Norvège : "Je m’appelle Théa, j’ai 12 ans et je vais me marier dans un mois" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Une jolie petite fille blonde norvégienne de 12 ans a failli être mariée à un homme de 37 ans.
Une jolie petite fille blonde norvégienne de 12 ans a failli être mariée à un homme de 37 ans.
©Reuters

Revue de blogs

Norvège : "Je m’appelle Théa, j’ai 12 ans et je vais me marier dans un mois"

Une jolie petite fille blonde norvégienne de 12 ans a failli être mariée à un homme de 37 ans. Les préparatifs des noces s'étalaient sur son blog. Voici le pourquoi et le comment d'un mariage très arrangé.

Claire Ulrich

Claire Ulrich

Claire Ulrich est journaliste et fan du Web depuis très longtemps, toujours émerveillée par ce jardin aux découvertes, et reste convaincue que le Web peut permettre quelque chose de pas si mal : que les humains communiquent directement entre eux et partagent la chose humaine pour s'apercevoir qu'ils ne sont pas si différents et qu'il y a donc un moyen de s'entendre.

Voir la bio »

Théa va se marier. Elle est contente, pour le moment. A 12 ans, c'est fun de choisir les petits fours, l'église, l'alliance et la lingerie sexy de la nuit de noce. Elle raconte tout en détails sur son blog tout rose (traduction en français). Et le mari ? Il est là, sur la photo. Ce n'est pas le papa, mais le futur époux de 37 ans. 

Et voilà la vidéo de son mariageaccompagnée du message :"Vous êtes invités au premier mariage précoce qui se déroulera en Norvège à l'occasion de la Journée ONU de la petite fille."

La provoc' a très bien fonctionné. Qu'environ un million de personnes aient visité un blog de mariage de la Lolita norvégienne, que certains y aient cru, aient appelé la police pour dénoncer les parents de Théa et se soient précipités sur les hashtags  et (arrêtez le mariage) peut se comprendre. Les posts et selfies de Théa sont convaincants. Théa est contente de quitter l'école pour se marier, elle n'aura plus de devoirs à faire. Théa s'interroge sur ce qui va se passer durant la nuit de noces. Sa maman lui recommande d'être moins bébé car elle va bientôt avoir des enfants elle-même, puisque c'est ainsi (voir la traduction automatique d'un post depuis le norvégien). 

Sur Twitter, les félicitations s'empilent : l'ONG Plan Norvège a réussi un coup de maître pour secouer les consciences sur le mariage des mineures, mais ailleurs. L'opération était destinée à s'achever le 11 octobre, jour du mariage de Théa, et Journée internationale de la petite et jeune fille instaurée par l'ONU, qui agit contre les mariages précoces. L'ONG Plan Norvège propose maintenant des programmes de parainage financier de petites filles pour qu'elles ne soient pas mariées pour soulager la famille d'une bouche en trop à nourrir.

Mais la campagne met aussi mal à l'aise, comme celle de l'ONG anglaise Save The Children l'an passé reproduisant les horreurs syriennes à LondresOsocio, un blogueur canadien spécialiste du marketing, explique ce malaise :  "Dans la catégorie des campagnes de marketing, celle-ci est top. Mais cela me dérange toujours, en tant qu'Occidental, que l'on amène les problèmes du 'tiers monde' à la 'maison' en utilisant des blancs comme exemples et que ce soit tellement efficace. Ce n'est pas une critique de la campagne de l'ONG Plan, très efficace pour prouver quelque chose par l'émotion. Mais le fait qu'ils aient eu besoin d'une petite fille jolie, blonde, classe moyenne, pour choquer les gens et les pousser à l'empathie quand 14 millions d'autres filles sont mariées chaque annéerévèle quelque chose sur la Norvège et les cultures similaires, comme la mienne (le Canada). Et ce qu'il révèle n'est pas très joli."

Pour comparer ce faux mariage très rose à la réalité, une vidéo de l'ONG Human Rights Watch présente de réelles mariées, de 14 ans ou moins, données loin de la Norvège à des hommes beaucoup plus âgés pour une unique raison : la pauvreté.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !