre. Vous êtes la Commission. Je vous demande, nous vous demandons : Qu’est-ce que l’article 13 signifie, bon sang ! Est-ce qu’un Etat membre peut dire : ‘Je ne veux accepter aucun réfugié venant d’un autre Etat membre’. Et ça légalement. Peut-il le faire ou pas ? Oui ou non ?", s'est-il emporté, en anglais.

"Si vous refusez de nous répondre parce que vous avez peur de l’Allemagne, vous ne pouvez pas être le porte-parole de la Commission. Qu’est-ce que vous foutez ici alors ? On vous paie pour quoi ? Vous ne nous apportez aucune réponse !", a-t-il poursuivi. La réponse du porte-parole, Margaritis Schinas, ne l'a évidemment pas convaincu : "Nous apprécions tous que vous partagiez votre état d’esprit avec nous. J’ai lu l’article 13. Vous êtes libre de l’interpréter dans le contexte qui vous convient le mieux, mais je ne le ferai pas ici."

Tandis que le journaliste quittait la salle, Margaritis Schinas a donné la parole à un autre représentant des médias... qui a soutenu son confrère. "Je pense fondamentalement que tu ne réponds pas à nos questions, à des questions qui sont légitimes", a-t-il dit. Un constat "inadmissible" selon lui.

Lu sur Brut

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !