Mes Chaussettes Rouges : les Papes de la chaussette de luxe sont… Français ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
L'entreprise française "Mes Chaussettes Rouges".
L'entreprise française "Mes Chaussettes Rouges".
©

Atlantico chic

Mes Chaussettes Rouges : les Papes de la chaussette de luxe sont… Français !

La start-up française Mes Chaussettes Rouges vient tout juste de franchir le cap des 50% de ventes à l'étranger et connait un vif succès aux USA, au Royaume Uni, en Allemagne, en Espagne et même au Japon et en Chine.

Hugo Jacomet

Hugo Jacomet

Fondateur et éditeur de "Parisian Gentleman", Hugo Jacomet est une plume reconnue dans le domaine du style masculin.

Voir la bio »

Rome, Juin 2009 : deux jeunes français fraichement (très) diplômés de deux (très) prestigieuses écoles supérieures de commerce pénètrent dans la petite boutique de Ditta Annibale Gammarelli, situé Via Santa Chiara, à deux pas du Panthéon, avec une idée folle en tête : devenir les distributeurs exclusifs pour le monde entier des fameuses chaussettes rouges fabriquées par cette petite échoppe qui habille de mitre en soutane depuis plus de deux cents ans (1798), tout ce que le Vatican compte d'ecclésiastiques de haut rang, incluant, vous l'aurez deviné, le Pape lui-même.

L'exclusivité mondiale de la vente des chaussettes rouges du Pape, voilà ce que sont venus chercher les jeunes Vincent Metzger et Jacques Tiberghien avec dans leurs poches, de quoi acheter… quelques centaines de paires chaussettes, un bien maigre capital pour convaincre une Maison aussi iconique (si j'ose dire).

Et si la proposition ne semble pas, de prime abord, très catholique, Gammarelli accepte pourtant de faire un essai. En un rien de temps, nos deux audacieux entrepreneurs bricolent donc un site web qu'ils qualifient eux-mêmes aujourd'hui "d'affreux" et se mettent à vendre leur petite gamme : les trois modèles de chaussettes Gammarelli, rouges (celles du Pape et des cardinaux), violettes (celles des évêques) et noires (celles des prêtres).

Le succès est immédiat. La première commande reçue par Vincent et Jacques les mets immédiatement en rupture de stock sur une référence : un médecin leur a en effet commandé directement 7 paires de chaussettes, et toutes de couleur rouge !

Trois mois plus tard, quelques 2500 paires de Gammarelli ont trouvé preneurs en France et il devient alors possible pour nos deux compères d'investir dans un site digne de ce nom. L'entreprise "Mes Chaussettes Rouges" est née.

Très vite cependant, un autre problème se pose : autant Gammarelli a bien voulu "suivre" les deux jeunes français avec leur produits classiques, autant il n'est pas question pour eux de développer autre chose que des chaussettes noires, violettes et rouges car c'est précisément ce que porte 100% de leur clientèle : Ici il est question de paramentique liturgique, pas de style personnel.

Mais il en faut plus pour décourager nos deux croisés de la chaussette chrétienne : non contents d'avoir réussi, presqu'au bluff, à distribuer les chaussettes (les mi-bas pour être plus précis) du Pape, ils croisent bientôt la route d'Alain Starck, le célèbre tailleur parisien qui produit les fabuleux habits brodés des Académiciens. Ce dernier vient tout juste de produire une ligne de chaussettes très haut de gamme… vertes (!), afin de ne plus assister impuissant au spectacle horrible d'un académicien lors de son intronisation, portant fièrement un habit ayant nécessité plus de 600 heures de broderie à la main avec… des chaussettes de tennis blanches (c'est véridique !)

Les Chaussettes "Mazarin Grand Faiseur" développées par Stark pour les Immortels sont d'une qualité comparable à celles fabriquées par Gammarelli pour le Vatican : mis bas de grande qualité, remaillage main, coton "extra-long staple", pointe et talon renforcés, chaussettes et côtes très fines. C'est la deuxième rencontre décisive : avec Mazarin, l'entreprise développe une gamme complète de couleurs, de matières et de motifs.

4 ans plus tard, Mes Chaussettes Rouges a beaucoup grandi et son offre est aujourd'hui impressionnante avec 40 couleurs disponibles ainsi que tous les types de chaussettes (ville, sport, chasse, ski) de motifs et de matières. Du fil d'écosse bien sûr, mais aussi de la laine mérinos, de la soie, du cachemire et même du yak, de l'alpaga et du chameau. Il est même possible, depuis peu, de commander les plus belles chaussettes du monde, fabriquées en Vigogne, à 520 euros la paire…

Heureusement pour nous, la grande majorité des magnifiques mi-bas en fil d'écosse sont accessibles à partir de moins de 20 euros et les matières plus luxueuses (soie, cachemire) aux alentours de 30 euros.

L'entreprise vient tout juste de franchir le cap des 50% de ventes à l'étranger et connait un vif succès aux USA, au Royaume Uni, en Allemagne, en Espagne et même au Japon et en Chine. Depuis la création de la start-up, près de 50 pays différents ont reçu des commandes de Mes Chaussettes Rouges.

La dernière étape a été franchie cette année, avec l'ouverture d'une boutique parisienne très agréable, intégralement dédiée aux chaussettes et aux mi-bas. Pour la petite histoire, malgré cette offre pléthorique et de grande qualité, la chaussette rouge (celle du Pape donc), reste, et de loin, la plus grosse vente de la maison.

En tout juste 4 ans, ces deux jeunes Français ont donc pris une position de leader mondial de la vente de chaussettes de luxe sur l'internet ce qui, en ces temps de disette entrepreneuriale en France et de compétition très rude sur l'internet, est très réjouissant et montre qu'avec une (très) bonne idée, beaucoup de travail et un peu de chance, il est encore possible de réaliser de grandes choses.

Et quel pied de porter des chaussettes rouges !

Les Papes de la chaussette de luxe sont Français.

Alléluia.

Hugo Jacomet

Pratique : Le site internet de Mes Chaussettes Rouges : http://www.meschaussettesrouges.com/ ; La boutique de Mes Chaussettes Rouges : 9 rue César Franck, 75015 PARIS.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !