Les coutumes et les rituels de l'élégance masculine (partie 1) : le boutonnage des vestes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
"S’asseoir avec tous les boutons attachés occasionne sur la plupart des vestes une tension sur la boutonnière."
"S’asseoir avec tous les boutons attachés occasionne sur la plupart des vestes une tension sur la boutonnière."
©

Atlantico chic

Les coutumes et les rituels de l'élégance masculine (partie 1) : le boutonnage des vestes

Votre chronique mode avec Hugo Jacomet, pour tout savoir sur la bonne manière de boutonner sa veste.

Hugo Jacomet

Hugo Jacomet

Fondateur et éditeur de "Parisian Gentleman", Hugo Jacomet est une plume reconnue dans le domaine du style masculin.

Voir la bio »

Le geste est simple : lorsqu'un homme s’assoit, il déboutonne un bouton de sa veste. Ce bouton sera reboutonné quand viendra le moment de se lever (vous noterez qu'il est hors de question de "tomber" la veste comme on dit aujourd'hui).

J’aime les rituels. Un rituel est, dans une certaine mesure, révélateur; il en dit long sur vous en peu de gestes.  Allumer des bougies le soir, faire son exercice le matin, border son enfant d’une certaine manière, trinquer en regardant dans les yeux mais sans croiser les verres, réajuster sa tenue après s’être assis… le rituel est agréable, voir réconfortant. C’est sans doute la raison pour laquelle nous y sommes tant attachés.

Mais revenons au (dé)boutonnage de la veste; toutes considérations romantiques mises à part, la raison pratique est évidente. S’asseoir avec tous les boutons attachés occasionne sur la plupart des vestes une tension sur la boutonnière, qui se traduira inévitablement par une usure rapide du tissu et des coutures.

L’origine de l'autre coutume consistant à ne jamais boutonner le dernier bouton d’une veste reste quant à elle incertaine. D’aucun disent qu’elle provient du règne du Roi Edward VII, dit « Bertie » (1841-1910, Roi de 1901-1910) dont le proverbial embonpoint empêchait tout simplement le boutonnage du dernier bouton. La cour en prit rapidement note, et s’empressa de l’imiter. D’autres affirment que la coutume dérive de la forme des premiers gilets, qui étaient si longs qu’ils rendaient la marche terriblement inconfortable avec le bouton du bas attaché. Quoi qu’il en soit, de nos jours, la majorité des vestes ne sont tout simplement pas créées pour être boutonnées jusqu’en bas.

Ce rituel fait partie de la vie des hommes depuis des générations. A tel point qu’il en paraît tout à fait naturel. Peut-être est-ce pour ça que la plupart des femmes en ignorent plus ou moins l’importance ? Pourtant ce n’est pas faute d’exposition à des heures de grande écoute. Voyez plutôt la maîtrise dont Don Draper de la série Mad Men fait preuve dans le (dé)boutonnage de sa veste : 

Il est vrai que l’exécution de ce rituel varie selon les cultures. Aussi, au Japon et en Chine par exemple, il est attendu des étudiants et des businessman qu’ils boutonnent leur veste en intégralité. Mais bien que de nombreuses variantes existent, la pratique est suffisamment iconique pour être relevée.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !