Nicolas Sarkozy, ses cuisses fermes et les fiançailles diamantées de son fils, Emmanuelle Béart et ses fesses molles (c'est elle qui le dit!), Léa Salamé, la Marie-Antoinette de France Inter et sa dent dure | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Nicolas Sarkozy, ses cuisses fermes et les fiançailles diamantées de son fils, Emmanuelle Béart et ses fesses molles (c'est elle qui le dit!), Léa Salamé, la Marie-Antoinette de France Inter et sa dent dure
©

Revue de presse people

Nicolas Sarkozy, ses cuisses fermes et les fiançailles diamantées de son fils, Emmanuelle Béart et ses fesses molles (c'est elle qui le dit!), Léa Salamé, la Marie-Antoinette de France Inter et sa dent dure

Et aussi : Laurent Wauquiez, un garçon affranchi ; Claire Chazal, une star déchue qui réapprend à vivre ; Sandrine Quétier risque gros ; Madonna et Sean Penn ont comme un retour de flamme.

Sandra Freeman

Sandra Freeman

Journaliste et productrice, Sandra Freeman a animé des émissions sur France Inter, LCI, TF1, Europe 1, LCP et Public Sénat. Coautrice de L'École vide son sac (Éditions du Moment, 2009), elle est la fondatrice du média internet MatriochK.

 

Voir la bio »

Si  « L’Obs », « Le Point » et « Challenges » ont misé cette semaine sur des personnalités politiques comme Emmanuel Macron ou Alain Juppé, les journaux people, eux, restent attachés à la famille Sarkozy, plus glamour peut-être.

Nicolas Sarkozy : « des cuisses bien fermes et une volonté musclée » (au Cap Nègre)

Pour preuve, en Une de « Voici », Carla Bruni se tient droite, élancée, en forme olympique et en maillot, près de sa fille Giulia, « son rayon de soleil ». En vacances au Cap Nègre,  « la chanteuse et son Raymond oublient leurs problèmes parisiens » titre le journal.

Pour être bien claire, « Raymond » c’est Nicolas Sarkozy, et « leurs problèmes parisiens » sont « la tourmente des primaires », l’affaire Bygmalion  et l’histoire Nadine Morano.

Selon « Voici »,  comme si c’était l’évidence, « Le come-back de Nicolas à l’Élysée » est plus compliqué que prévu. C’est «  un chemin semé d’embûches ».  Dans ce contexte, «  la jolie brune (Carla) sent que c’est à elle de tenir la barre, et de veiller à l’équilibre familial dans une période pas facile pour son mari ». Si les filles se baignent, Nicolas, lui se défoule : il « court. Depuis toujours c’est sa façon d’évacuer le stress, sa soupape de sécurité. Qu’il soit à Paris, en Corse, ou dans le Sud, il fait des kilomètres à vélo et surtout il court » rappelle « Voici » qui joue le supporter au bord de la route et rajoute : « d’où des cuisses bien fermes et une volonté musclée ».

Louis Sarkozy et Capucine Anav : des « Fiançailles à l'américaine » !

En Une de « Public », on mise sur l’image du bonheur des juniors : Louis Sarkozy et Capucine Anav « viennent de se fiancer ».

Les voici à l'aéroport JFK à New York. « Entre eux les retrouvailles sont toujours torrides » analyse le magazine, câlins, bisous, et roses à l’appui… « il a acheté un bouquet de roses », « elle se pend à son coup et le couvre de 1000 baisers ».

Pourquoi le magazine parle-t-il de « Fiançailles à l'américaine » ? Parce qu’elle porte « à l’annulaire gauche, la bague de son amoureux. Un diamant étincelant, signe de leur engagement sincère ». C’était avant New York, mais la formule fait son effet.

Les deux interviews de la semaine :

Emmanuelle Béart dans le « Elle », femme mature et petite fille ; Laurent Wauquiez dans « Closer », un garçon affranchi 

Emmanuelle Béart, 52 ans : le corps « se relâche et je profite de ce relâchement ».

« Ma vie, c’est l’amour ». Emmanuelle Béart est l’invitée du « Elle » cette semaine qui lui offre une couv’ joyeuse et douce, en blouson jean, pas trop sexy, ni trop icône, ni trop star… juste-là, simplement. C’est la 13ème fois que la star est en couverture du magazine. Souvent la question de la « vérité » lui a été soumise mais aujourd’hui, c’est clair dans son entretien : « Si il y a une chose sur laquelle je ne peux pas mentir, c’est que je suis une grande menteuse ». Cette petite mise au point étant faite, cela ne nous empêche pas de la lire avec l’attention qu’elle mérite sur la mort de son père, et sur son rapport à la vie.  

Quelques semaines après le décès de son père, elle l’évoque : « d'une certaine façon, j'avais toujours peur de lui (…) La mort de mon père a fait de moi une adulte. Mais c'est difficile de renoncer à sa part d'enfance. Je sens cette petite fille, cette petite « moi », qui me tient la main. Elle est bienveillante ou malveillante mais elle ne m’a pas encore lâchée »…

Mais elle parle aussi de son âge, 52 ans, du genre de femme qu’elle est, de sa façon d’aimer désormais : « Être amoureuse à 50 ans, personnellement je le vis mieux. Avec ce corps qui se relâche un peu, enfin. Ça se relâche et je profite de ce relâchement. Je ne fais pas de sport, je passe par cette phase où ça s'apaise. Il y a quelque chose qui ressemble plus à la vie qu’avant. Le masque physique, je l’ai beaucoup porté. Il y a tout un moment de l’existence des femmes où, dans le fond, le plaisir c’est le plaisir de l’autre. Mais là, j’ai décidé de prendre mon pied. Comme à l’école quand on lève la main : ça y est c’est mon tour. » Visiblement, la petite fille est toujours là.

Laurent Wauquiez : « En politique, on brasse du vent, on fait du buzz, mais on ne change plus rien ».

« Ce qui tue notre pays ce sont les gens qui disent à chacun ce qu'il veut entendre. Je me suis juré de ne plus être là-dedans ». Dans « Closer », donc, Laurent Wauquiez se confie : « je crois à la famille même si je respecte les gens qui font d’autres choix personnel. Je dis  ce que j’ai sur le cœur. Je suis un être de passion et d’enthousiasme. Et je préfère que les gens sachent ce que j’ai au fond des tripes. Alors si aujourd’hui je ne suis pas le chouchou des petits milieux parisiens, je m’en fiche. Ce qui manque en politique c’est le concret » et d’ajouter « En politique, on brasse du vent, on fait du buzz, mais on ne change plus rien »… Là, on a à faire à un garçon affranchi.

« Femmes de la télé » : quelques nouvelles sur Léa Salamé, Claire Chazal , Maitena Biraben, Sandrine Quétier et Alessandra Sublet.

Léa Salamé : une diva ?

« À la radio on l'appelle Marie Antoinette » « Voici » ouvre ses pages à ceux qui ne l’aiment pas et décrit la journaliste sous son plus mauvais jour. « Quand les micros sont off, l’animatrice fait l’unanimité… Contre elle ! » paraît-il. Pourtant, elle a conquis le public sur France 2 le samedi soir, ou sur France Inter le matin… mais selon le magazine, « pour certains Léa serait froide, distante, hautaine ». Le journal en profite pour rappeler son pedigree, « née à Beyrouth, elle est la fille de l’ancien ministre de la culture du Liban, professeur à Sciences-po ». Hautaine, on n’en juge pas, mais de la haute, c’est sûr !

Claire Chazal : déchue !

Traits tirés, « Closer » met Claire Chazal en couverture cette semaine. « Plus d'un mois après son dernier journal, la reine déchue du journal télévisé du week-end réapprend à vivre simplement, jour après jour, entre emplettes au supermarché et cours de danse ». Le magazine insiste sur le fait que « ce retour à la réalité quotidienne est une douleur » pour elle. Finie l'adrénaline de l'antenne. Finie la frénésie d'une rédaction. « Ses amis les plus proches sont accaparés par le boulot ». Pour accompagner cela, quelques « photos exclusives » la montrent allant au supermarché ou entrer à son cours de danse. Et voilà comment le banal devient une information majeure.

Maitena Biraben : Guerrière !

« On a peur qu’elle craque en direct ». Face à la rentrée difficile que connaît l’animatrice su Canal Plus depuis la rentrée, « Closer » est parti à la pêche aux informations « backstage » et décrypte ce qu’il en déduit : « Elle est passée en mode guerrière. Mais elle a choisi de se battre seule, sans s'appuyer sur les sept membres de la rédaction en chef qui l'entourent. Il y a quatre rédacteurs en chef, et deux rédacteurs en chef adjoints, un directeur éditorial, sans compter le producteur ». Mais il semblerait qu’elle se « comporte comme la productrice et non l’animatrice de l’émission. Elle refuse beaucoup de sujets et tient à valider tout ce qui passe à l’antenne ». Ainsi, omnipotente et solitaire, il semblerait que « ses propres troupes perçoivent mal sa stratégie ».

Sandrine Quétier : « elle risque gros ».

« Sandrine va devoir tenir la cadence si elle ne veut pas valser de la grille » annonce « Voici », « après le flop de Master chef, elle ne peut pas se permettre un nouvel échec ». D’autant que désormais, « la star, c’est Alessandra Sublet » qui est « passée de France 2 à TF1 comme une fleur » cette été. « Alessandra n’a pas encore montré le bout de son nez à l’antenne. Pourtant en interne le mot d’ordre est clair, l’animatrice héritera de toutes les émissions et nouveautés à venir. Sympa pour les copines ».

Sean Penn et Charlize Theron : chacun sa vie (lui avec Madonna, elle avec August)

Sean Penn et Madonna : retour vers le futur ?

« Et si tout recommençait ? ». « Closer » fait le point sur l’histoire : « Voilà une page que l'on croyait tournée. Mais plus de 25 ans après leur divorce, Madonna et Sean Penn ont comme un retour de flamme. Ces jours-ci ils sont inséparables ». Il semblerait qu’il la suive lors de certains de ses concerts. On le voit photographié dans la foule, au milieu de 18 000 personnes… Madonna a fait savoir sur Instagram que, après le show, il lui aurait « écrit une lettre pour dire qu’il appréciait enfin (s)on art. ça en dit long sur ce qu’est le mariage non ? » ajoute-t-elle. Par ailleurs « Closer » raconte que, toujours sur Instagram, « elle a célébré l’anniversaire de leurs noces ».

Charlize Theron : Dingue de sa petite August

Le 13 octobre, à Los Angeles, elle est allée chercher Jackson quatre ans avec sa petite dernière dans les bras. « Jusque-là, explique « Voici », elle avait gardé son bébé à l'abri des regards mais depuis la semaine dernière elle l’emmène partout ». August est âgée de quelques mois et a été adoptée fin juillet. « Pour l'actrice c'est le bonheur absolu ; très maternelle, elle couvre son bébé de bisous et adore le porter tout contre elle ».

De son côté, le magazine « Public », explique que c’est un « vrai soulagement » pour l’actrice. « Elle avait dû batailler ferme avec l’agence d’adoption » puisque « la procédure avait été amorcée en janvier dernier, avec son compagnon de l’époque, Sean Penn » mais le couple s’est séparé en juin. Finalement, c’est sans Sean Penn qu’elle a pu adopter  « aux Etats-Unis, cette petite puce afro américaine ».

Tout ça semble assez cohérent, renchérit « Closer », qui ajoute qu’« elle vit très bien merci », et qu’ « Être « l’épouse de », elle ne l’envisage même pas (...) très indépendante et même contre le mariage ».

Ainsi, « c’est seule qu’elle a adopté et seule qu’elle élève ses deux enfants » August, et Jackson.

Kate Middleton, « Royale » lors de son premier dîner d’État.

Gracieuse. En robe rouge avec une fine couronne, « Voici » affirme qu’ « elle a déjà tout d'une reine. En recevant le président chinois, la duchesse à prouvé qu'elle était à la hauteur ». « Public » s’accorde totalement en ce point rajoutant qu’ « elle a illuminé le palais de Buckingham » lors de cette réception qui a réuni 170 invités. « Le rouge intense de la robe de Kate n’a pas été choisi par hasard. C’est un clin d’œil au drapeau chinois ».

Céline Dion : « Pour ses fils, elle tient bon ».

« Alors que René n'a plus que quelques mois à vivre, la diva tente d'égayer la vie de ses fistons avec des tours de manège et des « Barbes à papas ». Mais le cœur n'y est pas ». « Voici » et « Closer » publient les photos de Céline Dion avec ses fils au pays de Mickey. Ces photos témoignent de sa « Positive attitude », et elle les a diffusées elle même sur les réseaux sociaux… Une bonne communication qui permet aux magazines de traduire que « pour ses fils, elle reste forte ».

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !