Quand les droïdes sont dans la Lune, quand les mésanges sont sous globe et quand les oignons sont dans le carrosse : c’est l’actualité des montres (en mode rentrée) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Entre R2D2 et Terminator, Balthazar bouscule les codes de l’horlogerie traditionnelle, mais avec une impeccable précision suisse…
Entre R2D2 et Terminator, Balthazar bouscule les codes de l’horlogerie traditionnelle, mais avec une impeccable précision suisse…
©

Atlantic-tac

Quand les droïdes sont dans la Lune, quand les mésanges sont sous globe et quand les oignons sont dans le carrosse : c’est l’actualité des montres (en mode rentrée)

Mais aussi une trotteuse belge prête à larguer les amarres, un crâne français cerné de scarifications mélanésiennes et une icône minimaliste tentée par une pulsion baroque.

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

MB&F : Un roi mage du côté obscur de la Force…

À l’âge des drones, les traditionnelles horloges de table se clonent en impressionnants droïdes de combat, capables de donner l’heure aussi bien que de se muer en féroces exterminateurs humanoïdes. Avec ses 40 cm de haut, Balthazar, le nouveau robot horloger de MB&F, aura besoin de place sur votre bureau, mais les huit kilos de son exosquelette métallique dissuaderont les adulescents qui seraient tentés de le kidnapper. Balthazar est un Janus Bifrons post-moderne, héritier de Goldorak autant qu’ancêtre de Terminator. Son torse pivote sur 180 degrés, tantôt pour dévoiler un affichage des heures et des minutes par disques (c’est la face « gentille »), tantôt pour révéler un double affichage de la Lune, avec deux rubis au fond des orbites d’un crâne toutes dents dehors (c’est le côté obscur de la Force). Le « cerveau » qui régule l’écoulement du temps est logé dans une coupole de verre qui tient lieu de boîte crânienne. La clé de réglage du dispositif horloger est cachée dans le bouclier de Balthazar, mais vous n’aurez besoin de remonter cette mécanique du temps qui passe que tous les trente-cinq jours : un mois pour voir sauter les heures, traîner les minutes et rétrograder les secondes ! Si vous restez insensible à la cyber-poésie de ce chaînon manquant entre le Magicien d’Oz et Star Wars, c’est que vous avez plus de cinquante ans. Si vous l’avez déjà posé sur votre bureau (comme les seuls 200 initiés qui auront le privilège de cette série limitée), c’est que vous avez allégé votre compte en banque d’une petite vingtaine de milliers d’euros – à ce prix-là, on peut choisir la couleur de l’armure !

 

ICE-WATCH : Un poignet paré à larguer les amarres…

Dans deux mois, les concurrents du huitième Vendée Globe s’élanceront des Sables-d’Olonne (Vendée) pour boucler leur tour du monde en solitaire, à la voile et sans escale sur 24 000 miles, d’Ouest en Est, à travers les océans de notre planète bleue, par les trous grands caps (Bonne-Espérance, Leeuwin et Horn. Record à battre : 78 jours. À leur poignet, un vrai outil de navigation, signé Ice-Watch, qui sera le chronométreur officiel de l’épreuve. Une montre qui rompt avec l’esthétique traditionnelle des Ice-Watch, reine du matériau de synthèse bariolé, pour retrouver le style des montres « professionnelles » bâties pour les professionnels. Le boîtier en acier est large pour optimiser la lecture des temps du chronographe, avec un compte à rebours géant sur le côté gauche du cadran : on y reconnaît le décompte des secondes avant le départ (poussoir à quatre heures), ainsi que les heures de course chronométrées depuis le départ. Les secondes « permanentes » de la montre battent dans le compteur à deux heures. Sur l’axe central, la « trotteuse » affiche le compte à rebours des minutes avant le départ (poussoir à deux heures), ainsi que l’affichage des minutes chronométréesaprès le départ (poussoir à huit heures). Sur ce même axe central, une alarme, réglable par la couronne et par le poussoir à huit heures. Prévoir un peu d’entraînement préalable pour la maîtrise de ce chronographe de régate, qui bénéficie de la précision absolue d’un mouvement électronique suisse, mais, une fois qu’on a cette Ice-Watch en main, on ne peut plus s’en passer. Avec ce chronographe high-tech, Jean-Pierre Lutgen, le créateur d’Ice-Watch, prouve qu’il a de la suite dans les idées et du vent dans les voiles : normal quand on vient du pays du capitaine Haddock ! Départ le 6 novembre, mais les moussaillons d’Ice-Watch sont déjà parés à larguer les amarres…

 

BELL & ROSS : Les entrelacs chamaniques d’un talisman guerrier…

Lancée en 2009 comme un défi aux crises, la BR 01 « Tête de mort » de Bell & Ross est devenue un classique du design horloger au XXIe siècle. Le crâne et les tibias, héritiers de plusieurs millénaires de symbolique guerrière [nos ancêtres les Gaulois pratiquaient déjà le « culte des têtes »], y trouvaient une place idéale et très expressive sur un boîtier de type instrumental. Cette année, la tête de mort micro-sculptée a gagné un relief saisissant, tandis que le boîtier s’orne à présent de gravures qui rappellent les tatouages initiatiques des sociétés secrètes autant que les motifs rituels des cultures mélanésiennes. La montre n’en est que plus spectaculaire, par ses volumes autant que par la dimension talismaniqueet quasiment chamaniquede sa décoration soulignée de noir. 500 exemplaires seulement de cette série limitée « Burning Skull » (6 900 euros), qui sera sans doute à peu près aussi vite épuisée que les précédentes. Encore une belle réussite d’une des plus célèbres marques du nouveau luxe horlogerà la française…

 

OLIVIER JONQUET : Un « oignon » pour pimenter les heures tricolores…

Le créateur indépendant français Olivier Jonquet ne fait rien comme les autres. Pour la première série de sa première montre « Élie », il avait réussi à trouver cinquante souscripteurs. Deux ans plus tard, il récidive avec trois nouveaux modèles, visiblement inspirés par les montres du XVIIIe siècle. On reconnaît sur le cadran de la Carrosse les cartouches bombés en chiffres romains émaillés, typiques des « oignons » de l’époque, les aiguilles ornementées dans le goût de l’époque et le boîtier tonneau venant renforcer cette filiation esthétique. Du temps des carrosses, on trouvait dans les voitures d’énormes montres de ce type, avec un cordon à tirer pour faire sonner les heures dans l’obscurité ! Ces trois nouvelles séries Olivier Jonquet sont en souscription à un prix relativement accessible (moins de 2 000 euros la Carrosse en 43 mm, avec un excellent mouvement mécanique suisse) et elle témoigne de la créativité d’une jeune horlogerie française qui ne veut pas se laisser abattre par les malheurs de l’horlogerie suisse. C’est une des montres les plus originales de cette rentrée et il n’y en aura jamais que 200 pour le monde entier – soit un gage d’exclusivité supplémentaire : vous ne croiserez jamais un touriste chinois avec une Olivier Jonquet au poignet. À la place de François Hollande, on ferait d’Olivier Jonquet le pourvoyeur des cadeaux horlogers officiels de la République à ses illustres invités étrangers…

Lien : http://montres-oj.fr/

JAQUET DROZ : Des sifflements élégiaques pour les oligarques…

Au XVIIIe siècle, Pierre Jaquet-Droz charmait les cours européennes avec ses automates horlogers. Au XXIe siècle, ses lointains héritiers de la marque Jaquet Droz (sans trait d’union) ont conservé l’excellente habitude de nous épater par leurs mécaniques enchantés, transposés à la taille d’une montre-bracelet (47 mm tout de même). Cette montre donne l’heure (dans la partie supérieure de son cadran), mais elle les chante aussi (dans la partie inférieure), grâce à un oiseau chanteur – une mésange – qui pousse ses trilles à la demande, sous son dôme de verre, grâce à un ingénieux dispositifqui fait siffler l’air dans des micro-capillaires en verre. On anime la mésange et on déclenche ses sifflements grâce au poussoir à deux heures. La décoration du cadran en nacre sculptée rappelle les « papiers découpés » de l’artisanat paysan suisse traditionnel. Il n’y aura que huit mésanges dans cette couvée et on espère qu’elles attendriront le cœur des oligarques qui les mettront en cage dans leurs immenses coffre-forts…

RICHARD MILLE : Des codes esthétiques subtilement restylés et sublimés…

La RM 011 est, depuis le lancement de la marque au début des années 2000, la montre la plus emblématique des collections Richard Mille : tous les codes de la marque y sont concentrés, du boîtier tonneau au mouvement mécaniquement architecturé, en passantpar les couleurs de référence du cadran, les poussoirs aérodynamiques, la couronne surdimensionnée et l’intégration du bracelet dans les lignes du boîtier. Jamais aussi heureux que quand il se bouscule lui-même, Richard Mille a décidé de restyler sa RM 011 fétiche, en la transformant sans la dénaturer : les initiés remarqueront les subtiles crénelures du boîtier (une tentation « baroque » après des années de design minimaliste ?) ou la reconstruction de la couronne en mode bodybuilding. Les couleurs du cadran ont été retravaillées et la structure du mouvement redessinée, la nouvelle RM 11-03 étant désormais dotée d’un chronographe « retour en vol » (remise à zéro instantanée de l’aiguille des secondes en cours d’opération). Plus Richard Mille que la RM 011, tu meurs – sauf si tu es une RM 11-03 !

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

Lien : https://businessmontres.com/

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Quand la sportive chic ne fait pas de chiqué, quand le coucou rigole en septembre et quand l’été coince la bulle : c’est l’actualité des montres (en mode estival)…Quand les heures ont le cafard, quand la cigogne effile les secondes et quand le soleil n’a pas rendez-vous avec la Lune : c’est l’actualité des montres (en mode estival)…Quand le roi joue aux cartes avec le temps, quand Deauville se met à la précision suisse et quand Van Gogh joue à cache-cache : c’est l’actualité des montres (en mode estival)…

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !