Quand l’heure tricolore s’habille en bleu et quand le bikini fluo joue en vert : c’est l’actualité des montres pendant le Mondial russe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Au poignet, un engin explosif improvisé pour créer une rupture dans le réel du temps ordinaire…
Au poignet, un engin explosif improvisé pour créer une rupture dans le réel du temps ordinaire…
©

Atlantic-tac

Quand l’heure tricolore s’habille en bleu et quand le bikini fluo joue en vert : c’est l’actualité des montres pendant le Mondial russe

Mais aussi les vingt ans d’un inspirateur qui ose tout, la dynamiteuse qui déconstruit le temps, la reine elliptique du « sex symbol » et le gazon chlorophyllé d’une footballeuse de choc…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

FIONA KRÜGER : Un dynamitage en règle des codes horlogers…

D’origine écossaise mais installée en Suisse, Fiona Krüger est une des très rares femmes considérées comme des créatrices dans la haute horlogerie. Si ses montres précédentes versaient dans le culte des crânes (séquences « Skull »), sa nouvelle collection Chaos opère dans le dynamitage à forte valeur ajoutée philosophique : la montre s’appelle « Mechanical Entropy » (« Entropie mécanique »), histoire de nous rappeler que le temps est le vecteur majeur de l’entropie du monde. C’est le temps qui démantèle et désorganise notre présent, dans le chaos permanent d’un avenir imprévisible et d’un passé indépassable. Là où les horlogers traditionnels s’efforcent précisément d’ordonner ce chaos, elle a voulu que sa nouvelle montre témoigne, dans ses moindres détails de cette déconstruction programmée : le mouvement mécanique – réalisé sur mesures à cette occasion – a été repensé comme une chaîne d’explosions pyrotechniques (chaque élément se trouvant « éclaté »), la décoration et le cadran en mode « explosé » confirmant la vocation disruptive de la montre. Même la couronne de remontage n’est pas à sa place traditionnelle. C’est de la haute horlogerie éruptive, à un prix (autour des 26 000 euros) qui réserve ce jouet de garçon très original à quelques amateurs d’engins explosifs improvisés…

VIANNEY HALTER : Le steampunk se fait néo-classique…

Créateur indépendant depuis exactement vingt ans, Vianney Halter est un des horlogers qui aura le plus influencé sa génération : on doit à ce Français quelques-unes des montres qui ont fait mûrir, mécaniquement et esthétiquement, bon nombre des projets suisses de haute horlogerie rupturiste, dans les années 2000 et 2010. Il fête ce vingtième anniversaire l’année de ses cinquante-cinq ans, en nous proposant une montre qui compile la plupart des marqueurs esthétiques qu’il affectionne : le style hublot d’un boîtier de 38 mm clouté comme ses blousons de cuir, le cadran néo-classique, la couronne de remontage dans le goût « steampunk » et, pour le mouvement automatique, un rotor de remontage « invisible » puisque transparent. Le choix des attaches centrales accentue le décalage stylistique d’une montre en acier qui ne sera réalisé qu’en vingt exemplaires, mais qui sera facturée dans les 54 000 euros à son public de collectionneurs. Un logo et un nom pour parapher le cadran : il n’en faut pas plus pour confirmer l’identité singulière de cette montre « anniversaire » qui récapitule avec bonheur le parcours horloger d’un « horlo-artiste » français porté sur la rupture…

ARTYA : En bikini, sous le soleil, exactement…

En arabe, « Shams » désigne le « soleil », source de lumière. C’est précisément cette lumière légèrement fluorescente – comme traitée au néon – que la montre Shams d’Artya entend répandre sur ses rouages mécaniques « squelettés » (réduits à leur simple structure au lieu d’être cachés par le cadran). Yvan Arpa, le créateur de la marque Artya (« Art Yvan Arpa » pour les initiés) a longtemps été le pionnier du « squelettage » modernisé des mouvements horlogers – peut-être par passion pour les… crânes (skulls) dont il a fait un des pivots esthétiques des montres contemporaines. Quoi de plus normal que des rouages en… bikini pour une montre d'été dédiée au soleil ? Cette Shams Swiss Made en acier noirci de 44 mm est totalement personnalisable, ses composants fluo (prolongés par les surpiqûres du bracelet) pouvant prendre à peu près n’importe quelle teinte.

KLOKERS : Les heures bleues d’une création tricolore…

La néo-marque Klokers est une des plus belles réussites de l’horlogerie française au cours de ces dernières années. Bien sûr, la montre est Swiss Made, mais ses créateurs sont français, et même savoyards (on les trouve à Annecy), son concept stylistique est français [c’est celui de nos anciennes règles à calcul circulaires] et les lignes de la montre affichent cette inimitable « touche française » que le monde nous envie – même en Suisse ! Rappelons que les heures, les minutes et même les secondes se lisent sur un repère blanc, sous lequel défilent trois disques entraînés par un mouvement électronique : une lecture originale, disons même révolutionnaire, qui met le cadran en mouvement au lieu de jouer avec des aiguilles. La Klok-01 s’offre pour cet été une superbe tenue bleue, qu’on peut agrémenter avec différents bracelets interchangeables. Différents accessoires très malins permettent de porter la montre autrement qu’au poignet. C’est une des montres Swiss Made les plus créatives du moment, mais certainement pas la moins accessible puisque les prix se maintiennent sous les 500 euros – un positionnement de prix qui est une manifestation intelligente supplémentaire de la « french touch » portée par cette montre…

EBERHARD & CO : Une reine du « sex symbol » au poignet…

Une montre de femme pour changer, et même une des plus originales du marché : cette Gilda aux formes très glamour est signée Eberhard et Cie (c’est une des plus anciennes marques suisses (depuis 1887). Son élégante ellipse se décline dans de nombreuses versions plus ou moins serties et précieuses, mais, pour cet été, Gilda a choisi de s’habiller très sobrement de nacre et d’acier, sans le moindre diamant, avec deux chiffres romains rouges pour marquer sa différence et un simple bracelet rouge assorti. Les initiés apprécieront le verre saphir légèrement bombé de cette Gilda, dont le boîtier très réussi n’a besoin que d’un mouvement à quartz pour marquer le temps qui passe – mouvement qui garantit à cette montre joliment galbée une appréciable minceur. De toute évidence, la Gilda – qui tire son nom du film qui avait fait de Rita Hayworth le « sex symbol » absolu des années 1940-1950 – est une des plus belles tentations féminines du moment : pas une femme ne sait lui résister dès qu’elle la passe au poignet…

FRANC VILA : Le vert des stades et l’or d’un trophée…

Pour finir, le chronographe le plus inattendu de ce Mondial russe : dédié au football, il s’agit d’une innovation mécanique qui simplifiera la passion des amateurs comme des arbitres pour décompter les minutes de chaque partie. On lit l’heure et les minutes dans le bas de la montre, le haut étant consacré au seul chronométrage des temps réglementaires sur un impressionant arc-de-cercle : on lit tout aussi facilement les temps additionnels, les prolongations et même la mi-temps. Un seul poussoir pour ne pas se tromper. Pour la fiabilité du décompte, le mouvement « manufacture » automatique est suisse. Un boîtier en fibre de carbone aux formes originales abrite le tout, en toute légèreté. Même les couleurs de la montre sont vouées au football, avec le vert des pelouses et les couleurs du logo de cette Coupe du monde. Hier moribonde, la marque Franc Vila vient d’être relancée en Suisse par de nouveaux actionnaires : ce chronographe mécanique original augure bien de cette renaissance (comptez tout de même dans les 24 000 euros pour parader avec cet instrument ultra-professionnel à votre poignet)…

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

Lien : https://businessmontres.com/

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !