TVA sur les tampons : pourquoi être une femme coûte plus cher que d'être un homme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Les produits pour les femmes sont très souvent plus chers que ceux des hommes.
Les produits pour les femmes sont très souvent plus chers que ceux des hommes.
©DR

Revue de blogs

TVA sur les tampons : pourquoi être une femme coûte plus cher que d'être un homme

Sur les réseaux sociaux, cette taxe exaspère les femmes. Il faut dire qu'en règles générales, les produits féminins sont plus chers que leur homologue masculin.

Claire Ulrich

Claire Ulrich

Claire Ulrich est journaliste et fan du Web depuis très longtemps, toujours émerveillée par ce jardin aux découvertes, et reste convaincue que le Web peut permettre quelque chose de pas si mal : que les humains communiquent directement entre eux et partagent la chose humaine pour s'apercevoir qu'ils ne sont pas si différents et qu'il y a donc un moyen de s'entendre.

Voir la bio »

Il faudrait donc, si l'on est née fille, avoir honte, ne pas parler de choses dégoûtantes en public ou durant les débats sur le budget de la nation, et payer. Car oui, l'hygiène de base se paie encore aujourd'hui.

"À chaud, comme ça, j'avais quand même TRÈS envie de féliciter nos députés. #TaxeTampon #Busted". KlairGrrr a tourné une vidéo coup de gueule, partagée plus de 3000 fois sur Facebook en quelques heures. Les commentaires de soutien s'empilent sur son blog :

"J’ai l’impression que le problème réside dans le fait que ce monsieur (Ndlr : le député Eckert) ne se rend pas compte de ce que sont les règles. Les règles, monsieur Eckert, c’est du sang qui coule du frifi pendant plusieurs jours, et tous les mois. Du sang. Liquide. Parfois avec des petits morceaux, même. Ah bah oui tu fais berk monsieur Eckert, mais t’as l’air de croire qu’on demande à ce que les mascaras waterproof soient remboursés par la sécu. Ben non, c’est pas de la « beauté », les tampons, c’est de la « première nécessité ». Oui, vraiment. Quant à la mousse à raser… Tu veux VRAIMENT qu’on parle de la mousse à raser ? T’es sûr de toi ? T’as bien choisi ta comparaison, là ? Tu sais combien les meufs dépensent dans leur vie pour s’épiler ? (...) Les mecs aussi ont des frais, ça vaaaa, c’est quand même souvent nous qui payons les capotes, hein." 

La France n'est pas l'unique pays à râler. Contre l'ignorance ou la gêne des élus  - ou des hommes en général, d'abord.

A voir sur Ufunkla campagne anglaise parodique de Water Aid : "Et si les hommes avaient leurs règles ?" Avec de fausses publicités pour 'Manpon", le (faux) tampon pour les hommes, et la mâle publicité d'un sportif au vestiaire, par exemple (vidéo).  

"Manpon": le tampon pour les hommes (Campagne parodique Water Aid).

Plus généralement, les consommatrices prennent conscience peu à peu de ce qu'il leur en coûte d'avoir ce chromosome-là et le prennent de plus en plus mal. Partis d'une étude américaine sur le Gender marketing, qui avait calculé qu'être une femme coutait 1400 dollars de plus par an voici quelques années, différents blogs de par le monde surveillent depuis les écarts de prix sans justification entre produits pour hommes et produits pour femmes. Conclusion invariable : méfiez-vous du rose sur un emballage ! Cette vidéo d'information des consommatrices de The Checkout (Australie) vous dit pourquoi en vidéo. Les Barbies ne sont qu'un détail, il y a plus choquant. Pourquoi un antalgique de base coute-t-il plus cher dès qu'il est destiné aux femmes, à composition stricturement égale ? Pourquoi le prix des dédodorants, à la seule différence d'un parfum et d'une couleur d'emballage, s'envolent-ils aux rayons féminins ?

En France, le Tumblr collectif WomanTax lancé par le collectif féministe des Georgette Sand est la référence. Quatre ministères, dont celui de l'Economie, ont promis de s'intéresser de près à ces écarts de prix injustifiés (composition ou produit identique). La pétition en ligne lancée contre une enseigne en particulier, Monoprix, a peu à peu atteint 46000 signatures. Et là aussi, l'accusation de féminisme exacerbé pourrait faire sortir de leurs gonds les Georgette, Cindy et Valérie. "La pilule est d’autant plus difficile à avaler qu’en France les femmes gagnent 27% de moins que les hommes, occupent 82% des emplois à temps partiel (50% des salarié-e-s à temps partiel touchent moins de 850€ nets par mois) ; qu’aujourd’hui encore, la retraite des femmes est inférieure de 42% à celle des hommes." Madmoizelle propose un dossier de tous ses posts sur le marketing genré.

'La Patafix rose : 44% plus chère' (Photo du blog WomanTax)

Différence de prix entre produit et produit 'pour filles en Australie. Blog Mind the gender gap.

L'explication est bien sûr dans l'ultra segmentation des marchés. Mais tout aussi certainement dans cette illustration très frappante qui court sur les réseaux sociaux depuis sa parution. Si l'on 'photoshope' et efface les hommes des portraits de groupes politiques, combien de femmes y a-t-il ? Voici la réponse dans l'essai photo de Alyssa Boni et Alex Hoderpour Elle UK. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !