La brigade légère : quelques bonnes raisons d'investir dans un costume d'été | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Le costume d’été était une pierre angulaire du style masculin dans les années 1970.
Le costume d’été était une pierre angulaire du style masculin dans les années 1970.
©DR

Atlantico chic

La brigade légère : quelques bonnes raisons d'investir dans un costume d'été

Le costume d’été était une pierre angulaire du style masculin que l’on trouvait dans toutes les garde-robes des hommes. Mais l’époque a changé...

Hugo Jacomet

Hugo Jacomet

Fondateur et éditeur de "Parisian Gentleman", Hugo Jacomet est une plume reconnue dans le domaine du style masculin.

Voir la bio »

Lin, mohair, coton, soie, Fresco (laine froide), tropical, solaro, seersucker, popeline, drill, madras, shantung. Ocre, taupe, beige, crème, blanc cassé, gris perle, gris éléphant, gris bleu, bleu ciel. Respectivement des matières et des couleurs que certains hommes avaient l’habitude de porter fréquemment. Des hommes de goût. Des hommes éduqués. Des hommes qui, dans les années 70 ne portaient du bleu navy ou du gris que dans des occasions climatiques exceptionnelles (un printemps moins chaud que d’habitude) ou parce qu’ils y étaient contraints (pour une réunion d'affaires ou une occasion formelle). Le reste du temps, ils ne portaient que des costumes d’été variés. Le costume d’été était une pierre angulaire du style masculin que l’on trouvait dans toutes les garde-robes des hommes. Mais l’époque a changé.

Chaque été c'est la même chose quand les températures montent et quand je marche dans la rue : le seul costume d’été à l’horizon semble bien être celui que je porte. Les concessions des autres hommes à la chaleur ambiante semblent donc toujours se résumer à simplement enlever leur veste en laine, si toutefois ils en portent une. Ou alors ils tentent de se sentir bien dans des costumes en laine bleu foncé ou gris qu’on leur a vendu comme des costumes « demi-saison » ou des costumes « 10 mois ». Vous voyez de quoi je veux parler : quelque chose de léger. Quelque chose qu’ils sont supposés pouvoir porter n’importe où, n’importe quand sauf, peut-être, en Sibérie au mois de Janvier… Grâce aux progrès récents des manufactures de tissus et à leurs méthodes de fabrication ultra modernes, ces costumes sont effectivement beaucoup plus versatiles qu’ils ne pouvaient l’être auparavant. Mais en matière de style, ils sont particulièrement ennuyeux...

Avec les jours qui s’allongent, j’ai toujours profité des mois chauds pour, au contraire, laisser mes costumes bleus ou gris au repos et faire en sorte d’éclaircir mes tenues.

Comme beaucoup de choses que nous portons, les costume d’été sont issus d’un vieille et auguste tradition britannique. Les Anglais avaient l’habitude de les porter, mais pas en Angleterre et pas nécessairement en été non plus. Ils étaient plutôt utilisés par les classes sociales supérieures lors des voyages en Italie, des safaris au Kenya ou des longues vacances dans le sud de la France. Ils étaient également un outil essentiel pour les Britanniques qui – portant le fardeau impérial – vivaient dans des fournaises comme Delhi ou des bains de vapeur comme Rangoon. Etant Anglais, ces hommes ne pouvaient pas imaginer sortir sans costume. Mais étant sains d’esprits aussi (pour la plupart), ils ne pouvaient pas non plus imaginer porter sous ces climats extrêmes leurs trois-pièces en flanelle  sombre cousus à Savile Row.

Alors ils décidèrent – chose rare – de faire un compromis : des costumes oui, et même des trois pièces, mais dans des tissus qui « respirent » comme le lin et dans des couleurs qui reflètent la lumière. Ils se sont même autorisés à utiliser au début le tissu des anciens Indiens (le seersucker) avant de se lancer eux mêmes dans la fabrication de tissus pour climats chauds. L’industrie du tissage basée autour de la ville de Huddersfield dans le Yorkshire, s’est alors lancée dans la mise au point de tels tissus comme le Fresco (la laine froide) qui permet une meilleure circulation de l’air dans la matière. Le Solaro, autre tissu « colonial » Britannique, est un tissu de couleur ocre incrusté de fils rouges qui reflètent les rayons du soleil. Sans oublier le bien-nommé magasin « Tropicadilly » (aujourd’hui disparu) dirigé par les tailleurs du Row Airey and Wheeler, célèbre pour ses vêtements Bespoke en tissus coloniaux.

Les Américains ne furent pas longs à adopter le look britannique, particulièrement dans les Etats du Sud. La popularité du seersucker s’est maintenue tout au long du siècle, même chose pour le madras. Le lin, la matière d’été préférée des Italiens, n’a en revanche jamais eu beaucoup de succès – l’aspect froissé ne faisant pas recette outre-Atlantique – alors que la popeline a connu beaucoup de succès, notamment à Washington DC, malgré le fait qu’elle aussi se froisse facilement et qu’elle peut vite paraître un peu « cheap ».

Les tailleurs en grande mesure ont d’ailleurs tendance à déconseiller l’utilisation du coton à leurs clients, pas seulement parce que cette matière est difficile à travailler pour un tailleur, mais surtout parce que selon eux il est ridicule d’investir "des milliers d'euros de main d'oeuvre dans un tissu qui vaut à peine 50 centimes" .

Où en sommes nous aujourd’hui ?

Les tailleurs et les vendeurs en boutique ont toujours tendance à pousser la grande majorité de leurs clients à faire des choix « sûrs » et à investir dans des costumes « toutes saisons ». Pourtant tout élégant avisé vous dira qu’un bon costume d’été est un excellent investissement à long terme et que vous en retirerez des dividendes certains en termes de style et de confort à chaque saison chaude.

Aujourd’hui, dans les rues de Paris, j’attire un rayon de lumière au milieu de tous ces costumes sombres. Et pour un instant, je me sens bien moins seul…

Cheers,

Hugo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !