"Blackface" : Justin Trudeau présente ses excuses après la diffusion d'une photo polémique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran Youtube / Euronews

Campagne

"Blackface" : Justin Trudeau présente ses excuses après la diffusion d'une photo polémique

Le Premier ministre Justin Trudeau fait face à une vive polémique au Canada. Une semaine après le lancement de la campagne des élections législatives, le dirigeant canadien est accusé de racisme. 

Il a été pointé du doigt pour une photographie prise lors d'une soirée déguisée en 2001. A cette époque, Justin Trudeau enseignait dans une école privée à Vancouver, en Colombie-Britannique. Le thème de la soirée était "Les Mille et Une Nuits". Justin Trudeau avait alors choisi de "se déguiser en costume d’Aladdin, y compris avec le maquillage".

Le magazine Time a dévoilé l'image et l'information a notamment été relayée par le Dailymail

Le "blackface" est considéré comme une pratique raciste. Elle consiste, pour une personne blanche, à se maquiller en noir.

Les principaux opposants à Justin Trudeau ont vivement critiqué le Premier ministre canadien. 

Justin Trudeau a demandé aux Canadiens "de le pardonner" : 

"En 2001, j'étais enseignant à Vancouver, à un gala de fin d'année scolaire, je me suis déguisé avec un costume d'Aladin et je me suis maquillé. Je n'aurais pas dû le faire. C'était une erreur (...) quelque chose que je n'aurais pas dû faire. Je regrette profondément. Je suis déçu par moi-même. Je m'excuse profondément. Je suis vraiment désolé. Toute ma vie, j'ai travaillé pour créer des opportunités pour les gens, pour lutter contre le racisme et l'intolérance".

L'avenir politique de Justin Trudeau sera tranché lors des élections législatives du 21 octobre prochain.

Euronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !