Vanessa Paradis : encore amoureuse de Johnny ?, Albert de Monaco : couvade ou simple bidon ?, Antoine de Caunes : déjà, le melon ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Vanessa Paradis : encore amoureuse de Johnny ?, Albert de Monaco : couvade ou simple bidon ?, Antoine de Caunes : déjà, le melon ?
©

Revue de presse people

Vanessa Paradis : encore amoureuse de Johnny ?, Albert de Monaco : couvade ou simple bidon ?, Antoine de Caunes : déjà, le melon ?

Mais aussi : Chirac "coupé du monde", "cloîtré" à Bity par Bernadette et Claude, la première sortie de Kim Kardashian, Franz-Olivier Giesbert en retrait du "Point", la promotion Canal de Daphné Roulier et, et, et... la guerre des "Jour(s) de France" avec et sans "s".

Barbara Lambert

Barbara Lambert

Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.

Voir la bio »

Comment ça va-t-y en cette fin août ? Zêtes beaux comme des dieux, tout musclés, tout caramel épicé, tout bien reposés ? Zêtes pas encore partis ? Alorsss, filez, et que ça saute, et faites-vous du bien, hein ! Les autres, pleurez pas, on va pas se laisser débronzer comme ça : le soleil, on va se le garder. Et, pour commencer, une grôsse nouvelle : la presse people compte un titre de plus. Hé oui ! Deux mois après le lancement du “ Vanity Fair ” français, quelque jours avant la sortie de “ Lui ” made in Frédéric Beigbeder, “ Le Figaro ” a — tadam ! — décidé de… de… relancer “ Jours de France ”. Si c’est pas de l’hénaurme, ça…

“ Jours de France ” : le journal d’avant le “ people ”, entendez qui “ n’entre pas dans la chambre à coucher ”

“ Comme beaucoup d’entre nous, j’ai découvert “ Jours de France ” chez le dentiste ou le médecin de famille, raconte Stéphane Bern dans son édito. Je me souviens encore des pages d’Edgar Schneider qui rencontrait la terre entière et semblait familier d’Yves Montand, d’Elizabeth Taylor ou d’Aristote Onassis. (…) Certes, je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… Et pourtant, “ Jours de France ” incarnait un état d’esprit, une vision toute de grâce de l’actualité, avant que la presse dite “ people ” ne s’invite dans les chambres à coucher, quand on la faisait jusque-là entrer dans les salons. Etoiles et toiles, figures emblématiques et charismatiques du Gotha… Encore et toujours, le public aspire à s’identifier à des symboles intangibles, des personnalités hors du commun, des icônes résistant à l’épreuve du temps et de la mode. Voilà pourquoi, après la version numérique avec un site dédié, “ Jours de France ” renaît enfin, tel le Phénix. Pour redonner vie à cette idée d’une presse souriante qui veut croire que l’élégance à la française n’a pas tout à fait disparu ”. C’est bô.

Une pierre dans le jardin de “ Jour de France ” sans “ s ”

Et concrètement, ça donne quoi ? Un petit tour des couples et des tops de l’été (histoire de caser un peu de pub), une rétro “ Jours de France ” de douze pages, des sujets royaux — “ Grandir à Buckingham ”, “ Reines et rois de demain ”, “ Avec les Grimaldi ” et, bien sûr, un spécial “ Charlotte Casiraghi ” qui ne nous apprend rien, sinon qu’avec “ ses rondeurs ”, elle a, ha ha, “ la vie devant (elle) ” —, des marronniers type “ Tetiaroa, l’île de Marlon Brando ”, “ Ava Gardner. Son histoire secrète ”, une saga Cartier (histoire de re-caser de la pub), un mag vin (chinois), un portrait de la patronne du Negresco à Nice et, tout de même, une enquête de Lena Lutaud sur la “ petite chute ” des “ salaires de stars ”. En résumé : rien de neuf, mais bon, 4, 90 euros pour un trimestriel, vu ce que certains hebdos nous refourguent pour 2, 50 euros, voire plus, c’est limite cadeau. Ca peut marcher auprès de certains — en gros, auprès des anciens. Et ça peut expliquer aussi la grosse colère de Robert Lafont, patron de “ Jour de France ” (à ne pas confondre avec Robert Laffont, l'éditeur, avec deux "f"), parce que, oui, il existe aussi un mensuel baptisé “ Jour de France ”, sans “ s ”, et qui, lui, coûte 3, 80 euros. Hou, mais qu’est-ce que c’est encore que ce caramel-là ?

“ Jour de France ” vs “ Jours de France ” : la guerre est déclarée

“ Vous connaissez la dernière, en cette fin d’été qui n’en fint pas de finir, lance Robert Lafont, vert de colère, dans son édito. “ Le Figaro ”, oui, le vénérable “ Figaro ”, propriété des Dassault ne trouve rien de mieux à faire que de ressortir “ Jours de France ”. Exactement comme nous mais avec un “ s ”. La belle affaire ! Le problème, c’est que “ Jour de France ” sans “ s ” existe bel et bien, et ce depuis trois ans. Vous êtes d’ailleurs de plus en plus nombreux, chers lecteurs, à y être attachés. Alors c’est vrai me direz-vous, que pèse un éditeur indépendant tel que nous à côté du puissant “ Figaro ” émanation des Dassault, grand avionneur devant l’éternel ? ” Remonté, le Robert… Mais prêt à en découdre. Le directeur de la publication de “ Jour de France ” sans "s" publie d’ailleurs la lettre qu’il a adressée le 29 juillet à Dassault Médias à la veille de la sortie en kiosque de “ Jours de France ” avec un "s". “ Il n’est pas question, écrit-il notamment, que nous puissions laisser relancer un titre qui aujourd’hui est sérieusement exploité, qui nous appartient et cela depuis plus de dix ans. Si vous le lancez, je procèderai immédiatement (…) au lancement de la procédure nécessaire afin que les tribunaux jugent qui, aujourd’hui, a le droit à ce titre ”. Voilà un procès qui s’annonce pal-pi-tant, avec deux "p", deux "a" et deux "t".

FOG bientôt retraité du “ Point ”

Et puisqu’on y est, ça donne quoi, “ Jour de France ” sans “ s ” ? Une “ enquête ” sur Claire Chazal en vacances, une autre sur “ l’été des politiques ”, une chronique du mois signée… Paul-Loup Sulitzer et pas mal d’interviews : d’Anne-Claire Coudray, de Karine Le Marchand, mais aussi de Danielle Evenou et de Rika Zaraï… l’en faut pour tous les goûts. Scoop ? Le mag confirme dans l’une d’elles une rumeur qui courait depuis des mois à propos de Franz-Olivier Giesbert. “ Qu’en est-il de votre prochain retrait à la tête du “ Point ” ? ”, lui demande-t-il. “ Cela est vrai, répond-il. J’approche d’un âge où l’on commence à se dire qu’il faut prendre du recul. Je ne dis pas que j’arrêterai de travailler. Je continuerai à travailler bien entendu et si on veut toujours de moi, je suis là car c’est ma famille. Je pense qu’il est sain, à un moment donné, de transmettre et de laisser sa place à une nouvelle génération. Il y a des gens très bien dans ce journal, comme Etienne Gernelle. Les cimetières sont pleins de gens irremplaçables. Je crois que je ne suis pas irremplaçable ! ” Si c’est pas de la sagesse, ça... Le journaliste le reconnaît cependant : “ De temps en temps, on se prend un peu pour Lucky Luke à souffler sur le canon du revolver. On aime bien ça bien entendu. J’ai fait du mal à des gens et j’ai été critiqué, c’est normal ”. C’est normal, oui.

Antoine de Caunes : déjà, le melon ?

Et puisqu’on parle médias et carrière, “ Voici ” s’interroge au sujet du nouvel animateur du “ Grand Journal ” de Canal, on a nommé le sémillant sexagénaire Antoine de Caunes : “ Il a chopé le melon, ou quoi ? ” “ On le pensait classe, réservé, humble, pas du genre à se mettre en avant, commence le people. Mais depuis quelques jours, Antoine de Caunes nous offre un vrai festival de piques, au gré de ses interviews dans “ Télé 7 jours ” et “ Télé 2 semaines ” ! “ Le Grand Journal ” de Denisot ? “ Trop compartimenté (…) les séquences s’enchaînaient à la vitesse du son, personne n’avait le temps de parler ”. Michel ? “ Il la jouait à l’ancienne, comme la figure tutélaire qui distribue la plus parole. Je suis plus chaleureux ”. Hum… Après de tels propos, Antoine ne va pas avoir droit à l’erreur. Ca tombe bien, il est très sûr de lui : “ J’ai surtout envie que ça brasse, que ça vive, que le “ Grand Journal ”, ce soit un peu le bordel ! ” Quitte à tout chambouler ? “ Evidemment que je vais changer des choses. Il faut changer le tempo ”. Et d’annoncer qu’il avait recruté Arié Elmaleh et Jeannette Bougrab. “ C’est mon idée ! ” ” Et elle est forcément bonne, apparemment.

Daphné Roulier : Mme de Caunes récompensée

“ Voici ” le fait remarquer, l’air de rien, dans un encadré : “ Depuis septembre 2012, Daphné Roulier présentait le 20 heures de D8. Un peu dans l’ombre, regrettant secrètement ses années Canal. Alors, quand Antoine s’est vu proposer la présentation du “ Grand Journal ”, elle l’a fortement encouragé à accepter. Très bonne inspiration puisque la belle a récupéré au passage la présentation de “ L’effet papillon ”. Un hasard ? ” On peut se poser la question.

Albert de Monaco : couvade ou simple bidon ?

Quand l’un chope le melon, l’autre prend du bidon. Et pas n’importe quel bidon ! La photo est dans “ Public ” et “ Oops ! ”, mais c’est encore dans “ Voici ” qu’elle est le mieux commentée — et légendée : “ Qui a vissé le tête d’Albert (de Monaco) sur le corps du Bibendum Michelin ? ” s’interroge le mag. A voir le prince en short et maillot blanc à manches longues TRES près du corps, la question n’est pas forcément farfelue. “ A vue de nez, Charlène est enceinte de six mois. Ah non, c’est pas Charlène ! ”, s’esclaffe encore le mag au bas d’un cliché montrant le souverain de profil. De là à la couvade... ?!? “ Vice-champion du monde de lancer de pommes de pain en 2003, double vainqueur du trophée Ricard de bombe à la piscine, catégorie vétérans, cet homme a le sport dans le sang, indique le journal. Et le 17 août, en Norvège, il a encore prouvé qu’il était le number one. Invité au cinquantième anniversaire de Jan Kvalheim, ancien champion de beach-volley, il a tout pété sur le terrain. La tête protégée par une casquette (qu’il porte à l’envers car il est jeune dans sa tête) et le torse sanglé dans un maillot moulant du plus bel effet, Bébert II a ébloui l’assistance. (…) Doté d’une détente verticale ahurissante (douze centimètres !), vif comme l’éclair et souple comme un Knacki, il a réussi à toucher la balle presque une fois sur deux, et s’il n’a pas permis à son équipe de s’imposer, la défaite a été plus qu’honorable (25 à 2 ou 25 à 3 selon les sources) ”. Très en forme, “ Voici ” chéri… sérieux, en te lisant, on en a pleuré de rire. Du fond du cœur, merci, surtout pour le Knacki.

Première sortie pour Kim Kardashian 

Elle a accouché, elle, et depuis la naissance de North, n’avait plus reparu afin d’éliminer les kilos tranquille, sans avoir les paparazzi sur le dos. Evénement ! Kim Kardashian a fait sa première sortie ! Et ? Hé bé, c’est mieux mais y’a encore du boulot. Faut dire qu’elle a pas choisi, la poverina : c’est contrainte et forcée, et pour une bien triste raison que la mamma est sortie de son nid. C’est en effet, nous dit “ Public ”, “ pour rendre un dernier hommage au grand-père de Kanye, disparu le 10 août dernier (…). Deux mois d’absence médiatique, autant dire une éternité pour la starlette. “ Kim voulait absolument avoir perdu tout son poids de grossesse avant de revenir sur le devant de la scène ”, confie une amie. Après un régime draconien et des heures de sport acharné, KK est plutôt canon, il faut l’avouer ! Certes, la starlette n’a pas encore retrouvé ses 52 kilos d’avant-grossesse, mais tout son corps s’est affiné et, surtout, Dieu merci, ses pieds ont carrément dégonflé ! ” Si ses pieds ont dégonflé, alors, on est sauvé.

Chirac coupé du monde

Nous parlions de retrait de la vie publique, d’installation au calme et à l’abri des regards… “ Chirac coupé du monde ”, titre “ VSD ”. Houlà ! “ Pour la première fois depuis la fin de son mandat présidentiel en 2007, Jacques Chirac ne s’est pas rendu cet été dans la villa de son ami François Pinault à Saint-Tropez, indique le journal. Officiellement parce que le milliardaire n’y séjournait pas pendant cette période. Officieusement parce que ni Bernadette ni Claude n’ont voulu renouveler l’expérience de 2010 et de 2011 lorsque Chirac, goguenard, sirotait des pina coladas à la terrasse des bistrots en détaillant les robes légères des estivantes. Pas de Dinard non plus (toujours chez François Pinault) où, habituellement, après le 15 août, l’ancien président déambulait sur le marché local avant de s’attabler devant une généreuse portion de moules-frites, accompagnée d’une bonne bière. Cette année, le conseil de famille a (…) décidé de “ cloîtrer ” Jacques Chirac, 80 ans, au château de Bity, en Corrèze, loin de la foule et des téléobjectifs des paparazzis ”. Hou, ça a pas dû être drôle !

François Hollande autorisé à voir Chirac seulement en présence de Bernadette

Parce que les consignes de Bernadette et de Claude étaient strictes, et pas qu’un peu ! “ Hormis une visite éclair, le 19 juillet, sur le marché de Sarran, explique “ VSD ”, suivi d’un apéritif dans la salle des fêtes de la bourgade corrézienne et deux ou trois déjeuners dans un restaurant local qu’il affectionne particulièrement, Jacques Chirac n’a pas eu beaucoup de loisirs ni d’activités. Et lorsque des visiteurs (rares) se sont présentés à l’entrée du château, ils ont été poliment et fermement éconduits, au motif que l’ancien président “ se repose ”. Seules deux ou trois personnes ont eu le privilège d’accéder au chef de l’Etat pour échanger quelques mots lors d’entretiens calibrés et millimétrés par ses deux femmes, systématiquement présentes à tour de rôle auprès du vieil homme. Même François Hollande, venu saluer en voisin son prédécesseur à l’Elysée, n’a bénéficié d’aucun traitement de faveur. Le 20 juillet, Bernadette Chirac, flanquée du maire socialiste de Tulle, Bernard Combes, assiste au bref échange entre les deux présidents. L’ancienne première dame veille ce jour-là à ce que les deux hommes n’éreintent pas Sarkozy, leur meilleur ennemi commun. Pourtant, le grand Jacques, revigoré pour l’occasion, ne peut s’empêcher de balancer, à la fin de la discussion : “ Je suis très touché de votre visite, Monsieur le Président. D’autres n’ont pas eu la même attention… 

Le Tour de France à la télé et clopes en loucedé

“ Cette parenthèse refermée, reprend "VSD", l’ancien chef de l’Etat s’est replongé dans la torpeur d’un agenda désespérément vide, profitant alors de ses après-midi pour regarder le Tour de France à la télé et, plus récemment, les Championnats du monde d’athlétisme de Moscou. “ C’est un homme âgé qui n’a plus toute sa tête, admet un proche du clan. Il a désormais beaucoup de difficultés à se mouvoir, il doit s’aider en permanence d’une canne ou bien s’appuyer sur l’épaule d’un infirmier. Sa surdité s’aggrave également. Pour autant, il se tient au courant de l’actualité et peut aisément suivre une conversation à condition qu’elle ne s’éternise pas. Et comme souvent chez les personnes âgées, ses souvenirs les plus lointains demeurent les plus vivaces ”. (…) En tout cas, il n’a pas entendu les injonctions de son épouse ni les recommandations de ses médecins. Cet été, à Bity, peut-être à cause de ce mortel ennui, Jacques Chirac s’est remis à fumer des cigarettes blondes légères. Mais pour prévenir tout conflit avec ses femmes, comme un adolescent, il fume en cachette. Contrairement à tous les vacanciers, Jacques Chirac n’a qu’une hâte : rentrer à Paris, pour pouvoir s’évader de temps en temps, en allant au bureau ”. Si on lui en laisse l’occasion… bouh, c’est tristoune, tout ça…

Vanessa Paradis/Johnny Depp : les retrouvailles

Cruel dilemme ! “ Voici ” ou “ Public ”, qui faut-il croire ? A l’heure où le premier publie des photos exclusives de Vanessa Paradis en famille à la plage — mais sans homme — et indique que “ grâce à ses proches, elle peut enfin tourner la page… ”, le second laisse entendre un tout autre son de cloche… D’après “ Public ”, en effet, les retrouvailles estivales de la Paradis et de Johnny dans leur maison de Plan-de-la-Tour ont été “ explosives ! ” Mais pas dans le sens que vous croyez — ou qu’on aimerait… “ C’était supposé être les grandes retrouvailles de toute la famille, commence le people. Vanessa et ses parents, Lily-Rose (14 ans) et Jack (11 ans) étaient là pour profiter de ce grand moment. Mais rien ne s’est passé comme prévu ”. C’est-à-dire ?

Vanessa encore amoureuse de Johnny ?

“ Si Johnny a vanté les bonnes relations qu’il avait avec son ex, la réalité est tout autre, explique “ Public ”. “ Pendant le week-end, Vanessa a tout fait pour éviter Johnny ”, nous a confié un proche. “ Elle n’a pas pu rester dîner et s’amuser avec eux. Leur relation n’est pas aussi idyllique qu’ils semblaient le laisser entendre ”. Alors qu’elle ne sort jamais, elle est allée dîner très discrètement sur une petite plage avec un ami, laissant Johnny avec les enfants. Toutes les blessures ne sont pas cicatrisées. Pourtant, l’acteur de “ Lone Ranger ” a tenté de bien faire les choses : “ Il sait que le sujet “ Amber Heard ” est délicat, c’est pourquoi il est venu en solo ”. Sans sa nouvelle chérie, le quinqua pensait pouvoir éviter les conflits. “ Elle lui a à peine adressé la parole. Johnny a davantage parlé avec ses ex-beaux-parents qu’avec Vanessa ”. Censé rester une petite semaine pour profiter de ses enfants, Johnny est reparti au bout de 48 heures en jet privé, direction la Californie… et les bras d’Amber Heard ! ” Ah la la, tu parles d’une histoire ! Un an qu’ils sont séparés, et la pilule n’est apparemment toujours pas passée… Allez, forza, Vaness, tu vas y arriver ! C’est sûr que trouver un mec comme lui, avec son charme, son charisme, et tout, et tout, c’est pas forcément évident, évident… En même temps, un type qui fait souffrir, quand on l’a repéré, on le prend et on le jette le plus loin possible, non ? Bon week-end, bonne semaine, les lapins ! Mangez des carottes, ça entretient le teint, et ça fait crac-crac sous la dent.

Le sujet vous intéresse ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !