LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès
©

Revue de presse des hebdos

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

Et aussi : Municipales, le PS va-t-il perdre Montpellier ?

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein,, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

2021 : LREM contre Pécresse

Si La République en Marche revoit à la baisse ses ambitions pour les municipales, qui s'annoncent compliquées, à Paris, entre autres, elle pense à "la région Ile-de-France où LREM, forte de ses bons scores à la présidentielle et aux législatives de 2017, pourrait espérer battre la présidente Valérie Pécresse. « A condition de ne pas refaire le coup de Griveaux et Villani et de trouver le bon candidat, note un proche du Premier ministre»." cité par l'Obs.

Macron président solitaire

Emmanuel Macron n'a averti personne de sa déclaration, le 7 novembre dans les colonnes de The Economist sur 'l'état de mort cérébrale' de l'Alliance atlantique souligne Le Point. Un propos qui ne relève pas de la petite phrase et "qui aurait du être discuté avec le ministre des Affaires étrangères, voire avec le Premier ministre. De la même manière, Macron n'a pas jugé utile d'associer son responsable de la communication, Joseph Zimet, à son entretien accordé à Valeurs Actuelles".

Les menaces de l’ultradroite

L'Express s'intéresse aux "inquiétants Pieds nickelés de l’ultradroite. Ils sont des personnages de l’époque. Voici leurs quêtes, cheminements, révélations, combats et raclées" (6 pages).

Selon l'hebdo, la mouvance de l’ultradroite comprendrait "entre 2000 et 3000 individus, dont une très grande majorité de « sympathisants ». Parmi eux, un noyau dur d’environ 350 personnes possédant une arme à feu. Et une moitié de ce contingent est fichée S, pour « sécurité de l’Etat »".

Municipales : Dati ne s'affiche pas LR

Aucune trace du logo Les Républicains sur les tracts distribués par l'équipe de Dati sur les marchés parisiens. Le Point s'étonne. Par aileurs, Isabelle Saporta ne sera pas tête de liste dans un arrondissement parisien aux côtés de Gaspard Gantzer, qu'elle continue à soutenir. Et Pierre Liscia (lu LR dans le 18e, proche de Valérie Pécresse) qui avait failli rejoindre Gantzer est en discussion avec ... Rachida Dati selon Le Point.

Barthès et Quotidien vus par Valeurs actuelles

"Ils sont jeunes, drôles et dans le vent. Menés par Yann Barthès, ils disent le bien et le mal tous les soirs dans Quotidien". Enquête (12 pages) de Valeurs actuelles "sur des faux cools mais vrais censeurs." Professeur de philosophie, François L’Yvonnet voit dans Quotidien l’application parfaite de ce qu’il décrivait, en 2012, dans Homo comicus ou l’Intégrisme de la rigolade. Qui est l’Homo comicus ? « Un nouvel homme public à la fois journaliste, amuseur et donneur de leçons, répond L’Yvonnet. Maître de morale, il dit le vrai et le bien avec un aplomb impeccable et rejette hors de la norme tous ceux qui ne pensent pas comme il faut. » Yann Barthès consacre le triomphe de ce phénomène."

Valeurs actuelles critique la séquence le "Mot de la semaine de Papi Facho", qui se moque des entretiens en ligne de Jean-Marie Le Pen : "On pourrait espérer trouver là des bijoux de la presse satirique engagée. En réalité, ce qui fait rire Quotidien n’est pas tant que l’ancien président du Front national tienne des propos effrontés sur l’immigration ou l’islam, mais seulement... qu’il soit vieux. Les bégaiements et toussotements d’un vieillard sénile qui « fait rire dans les Ehpad », selon le mot de Yann Barthès, voilà ce qui constitue le sel de cette chronique".

Municipales : le PS va-t-il perdre Montpellier ?

A Montpellier, "le 8 novembre, l'eurodéputé Yannick Jadot est venu soutenir Clothilde Ollier, la candidate d'EELV. Et si EELV profitait de l'engouement pour la défense de l'environnement et de la division de la gauche pour s'emparer de la capitale de l'Hérault?" se demande l'Obs, qui pense que tout est possible dans la 7e ville de France Selon un sondage BVA paru en septembre, avant qu'on ne connaisse le casting définitif de l'élection, le maire sortant arrive en tête au premier tour avec 23-24%, au coude-à-coude avec la liste EELV, 21-22%. Suivent La France insoumise (11-12%), le Parti socialiste (9-11%), puis le député LREM Patrick Vignal et le milliardaire franco-syrien Mohed Altrad, patron du club de rugby de la ville".

Hidalgo veut sa police, pas maintenant répond LREM

"Le duel Hidalgo-Griveaux pour la conquête de Paris a démarré cette semaine sur les chapeaux de roue" avec le projet d'une véritable police municipale, "plus ou moins armée". "En octobre, les élus macronistes du Sénat ont rejeté un amendement socialiste visant à créer une police de proximité dans la capitale, repoussant l'adoption du projet d'Anne Hidalgo après les élections." Ce qui n'a, bien sûr pas plu à la mairie : "«Jouer la montre comme le font les amis de Griveaux, pour des raisons électoralistes, est totalement irresponsable », prétend un collaborateur de la maire" note l'Obs.

Jean-Marie Le Pen polit sa statue

 La vie de Jean-Marie Le Pen, ponctuée par les rendez-vous judiciaires, les entretiens avec les journalistes, et, parfois, un déjeuner entre amis ou en famille vue par l'Express (4 pages). "Un quotidien de retraité de la politique occupé à polir sa statue de commandeur de l’extrême droite française. A 91 ans, le fondateur du FN aimerait « laisser l’image d’un honnête homme », nous dit-il. Lui dont on ne compte plus les condamnations, pour apologie de crime de guerre, contestation de crime contre l’humanité, provocation à la haine, à la haine raciale..."

L'Obs prétend dévoiler la face cachée du cardinal Barbarin

Frédéric Martel, auteur du livre "Sodoma : Enquête au coeur du Vatican" s'est intéressé, pour l'Obs, au cardinal Barbarin, pendant 6 mois (15 pages). Et il revendique la consultation de nombreux témoins : "Près d’une centaine de personnes ont été interviewées pour cet article, dont 45 cardinaux, évêques, prêtres, anciens prêtres ou diacres." Il évoque des rumeurs, tout en ajoutant "sans la moindre preuve" : "Cléricalisme ? Lepénisme ? Franc-maçonnerie ? Opus Dei ? Homosexualité refoulée ? Aucune de ces supputations n’a jamais été prouvée mais elles se combinent pour troubler la biographie du cardinal". Au passage, Martel cite Frigide Barjot qui souligne l'importance de Barbarin dans la préparation de la Manif pour tous.

Martel évoque aussi l'histoire de Benoît Quettier qui a été, avec son frère Romain, dans le séminaire Saint-Irénée de Lyon, époque où le cardinal Barbarin a pris sous son aile, le jeune Benoît. Mais tout ne se serait pas bien passé entre décembre 2006 et janvier 2012 selon l'ex-séminariste : Le cardinal l'aurait convoqué parfois en fin de journée : « Il m’appelait le soir et il fallait venir tout de suite. J’étais séminariste, donc je devais obéir immédiatement. » Parfois, la discussion prend un tour étrange : il bombarde le jeune homme « de questions d’ordre sexuel ». Finalement, Benoît est "écarté du diaconat – et donc licencié du séminaire – mais on va lui imputer, à lui l’hétéro, des aventures homosexuelles". Martel conclut que Benoit Quettier "dément clairement toute agression sexuelle, mais reste traumatisé par le comportement de Philippe Barbarin" qui n'a pas souhaité répondre aux questions de Frédéric Martel.

Bien soignés en France ?

C'est Le Point qui pose la question en Une : "Est-on encore bien soigné en France ?" L'OCDE répond oui . Le Point confirme chiffres à l'appui, dans un dossier d'une dizaine de pages.

Des usines européennes de contrefaçon de cigarettes

"C’est désormais au coeur du continent que sont fabriquées ces milliards de cigarettes vendues à la sauvette sur des étals de fortune, à des prix défiant toute concurrence – en général, environ 5 euros pour un (faux) paquet." selon l'Express (3 pages) et il y a un vrai marché pour cette contrefaçon : "sur 40 milliards de cigarettes fumées chaque année en France, quelque 2 milliards, tout de même, proviendraient de ce commerce illicite." Selon, un rapport du groupe tabac-cigarettes de la DNRED, une division de la Douane : "47 usines de fabrication de cigarettes de contrebande ont été démantelées depuis 2015 sur le sol européen : 10 en Espagne, 7 en Grèce, 4 en Belgique, 2 en Grande-Bretagne, 2 en Irlande. Des fabriques illégales l’ont aussi été en Pologne, au Portugal, aux Pays-Bas, en République tchèque, en Bulgarie, en Hongrie."

L'Express et le bilan contrasté de Trump

"En dépit des sentiments divers qu’inspirent son style inimitable, ses postures physiques, ses rodomontades, les révélations successives de ses frasques passées, ses phrases à l’emporte-pièce ou ses tweets en rafales, le bilan objectif est délicat à établir, car il est pour le moins contrasté" (L'Express, 14 pages)

"Aux succès économiques relatifs s’ajoutent des mesures intérieures qui rencontrent souvent l’assentiment populaire tandis que l’action extérieure projette sur le devant de la scène internationale la question essentielle : l’Amérique n’est-elle pas en train de perdre son crédit mondial."

"Avec ses propos offensants pour le monde entier et ses paroles à l’emporte-pièce, Trump formule la question que beaucoup d’Américains se posent : pourquoi les Etats-Unis continueraient-ils d’exercer une hégémonie mondiale si cela leur coûte infiniment plus que ça ne leur rapporte ?"

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !