Les grains d'or dans un style étrusco-joaillier, le cheval piaffant en mode sino-nippon et les sourates sacrées du code islamique : c'est l'actualité des montres | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Le mouvement Roger Dubuis RD 101 : 590 composants, tous réalisés par la manufacture de Genève, avec quatre balanciers et cinq différentiels pour les harmoniser…
Le mouvement Roger Dubuis RD 101 : 590 composants, tous réalisés par la manufacture de Genève, avec quatre balanciers et cinq différentiels pour les harmoniser…
©

Atlantic-tac

Les grains d'or dans un style étrusco-joaillier, le cheval piaffant en mode sino-nippon et les sourates sacrées du code islamique : c'est l'actualité des montres

Et aussi le cliquetis des quatre balanciers réglés par cinq différentiels, l’acier bleu des grands sportifs chics et l’influence de Darwin sur l’évolution des montres…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

ROGER DUBUIS : L’innovation mécanique comme vocation esthétique…

L’année horlogère commence en trombe pour cause de salon de la haute horlogerie (SIHH, Genève), programmé dans trois semaines. Les marques déballent donc quelques nouveautés alléchantes, histoire d’occuper le devant de la scène et de maintenir le suspense jusqu’à l’ouverture de ce salon. La manufacture genevoise Roger Dubuis confirme ainsi cette année ses ambitions dans la très haute horlogerie mécanique avec une version en titane noirci de son Excalibur Quatuor, la première montre de l’histoire à compter quatre balanciers (pièce du mouvement qui en assure le « tic-tac » et qui anime ici 590 composants, 100 % maison, y compris les quatre ressorts-spiraux : image ci-dessus). Cinq différentiels assurent la régularité de marche simultanée de ces quatre balanciers : ils fonctionnent par paire et leur inclinaison coordonnée garantit une précision de marche dans toutes les positions de la montre. Le titane noir souligne l’architecture ultra-contemporaine de cette montre très compliquée, dont les innovations restent à ce jour inégalées (48 mm de diamètre, donc plutôt une « montre d’homme)…

IWC : En plongée avec Darwin sous le signe de l’évolution…

IWC pour International Watch Company : un nom américain qui rappelle cette fin du XIXe siècle où les ateliers suisses d’horlogerie étaient les sous-traitants des industriels américains de la montre – en quelque sorte, avec sa main-d’œuvre européenne moins chère, la Suisse était alors la Chine de l’Amérique. Les choses ont bien changé et la manufacture de Schaffhouse, à un jet de pierre des chutes du Rhin, est aujourd’hui un des leaders mondiaux de la haute horlogerie, même si la marque adore s’ébattre en terrain sportif, sans détester d’exercer ses responsabilités citoyennes. Témoin ce chronographe de plongée Aquatimer « Expédition Charles Darwin », dont le boîtier en bronze fait un clin d’œil aux équipements du Beagle, voilier à bord duquel le naturaliste avait fait un voyage décisif pour mûrir sa théorie de l’évolution et de l’origine des espèces (1831-1836). Innovation/évolution de cette montre : un double système de lunettes tournantes (utile pour calculer les paliers de remontée), qui marie une lunette tournante extérieure (la plus classique et la plus facile à manipuler) et une lunette tournante extérieure (la plus sécurisée et la plus précise, et même, ici, la plus lisible). La touche originale du bronze et l’élégance du design, équilibré par l’embrayage de la lunette tournante, à gauche du boîtier, font de ce chronographe de plongée une vraie montre urbaine…

CHOPARD : En selle pour chevaucher le zodiaque chinois…

La Grande Chine (au sens large, touristes compris) achetant à peu près deux montres suisses sur trois produites, les marques européennes sont devenues aussi sensibles au calendrier zodiacal chinois que les amoureuses occidentales à la Saint-Valentin. La prochaine Année du Cheval (signe de l’année 2014) est donc une occasion de se montrer, mais aussi de démontrer son savoir-faire dans les métiers d’art traditionnels associés aux beaux-arts de la montre mécanique : Chopard a choisi la technique de l’urushi (laque japonaise mêlée de poussière d’or) pour camper un cheval piaffant sur un champ de grains d’or semé de fleurs de lotus. Logé dans un boîtier L.UC. (Louis Ulysse Chopard) en or de 39,5 mm de diamètre, ce précieux cadran est un porte-bonheur mécanique de toute beauté (mouvement automatique manufacture ultra-plat).

VACHERON CONSTANTIN : L’acier bleu des grands sportifs chic…

La collection Overseas porte les couleurs – ici, un superbe cadran bleu, cette couleur qui est le nouveau chic de la haute horlogerie – de la manufacture Vacheron Constantin sur le terrain du sport élégant. Ce chronographe trois compteurs aux finitions superlatives se complique la vie d’une grande date à deux guichets elle aussi très distinguée. 150 mètres d’étanchéité pour les risques élémentaires d’une vie urbaine agitée, mais un style qui redevient quasiment rétro, et donc très désirable, avec les méplats du boîtier de 42 mm et la couronne crantée qui évoque la croix de Malte emblématique de Vacheron Constantin, le tout avec une belle alternance de poli et de satiné. Ce chronographe Overseas est une des plus belles alternatives actuelles – finitions artisanales en prime – à la sempiternelle Rolex Daytona…

AL-NOOR : Si Allah était horloger et si le Coran était une montre…

Ce n’est pas la première montre mécanique qui rend hommage à la culture islamique (surtout si on souvient que les Musulmans ont été les « passeurs » vers l’Europe du savoir de l’Antiquité dans le domaine du temps et du décompte des heures), mais c’est une des plus convaincantes : le cadran, où s’est logé un tourbillon mécanique, est décoré des premières lettres des sourates du Coran que doit réciter quotidiennement tout bon Musulman, alors que les guichets affichent l’image symbolique des animaux dont les initiales sont un rappel de la présence divine (détails dans la vidéo ci-dessous). Cette montre mécanique Al-Noor (« lumière », en arabe) a été conçue par l’horloger germano-suisse Bernhard Lederer à la demande son actionnaire russe Rafael Papyan (Raff House), qui sait l’importance de cette calligraphie symbolique pour les consommateurs émergents du Proche et du Moyen-Orient…

CARTIER : Des grains d’or semés par les Etrusques dans la tradition horlogère…

La nouvelle fièvre des « métiers d’art » associés à la décoration des montres ressuscite des techniques oubliées, comme la « granulation », utilisées au Proche-Orient trois millénaires avant notre ère et magnifiée par les Etrusques dès le VIIIe siècle. Il s’agit de déposer des milliers de minuscules grains d’or sur une plaque d’or et de les fixer par soudure sans altérer le motif qu’ils forment. Cartier joue de cette granulation pour reprendre le thème de la panthère, emblématique de la marque : le fauve y gagne ici en impétuosité sauvage et en expressivité réaliste. Les grains d’or créent des volumes étonnants de force et de virtuosité : dans la collection Rotonde Cartier (42 mm), c’est une des montres les plus impressionnantes de virtuosité décorative…

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !