La Liturgie des Heures : un beau parfum de la maison Jovoy à Paris | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
La Liturgie des Heures
La Liturgie des Heures
©

Atlantico chic

La Liturgie des Heures : un beau parfum de la maison Jovoy à Paris

Découverte d'un parfum à dominante d'encens composé par la petite et talentueuse maison parisienne Jovoy et décrypté par Greg Jacomet pour Parisian Gentleman et Atlantico Chic.

Greg Jacomet

Greg Jacomet

Greg Jacomet, 24 ans, est éditeur du magazine Parisian Gentleman, éditorialiste pour le magazine "The Rake" et un expert aujourd’hui très réputé en matière de parfumerie, notamment masculine. 
 
Il est également un grand spécialiste du monde des jeux vidéo et l’animateur de la rubrique "Atlantico Games" consacrée à l’actualité internationale du secteur.
Voir la bio »

Le meilleur dans le coup foudre, c’est qu’il est inattendu.

En grand amateur d’encens devant l’éternel, j’en suis venu à associer l’odeur si caractéristique de l’oliban et de la myrrhe à celui de mon appartement parisien – de mon salon, de ma bibliothèque, et, pour être encore plus précis, de mon fauteuil, à portée de bras de mon étagère à whisky.

Je ne m’attendais donc certainement pas à repartir de chez Jovoy avec un flacon de 100ml de la Liturgie des Heures, une superbe eau de parfum boisée à base d’encens, et encore moins à la porter régulièrement à l’extérieur.

L’encens est en effet une odeur que j’associe plus volontiers à l’intérieur; un appel à la détente, à la réflexion, au bon alcool et à l’introspection.

Comme son nom l’indique, la Liturgie des Heures s’inspire de la tradition catholique et de la contemplation monastique. Loin de tomber dans le piège trop commun des parfums à encens écoeurants, qui pêchent par excès de mystique à la fois étouffante et désuète, Jovoy fait preuve, au contraire, avec la Liturgie d’une retenue exemplaire.

L’ouverture est fraîche : loin de la salle de prière envahie par la poussière, les notes de têtes passent plutôt par le cloître avec vue sur le jardin méditerranéen – le cyprès s’y montre balsamique, aérien mais fugace, et le coeur du parfum se laisse approcher quelques minutes plus tard.

La myrrhe et l’oliban sont au coeur de la Liturgie. La myrrhe y est puissante et fumée, entêtante, mais sans excès cependant.

Résineuse et douce, on aurait presque envie de la croquer, avant de goûter au labdanum qui apporte quelques discrètes vapeurs quasi-médicinales et, finalement, très réconfortantes.

La Liturgie se referme sur du musqué, un brin de patchouli, et gagne en résine tandis que le parfum sèche.

Pour toute la linéarité et l’élégante simplicité de sa progression, la Liturgie des Heures impressionne vraiment par la densité de son propos. Un joli clair-obscur, solennel, mais frais et léger à la fois.

Une superbe alternative au désormais classique Avignon de Comme des Garçons pour les amateurs d’encens ou pour ceux d’entre vous qui cherchent un parfum qui soit à la fois élégant, facile à porter, mais qui sache rester inattendu tout en cultivant un certain degré de mystère.

Jovoy signe avec La Liturgie des Heures un parfum à forte personalité, et presque paradoxalement moderne au vu des notes utilisées.

Nous aurons l’occasion de nous pencher sur d’autres pièces de la collection Jovoy dans un futur proche… Il s’agit en effet d’une belle maison parisienne que tout amateur de parfum se doit de visiter un jour.

———–

A conseiller : Aux amateurs d’encens, bien entendu, et à ceux qui cherchent un parfum à la fois original et « portable. »

A déconseiller : Aux maniaques du vaporisateur : La Liturgie des Heures se porte avec parcimonie, sous peine de se transformer en (délicieux, mais tout de même…) brûle-encens ambulant.

On aime : L’élégance et la simplicité de la composition, un parfum évocateur et bien moins accablant que bien des parfums à base d’encens.

On aime moins : Une durée de vie tout juste correcte.

A porter avec : Une veste bien ajustée dans des tons sombres, et une cravate qui contraste. Idéal également sur une pochette contrastée. Gomina et lunettes de soleil optionnelles.

Jovoy Paris – 4 Rue de Castiglione 75001 Paris

Lien vers le site de la maison : ici

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !