Vanessa Paradis, Anne Sinclair, même combat : “ ça ne vous regarde pas ”! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Vanessa Paradis, Anne Sinclair, même combat : “ ça ne vous regarde pas ”!
©

Revue de presse people

Vanessa Paradis, Anne Sinclair, même combat : “ ça ne vous regarde pas ”!

Elles sont en une de “ Be ” et de “ Elle ”, tiennent enfin l’occasion de taire les rumeurs, de faire le point, mais ne le font pas. Pourquoi ? Ah, ah…

Barbara Lambert

Barbara Lambert

Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.

Voir la bio »

Depuis samedi dernier, ça s’est pas arrangé, dites donc, cette rumeur sur Vanessa P. et Johnny D. Ca se serait même, limite, accentué… A tort ou à raison ? Grave question. Laissons de côté le fait que “ ça ne nous regarde pas ”. Tout le monde, de toute façon, ne parle que de ça, les très sérieux “ Nouvel Obs ” et “ Express ” compris, qui, jeudi, annonçaient sur leurs sites que Johnny roucoulerait avec Eva Greene. Info ? Intox ? En découvrant la jolie Paradis en couverture de “ Be ”, on s’est pris à rêver : et si la réponse était là ?

Vanessa, bouche cousue

Raté ! On a eu beau balayer, ratisser l’interview de Vanessa dans “ Be ” : rien, nichts, nada. Une chose, quand même, peut-être : la chanteuse, à l’affiche de “ Café de Flore ” (dans les salles mercredi prochain) a commencé sa promo. Et quand y’a promo, y’a forcément pas de bobo, juste une règle : silencio. A l’heure où la petite Frenchie que le monde entier nous envie entame ce que “ Grazia ” appelle “ son année ”, y’a intérêt à ce que ça roule, tout doux et sans à-coup. Le magazine nous l’annonce : en 2012, l’ex-Lolita figurera au générique de quatre films, pas moins, “ soit le quart d’une filmographie inaugurée en fanfare avec “ Noce blanche ”, il y a maintenant vingt-trois ans. A 39 ans, Vanessa Paradis aurait donc décidé de combler ce à quoi elle nous avait habitués : le manque ”. Et d’entretenir le mystère le plus longtemps possible ?

Vanessa entretient le mystère

Le mystère, justement, Vanessa, elle sait faire… “ Rare, discrète, dosant ses apparitions publiques au compte-gouttes, elle a tranquillement construit son mythe, presque malgré elle, poursuit “ Grazia ”. Et pourtant, à y regarder de plus près, celle qui incarne pour la génération biberonnée aux années 80 à la fois l’éternelle meilleure amie et l’idéal féminin sait ce qu’elle veut, et où elle va. On ne devient pas une icône en croisant les bras ”. Tiens donc ! Et comment a-t-elle fait ça ?

Vanessa, reine de la mise en scène

D’abord, nous dit “ Grazia ”, en appliquant “ l’adage “ mieux vaut faire envie que pitié ” ”, ce qui implique “ d’être heureux et de mépriser les rumeurs qui prétendraient le contraire ”. Okay… Ensuite, reprend l’hebdo, “ en prenant son temps. L’année dernière, elle confiait ainsi au “ Guardian ” : “ Ma mère m’a appris la patience. Elle m’a fait tout simplement comprendre que les situations difficiles se débloquent souvent d’elles-mêmes ”. Ah, vraiment ?… Last but not least, botte en touche le people, “ notre Kate Moss nationale a su fixer dans nos esprits des images fortes et inoubliables, de la Lolita incendiaire de “ Tandem ”, le clip réalisé par Jean-Baptiste Mondino, au petit oiseau insaisissable de la campagne Coco Chanel, signée Jean-Paul Goude. Cette fille, c’est évident, conclut le mag, maîtrise l’art de la mise en scène ”. “ Grazia ”, “ Grazia ”, chercherais-tu à nous faire passer un message ? Une chose est sûre — si tant est qu’on t’ait bien lu entre les lignes, “ Grazia ” bella — on risque d’en manger encore longtemps, de “ la rumeur ”.

Anne Sinclair dans “ Elle ”

Quel message exact Anne Sinclair a-t-elle voulu faire passer dans “ Elle ” ? Lecture faite des huit pages d’entretien — oui, huit ! —, le mystère reste entier (bis repetita). Après cinq pages de tournage autour du pot sur le lancement du “ Huff Po ” (prévu lundi prochain), “ Elle ”, enfin, se lance, et ose aborder l’affaire DSK. “ Le moment (de parler) est-il arrivé ? ”, demande timidement le mag au bout de dix lignes de circonvolutions. —“ Je comprends qu’en tant que journaliste vous ayez des questions à me poser sur ce sujet précis, répond Anne Sinclair, mais je suis désolée pour vous : ce n’est pas aujourd’hui que j’y répondrai. Un jour, peut-être, je parlerai des événements qui se sont passés, mais si j’ai envie, quand j’aurai envie et comme j’en aurai envie. En attendant, j’estime que personne n’a à m’intimer l’ordre de parler ” ”. C’est curieux : on dirait qu’une porte a claqué.

Anne Sinclair et les femmes

Fin de la discussion ? Padtafait. “ Elle ” revient à la charge : “ Est-ce que vous comprenez que certaines femmes aient pu être décontenancées, voire déçues, par votre soutien inconditionnel à votre mari ? ” —“ Que des femmes se soient senties déçues par moi, je suis navrée de le dire mais c’est leur problème ! ” Et vlan, encore une porte ! Y’a un courant d’air, ou quoi ?

Bravement, le mag remonte à l’assaut : “ Et le fait que vous seriez une victime consentante, qui renverrait les femmes à une conception archaïque du couple, parce que asymétrique, inégalitaire… ” —“ Qu’est-ce que vous en savez ? La dimension asymétrique du couple, c’est au moins autant quand l’homme gagne deux fois plus que la femme, quand l’homme est violent et que la femme en souffre, quand l’homme s’en va et laisse la femme dépourvue de moyens, un couple peut-être asymétrique de mille façons ”. Fait frisquet, décidément…

“ Ca ne vous regarde pas ! ”

—“ Mais peut-on être féministe et dans un soutien inconditionnel à son mari quoi qu’il fasse ”, ose encore le journal. —“ Je vous ai déjà répondu, réplique Anne Sinclair. Le soutien inconditionnel, ça n’existe pas. On soutient si on a décidé de soutenir. Personne ne sait ce qui se passe dans l’intimité des couples, et je dénie à quiconque le droit de juger du mien. Je me sens libre de mes jugements, de mes actions, je décide de ma vie en toute indépendance. Je ne suis ni une sainte ni une victime, je suis une femme libre !(…) Personne n’a besoin d’en savoir plus. J’ai 63 ans et je vais retravailler, et ça, c’est une vraie joie. Point final ”. —“ Etes-vous toujours amoureuse ? ” —“ Ca-ne-vous-re-gar-de-pas ! ” Wow ! La porte, là, c’est dans la gueule qu’on l’a prise. Ca nous apprendra à vouloir savoir des choses hors promo — pas d’un film, cette fois, mais du “ Huff Po ”.

Zahia, prisonnière d’une cage dorée

“ Une femme libre ”, Zahia ? L’ascension fulgurante de l’ex-escort au pays des beautiful inclinerait à le penser. A tort, d’après “ Voici ”… “ Si la jeune femme qui a fait scandale, il y a deux ans, dans l’affaire Ribéry, n’exerce plus comme escort-girl, c’est au prix de sa liberté, annonce en effet le people. Les 300 m2 dont elle profite sont en fait la propriété d’un richissime homme d’affaires suisse, qui l’a installée là pour qu’elle reste à son entière disposition, la laissant seule la plupart du temps. Et pour cause : marié, le protecteur de Zahia ne lui rend visite qu’une fois par semaine : le mardi après-midi. Avant qu’il ne regagne Genève le lendemain matin, la jeune femme de 19 ans lui accorde toute l’attention dont il a besoin. Pour lui, elle n’est jamais à court d’imagination, organisant des soirées à thème, grimée comme une geisha ou lui offrant une affriolante danse des sept voiles façon “ Mille et une nuits ”. L’an dernier, pour la Saint-Valentin, elle avait surgi d’un paquet-cadeau au moment où son “ homme ” était entré dans l’appartement. En échange de plusieurs dizaines de milliers d’euros par semaine, Zahia joue les poules de luxe, se pliant à la clause d’exclusivité et de discrétion imposée par l’homme d’affaires ”. Bah, si elle y trouve son compte…

Zahia fait une fugue

Rien de moins sûr d’après “ Voici ”. Le journal indique en effet que malgré son “ train de vie de princesse, Zahia se sent piégée. (…) Au printemps dernier, elle n’en peut plus : elle sort sans prévenir son garde du corps, semant la panique dans son entourage. On parle de “ fugue ” et on imagine le pire : “ Mademoiselle ” — ainsi s’adresse-t-on à elle — a emporté ses deux mobiles et ne décroche pas. Elle rentrera trois heures après un peu honteuse et la larme à l’œil. C’est promis, elle ne le refera plus… ” Pas glop, glop, tout ça.

Mais Zahia a de la ressource : “ pour tromper son ennui, explique le journal, la belle a trouvé une échappatoire : elle travaille. Pour préparer le lancement de sa ligne de lingerie, dont le défilé événement aura lieu le 25 janvier, elle se rend dans ses bureaux situés dans le quartier de l’Opéra et elle est autorisée à recevoir des collaborateurs à dîner (sauvage, la liberté… !) Mieux, son bienfaiteur, influent dans le milieu des marchés d’art, n’hésite pas à lui ouvrir son carnet d’adresses. Voilà pourquoi ont été publiées récemment des photos d’elle par le photographe David LaChapelle, le comble du chic ”. Mouais… en fait, même dans le boulot, elle est “ coachée ”. Pour la liberté, on repassera… en même temps, c’est à toi de jouer, Zahia. Bonne chance pour le défilé du 25 janvier (maintenant que “ Voici ” t’a “ lancée ”…)

Rachida Dati : KO, Morano ?

Dure aussi, la vie de Rachida Dati ? “ Son violent bras de fer avec François Fillon l’aurait-elle affaiblie ? ”, s’interroge “ Elle ”. Pas vraiment, à en juger par l’interview de la maire du 7ème… “ Les coups pleuvent et certains vont jusqu’à vous renvoyer à Chalon-sur-Saône, votre région d’origine… ”, remarque le mag. —“ Qui me renvoie ? Nadine Morano, qui a été battue aux municipales dans sa ville de Toul ? ” —“ Difficile de lui reprocher sa virulence : sniper de la majorité, c’était votre job en 2007 ! Morano, c’est la nouvelle Dati ? ”, la taquine l’hebdo —“ Moi, je ne twitte pas à tout va, je n’ai jamais été dans l’agressivité lorsque j’étais porte-parole de Nicolas Sarkozy. La vraie politique, c’est celle qui peut changer la vie des gens. J’en suis l’exemple : mes parents étaient analphabètes, j’ai été garde des Sceaux ”. Heu, ça va, Nadine ? C’est bon, pas trop mal ?

Rachida, le père de Zohra et Nicolas Sarkozy

Mais “ Elle ” interroge aussi l’ex-ministre sur des questions plus privées. “ Vous taisez encore l’identité (du père de votre fille). Pourquoi ? ”, lui demande-t-il. —“ Je n’ai pas envie de le gêner. C’est très protecteur d’avoir une partie de ma vie qui reste intime. Mon mariage forcé, personne n’était au courant, pas même le Président, et, finalement, tout le monde l’a su car on a fouillé mon passé avec obstination ”. —“ Aujourd’hui, vous avez quelqu’un dans votre vie ? ” —“ Oui, j’ai un homme dans ma vie et je le préserve plus que tout ”. —“ Et Nicolas Sarkozy, est-ce un ami ? ” —“ Je l’ai d’abord connu en tant que patron au ministère de l’Intérieur. Ensuite, nous avons partagé cette aventure extraordinaire de la campagne présidentielle, ce qui n’est pas sans laisser des traces. Mais il n’a jamais été mon protecteur. D’ailleurs, je n’ai jamais été protégée par qui que ce soit. Une protection, c’est quand vous avez une fragilité ”. Prends-en de la graine, Zahia !

Carla fait une sortie

De Nicolas Sarkozy, il en a aussi été question lors du “ premier déplacement officiel de la première dame depuis la naissance de sa fille Giulia. A cent jours de l’élection présidentielle, raconte “ Gala ”, impossible d’esquiver les questions politiques. (Carla Bruni-Sarkozy) s’est donc prêtée au jeu de bonne grâce, en marge de sa visite aux enfants handicapés de l’hôpital de Garches. “ Si mon mari se présente comme candidat, je participerai autant que possible, a-t-elle martelé, n’écartant pas l’idée d’assister à des meetings. Avant d’assurer que l’homme dont elle partage la vie depuis quatre ans “ a beaucoup changé, parce que c’est une fonction qui changerait n’importe qui. (…) Président de la République, ça ferait changer même un arbre, une pierre ”. Et un petit oiseau, aussi ?

Carla, "bouche de canard"

Hou, on est méchant ! Moins que “ Public ”, en même temps… Là où “ Paris-Match ” se contente de signaler que, lors de cette sortie, “ Carla dissimulait encore sa silhouette de jeune accouchée dans un grand gilet camel ”, le people, lui, y va carrément à la truelle. “ Le 12 janvier dernier, écrit “ Public ”, alors qu’elle assistait à un concert organisé par sa fondation au profit des enfants malades à l’hôpital de Garches, la première dame a fait une apparition… remarquée. Teint irrégulier, visage bouffi et bouche de canard… Où est passé son joli minois qui nous faisait toutes rêver ? (…) La chirurgie esthétique, madame Bruni-Sarkozy se défend d’y avoir eu recours : “ Je ne me suis jamais rien fait refaire. Ca se voit, non ? Ce n’est pas un tabou pour moi, mais cela ne m’attire pas du tout ”, confiait-elle à “ Paris-Match ” en 2008. Attention, grince le people, ton nez risque de s’allonger, Carla ! ”

Chazal pétrifiée par “ l’âge ”, Dombasle nue, à tomber

S’il y en une qui ne ment pas, dixit “ Paris-Match ”, c’est Claire Chazal. Irène Frain, qui est allée l’interviewer, nous l’assure en effet : “ ses traits vierges de maquillage (sont), plus insolite encore par les temps qui courent, exempts de tout esthétique traficotage ”. Pour le corps, note l’écrivain, c’est plus compliqué : la journaliste, dit-elle, est “ toute en tendons, en tension. (…) Claire Chazal avoue, non sans fierté, qu’en plus d’un régime draconien, elle s’impose chaque semaine cinq heures de danse classique, barre et élongations, dans un cours fréquenté par de jeunes artistes professionnels. Le résultat est là : à 55 ans, cette silhouette d’ado lui autorise des cuissardes de daim ultrafin montant à l’assaut d’une jupette en cuir ”. Pourquoi tant d’efforts ? La présentatrice du 20 heures finit par l’avouer : ce dont elle a “ peur ”, c’est “ de l’âge ! Du temps qui passe… Du champ des possibles qui se rétrécit. De mes parents que je vois vieillir. Ma mère, 85 ans. Mon père, 87. La vieillesse détruit tout ”. Tout, vraiment ? Jetez un œil à Arielle Dombasle nue — toujours dans “ Match ”. A côté de Sonia Rolland — à tomber —, l’épouse de BHL n’a vraiment pas de quoi se cacher : elle est juste splendide. Pas en tension, mais plutôt tout en déliés. A quoi ça tient, après, ça…

Vous en voulez encore ?

Vous n’en dormez plus et vous vous demandez ce qui s’est vraiment passé dans “ les toilettes ” d’un hôtel parisien entre DSK et Béa, la fiancée de Dodo la saumure ? C’est simple : allez voir “ Match ”, la “ belle ” vous dit tout. Zêtes vernis, quand même. 

Tant que vous y êtes — dans “ Match ” —, lisez en entier le papier d’Irène Frain sur la Chazal : la colère que l’écrivain a déclenchée chez la journaliste en évoquant son interview de l’ex-patron du FMI est assez drôle.

Bon, sinon, côté amour(s) : Jenifer Aniston serait enceinte de 6 mois (“ Public ”) ; Halle Berry et Olivier Martinez sont fiancés (“ Grazia ”) ; Bradley Cooper et Zoe Saldana auraient une relation plus “ intellectuelle ” que “ sexuelle ” (“ Voici ”) ; les parents de Katy Perry ont présenté à leur fille un footballeur catho, bien sous tous rapports, nommé Tim Tebow (“ Voici ”, “ Public ”) ; Jennifer Lopez verse 7 800 euros d’argent de poche chaque semaine à Casper, son gentil toy boy (“ Public ”) ; la bomba latina est apparue, sinon, aux côtés de son ex Marc Anthony pour la promo d’une Dance Academy latino (“ Grazia ”, “ Public ”) ; Adele veut emménager avec son fiancé, Simon Konecki (“ Public ”) ; Rooney Mara (“ Millenium ”) vit depuis un an avec Charlie, le fils de Malcolm McDowell (“ Orange mécanique ”) ; Avril Lavigne s’est fait larguer par Brody Jenner (“ Public ”) ; “ Jenifer (la nôtre, pas la Lo) a pardonné (ses petites incartades) à Nicolas ” et songe à faire un bébé (“ Voici ”).

En vrac : Jay Z et Beyonce projettent de tourner un clip en apesanteur (“ Grazia ”) ; Elodie Frégé va interpréter Angélique, marquise des Anges, au cinéma (“ Public) ; Caterina Murino, elle, a décroché le rôle d’Ingrid Betancourt (“ Be ”) ; Mickaël Vendetta est coach pour 200 euros de l’heure, “ Public ” a testé, et vaut mieux éviter.

Côté dossiers, “ Public ” fait un “ Thema : Ils ont morflé enfants ”, où on apprend, notamment, que la mère de Charlize Theron a tué son père, “ Grazia ” propose un “ tendances livres ” futé et pas mal affûté, “ Elle ” un “ spécial mariage ” et surtout un “ spécial astro chinoise 2012 ”. Alors, cette année du Dragon, pour vous, ça souffle du chaud ou du froid ?

Le sujet vous intéresse ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !