Les mesures faciles pour polluer le moins possible sans renoncer à des vacances plaisir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Les mesures faciles pour polluer le moins possible sans renoncer à des vacances plaisir
©

Atlantico Green

Les mesures faciles pour polluer le moins possible sans renoncer à des vacances plaisir

Les vacances sont un moment propice pour réfléchir aux effets du dérèglement climatique. On en entend parler, mais on y pense pas de façon concrète. La période des vacances permet de modifier son mode de vie pour pourquoi pas, adopter de nouvelles habitudes plus saines pour l'environnement.

Myriam Maestroni

Myriam Maestroni

Myriam Maestroni est présidente d'Economie d'Energie et de la Fondation E5T. Elle a remporté le Women's Award de La Tribune dans la catégorie "Green Business". Elle a accompli toute sa carrière dans le secteur de l'énergie. Après huit années à la tête de Primagaz France, elle a crée Ede, la société Economie d'énergie. 

Elle est l'auteure de plusieurs ouvrages majeurs: Intelligence émotionnelle (2008, Maxima), Mutations énergétiques (Gallimard, 2008) ou Comprendre le nouveau monde de l'énergie (Maxima, 2013), Understanding the new energy World 2.0 (Dow éditions). 

Voir la bio »

Au temps des vacances, c'est l'occasion de faire le point sur des sujets auxquels on ne pense pas tous les jours. C'est aussi une bonne occasion de changer ses habitudes alimentaires, de transport. 

Les vacances sont un moment pour réfléchir. On peut se poser la question de savoir où en est le monde. C'est le moment de voir ce qu'il se passe en dehors de notre quotidien. Il y a des signes de l'évolution climatique partout. Le cas de cet immense iceberg qui s'est détaché en est une première preuve. Les vagues de chaleur se multiplient dans le monde. Tous ces sujets par rapport au climat permettent de réfléchir à comment mieux gérer notre relation à la planète. Stephan Hawking a déclaré que la vie sur terre n'en n'a plus que pour cent ans. Entre prévisions apocalyptiques et phénomènes tangibles du changement climatique, on peut s'interroger du monde dans lequel vivront nos enfants et réfléchir à l'ensemble des leviers que l'on peut activer pour essayer de voir comment on peut jouer un rôle à notre niveau. C'est la part du colibri puisqu'à ce niveau, tout compte. 

Il est intéressant de dire se dire qu'avoir plus de temps permet de prendre de plus saines habitudes.

En matière d'alimentation, rien n'est plus savoureux et meilleur pour la planète que de manger des produits de saison et de l'endroit. C'est une façon de se reconnecter au monde. Il n'est pas très intéressant de manger des fraises en hiver, qui viennent de d'Afrique ou d'ananas qui qui viennent de plus loin sur terre. Il bien meilleur de manger des melons de Cavaillon lorsque l'on se trouve en France et dans le sud de la France. En vacances, sans avoir à négliger notre confort, il plus facile d'essayer d'avoir une empreinte plus allégée dans ses habitudes alimentaires. 

Les vacances, ce sont d'abord des déplacements, des voyages.

Les déplacements sont au cœur des voyages lorsque l'on va à l'étranger. Les avions dégagent beaucoup d'émissions de gaz carbonique. C'est le pire bilan qui soit dans les différents modes de transports. Plus on va loin et plus notre empreinte s'alourdit. L'idée, c'est d'essayer de partir moins loin en vacances et d'essayer les solutions d'auto-partage. Une bonne astuce consiste à partir moins loin avec des amis en partageant une voiture. Cette solution est préférable à celle ou une famille prend un avion pour aller plus loin. Cet impact sur la mobilité est assez conséquent. Il faut privilégier l'auto-partage avec des plateformes comme le site Blabla car. En partant à plusieurs, c'est quelques chose qui sans nous contraindre outre mesure permet de réduire son empreinte carbone et de réfléchir à de nouvelles façons de se déplacer. 

Quand il fait chaud, il faut résister à l'envie de mettre l'air conditionné partout pour se rafraîchir. Il est bien plus agréable de se mettre dehors, sortir le soir, baisser les stores et les volets. 

Pendant les vacances, en plus de réfléchir aux effets du changement climatique, on peut essayer des solutions pratiques qui ne sont pas un frein au confort quotidien. Ces nouvelles habitudes nous sont bénéfiques pour nous et pour la planète. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !