Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

Revue de Presse

L'équipe Macron redoute la semaine de trop dans l'Obs; Valeurs actuelles se convertit au dégagisme (revu et corrigé); Le Point porte le deuil de la Vérité; L'Express lève le rideau sur l'intimité des candidats

Et aussi le "gamin" qui fait trembler le monde depuis Pyongyang

Anita Hausser

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio »

Pour les news magazines, " sortir" deux ou trois jours avant le premier tour de l'élection présidentielle est l'exercice le plus difficile qui soit .. Alors ils font preuve d'imagination comme l'Express qui a enquêté sur " la vraie vie " des candidats à l'élection présidentielle, ou choisissent de ne presque plus parler de la campagne pour enquêter sur " l'état de la France" comme le fait Le Point  de cette semaine, truffé de chiffres et de statistiques sur notre pays, statistiques qui, soit dit en passant, mettent à mal quelques idées reçues ... Valeurs Actuelles est, lui , militant : " Dégageons la Gauche" conseille (vivement) le mag à ses lecteurs . Enfin, et ce n'est qu'un début, Match entame le compte à rebours de François Hollande qui va quitter l'Elysée dans quelques semaines .Le mag publie une série de photos un peu floues du futur ex-président bras dessus, bras dessous avec Julie Gayet à La Lanterne. Et  l'académicien Jean-Marie Rouart  tente de décrypter la personnalité de François  Hollande , car, constate-t-il "du président on ne sait rien. Sous son apparence bonhomme, il reste une énigme. "Et pourtant " personne n'a parlé autant que lui .En dépit de ce déshabillage on n'est pas plus avancé ...Il y a un mystère Hollande. Une nuée opaque qu'ill laisse derrière lui comma la sépia qu'abandonne la seiche dans sa fuite ...Bonasse sans être bon, affable sans compassion, jovial au regard froid, curieux  tout en étant indifférent, débonnaire mais rancunier, cet homme si humain et chaleureux en apparence est un glacial."

/// 5000 personnes attendues dimanche Porte de Versailles pour Macron///

On est tenté de " passer" illico à celui que beaucoup considèrent comme son hériter spirituel, Emmanuel Macron, même si, comme le note l'Express en le qualifiant d'"ovni", il a "contribué au renoncement de François Hollande". Pour Valeurs Actuelles qui met la photo du candidat d'En Marche en couverture aux cotés de Jean Luc Mélenchon, il n'y a pas à hésiter : "Macron est de gauche". Alors, V.A. ne se plaint pas si Emmanuel Macron "patine dans les sondages" ....et "a perdu sa superbe"... L'Obs ne s'est pas clairement prononcé en faveur du candidat d'En Marche, mais presque; et le mag qui raconte "les Derniers Secrets de Campagne", se projette déjà sur dimanche, jour du premier tour, et laisse pointer quelques craintes : " Il passera la matinée avec son épouse Brigitte et les enfants de sa tribu recomposée dans la villa du Touquet"..." De retour à Paris dans l’après-midi, il rejoindra son équipe de campagne dans le hall 5 du Parc des Expositions de Paris (là même où elle avait commencé en décembre dernier, au Parc des Expositions, quand Emmanuel Macron avait tenu son premier grand meeting devant 15 000 personnes en fusion, (et fini les bras en croix !), transformé, le temps d’une soirée électorale, en hub macroniste ouvert aux centaines d’experts et donateurs d’En Marche !, aux milliers de journalistes déjà accrédités et à la foule sentimentale des "marcheurs", "helpers " et sympathisants de tous âges et de tous milieux qui constituent l’armada de sa conquête. "Je ne voulais pas que la soirée reste fermée. Il faut que ce rendez-vous soit une fête populaire",confie le candidat à  l’Obs qui manie le futur antérieur pour ce récit .... "Le fondateur d’En Marche ! attend 5 000 à 6 000 personnes pour célébrer, espère-t-il, son accession au second tour de l’élection présidentielle et lancer son raid ultime sur l’Elysée". Oui, mais, car, il y a un mais : "L’opération mobilisation paraît rondement menée.Mais c’est oublier un peu vite l’inévitable fébrilité des derniers jours.... Après le grand débat des onze candidats franchi sans encombre, le 4 avril, et une" Emission politique" jugée réussie, le 6 avril, la start-up Macron a marqué le pas."

Certains de ses compagnons du premier cercle craignant que l’ultime semaine ne soit une " semaine de trop ". Et laissant espérer à ses adversaires que la bulle Macron exploserait enfin, à quelques jours du verdict des urnes. Macron, qui semblait jusqu’alors échapper aux grandes polémiques nationales, s’est pris les pieds dans la laïcité. En refusant d’exclure sur-le-champ Mohamed Saou, son référent en Seine-Saint-Denis débusqué par ses adversaires pour avoir affiché  des positions " anti-Charlie " et complaisantes à l’égard du Collectif contre l’Islamophobie en France, Emmanuel Macron est devenu un temps la cible de la droite identitaire et des tenants d’une laïcité intransigeante. Mais en le mettant tout de même à l’écart, il a aussi déçu tous ceux qui, dans les quartiers, placent un espoir dans sa lecture inclusive de la loi de 1905… Le juste milieu ne fonctionne pas à tous les coups. Pas facile, voire impossible, sur ce dossier, de réconcilier anciens juppéistes, sociaux-libéraux et vallsistes.

Un discours sur l’enseignement supérieur et la recherche prononcé à Grenoble le 14 avril a aggravé les soupçons. S’affranchissant d’un texte byzantin et désavouant ses rédacteurs – le responsable du programme Jean Pisani-Ferry et le responsable du groupe de travail Thierry Coulhon –pour dire le fond de sa pensée sur l’autonomie des établissements, Macron a carrément improvisé. "En fin de campagne, ce n’est pas pro. Un discours aussi important aurait dû être calé en amont avec son équipe", peste un communicant proche du candidat. L’épisode a été l’occasion pour la "droitosphère" de diffuser sur les réseaux sociaux une vidéo gênante pour le candidat. Quelques commentateurs ont aussi glosé sur des oppositions internes entre macronistes de gauche et macronistes du centre droit. "Certains proches collaborateurs se croyaient déjà arrivés et se partageaient les postes. C’est classique, hélas, en fin de campagne", explique Jean-Baptiste Lemoyne, sénateur LR de l’Yonne et premier et unique parlementaire de droite à avoir officiellement rejoint Macron. Qui pourrait devenir Premier ministre ? Le " chef " répète qu’en cas de victoire son chef de gouvernement devra disposer d’une "expérience de parlementaire". Une précision qui élimine certains, trop prompts à s’imaginer un destin matignonesque… La journée de samedi dernier, notamment, a été houleuse. Mais pas en raison de règlements de comptes politiques. Les discussions ont, en réalité, exclusivement porté sur l’agenda, qu’il était urgent de remanier....

Il a été décidé de lui donner plus de sens. Ce mardi fut ainsi consacré au travail, avec un déplacement à Rungis et une visite chez Krys. Avant de mettre l’accent, ce jeudi, sur l’enseignement et la jeunesse.

Quant aux quatre grands meetings, s’ils ont donc été maintenus, d’autres ont en revanche été supprimés, tels ceux prévus à Amiens et à Charleville-Mézières. Priorité aux sauts de puces... Ce dimanche de Pâques, alors que François Fillon confiait que les catholiques de Sens commun pourraient participer à son gouvernement, Macron organisait à la dernière minute une visite très opportune au Secours catholique. "Ma venue n’est pas un hasard, reconnaissait-il. Les valeurs que défend le Secours catholique correspondent à l’idée que je me fais de l’intérêt général, quand certains veulent justement travestir ces valeurs". A l’évidence, le candidat d’En Marche ! espère attirer les suffrages des électeurs de la droite et du centre  la "radicalisation" de l’ancien Premier ministre de Sarkozy. "Ni de droite ni de gauche", Macron n’hésite pas à se faire des ennemis, et à droite et à gauche.  Pendant ces dernières heures de campagne, le candidat ne craint pas seulement de se tromper de cible. Il redoute aussi d’aller à la faute, de commettre l’erreur fatale de fin de parcours. "Les dernières semaines, une grosse polémique, ça fait très mal. On l’a vu avec Le Pen et le Vél’ d’Hiv", dit-il, avec une once d’"inquiétude raisonnable" dans la voix....Le candidat craint aussi les "boules puantes", lancées dit-il par "le camp filloniste" ....

Dans le camp Fillon  pratique aussi l'attaque frontale; ainsi Henri de Castries, l'ex-Pdg d'Axa, très actif auprès du candidat LR , déclare-t-il dans Valeurs Actuelles que "ce qui intéresse Macron, c'est le job, pas la mission". Quant à François Fillon, qui est convaincu d'être au deuxième tour, il est, d'après le Point , très fier de son expression Emmanuel Hollande... "Avec ma formule , j'ai fait mouche, confie le vainqueur de la primaire de la droite. Je crois que j'ai cassé l'idée selon laquelle il incarnerait l'idée de renouveau. S'il est élu , rien ne changera et cette imposture commence à se voir. Comme Juppé lors de la primaire, je prédis qu'il va baisser dans les sondages..." Juppé appréciera" ajoute le mag ...

Home, sweet home

L'Express parle également de " derniers secrets" à propos des candidats à la présidentielle , mais il s'agit de leur vie personnelle, pas intime, seulement de leur mode de vie... Le mag a enquêté sur leurs demeures, leurs bistrots, leurs looks, leurs distractions... Benoit Hamon , en caban breton, pose entre Marine Le Pen, qui a adopté " le style DRH", et François Fillon, en" tradi british". Coté demeure, le candidat LR tient la palme avec son manoir sarthois : "Un monde clos , ceint d'immenses arbres, où l'ancien premier ministre vient se reposer ou travailler à ses livres et où seuls quelques rares privilégiés ont été admis à prendre le thé .Un havre de paix de 3000 mètres carrés ( dont 1107 habitables), 14 chambres et 13 hectares dont le calme bucolique a été brusquement rompu au matin, du 4 mars dernier lorsque les hommes de l'Office central de la lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales ont perquisitionné les lieux, à la recherche d'un éventuel travail de Pénélope Fillon comme assistante parlementaire...Si François Fillon est élu, ce que veulent encore croire les militants de Sablé ...Beaucé entrera dans l'histoire des résidences secondaires de la Ve République, à l'image de Latché ou du Chateau de Bity...", écrit l'Express qui s'intéresse également au "nid douillet" d'Emmanuel et Brigitte Macron au Touquet "En bordure de la rue la plus passante, la maison, où 300.000 euros de travaux ont été réalisés, peine à cacher ses atours. Les Parisiens, habitués aux espaces étriqués, la trouvent superbe, avec ses trois niveaux d'habitation et son jardin de ville .Les " Touquetois la jugent normale, au regard des propriétés de la Forêt, le vrai quartier chic"..Dans cette ville de droite, où en 2012, François Hollande a péniblement atteint 22% au second tour, Emmanuel Macron fait l'objet de féroces critiques. Au marché du samedi on lui reproche de ne pas aller assez loin sur l'ISF, de ne pas protéger assez les propriétaires de biens immobiliers ou les professions libérales..Ici, personne n'en doute :Emmanuel Macron est de gauche"... Pour Marine Le Pen le mag a choisi de parler de Montretout qui "hante" la candidate (4800 mètres carrés de jardin, ses 430 mètres carrés d'hotel particulier, ses dépendances et sa vue époustouflante sur Paris "), où Marine Le Pen a grandi, où son père possède toujours un bureau, qu'elle a quitté pour aller vivre à La Celle-Saint-Cloud, une "maison autrement plus sympa" d'après un de ses intimes..."Mais impossible de tourner complètement la page: en pleine campagne, la propriété a valu à Marine Le Pen une enquête préliminaire alors que le Parquet national financier la soupçonne d'avoir largement sous évalué, comme son père, les 12,5 % qu'elle détient dans la SCI familiale ...

Jean-Luc Mélenchon, une maison dans la Venise du Gatinais

Le candidat de la France insoumise possède , lui une maison de campagne à Lombeuil, à une heure d'Orléans, un bourg de 360 âmes .."C'est moins chic que les Alpes-Maritimes, mais c'est plus commode pour un week end au lendemain d'un meeting ou d'une émission de télévision...Pas le moindre nom sur la boite aux lettres de la vieille bâtisse ( acquise 90.000 euros dans les années 2000 et estimée aujourd'hui à 190.000euros d'après la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique)...La population locale " n'a pas grand chose à dire sur son célèbre voisin , apparemment très discret-peu soucieux d'entretenir de bonnes relations avec les autochtones. Le seul moment où tout le monde sait qu'il est là, c'est lorsque Jean-Luc Mélenchon passe l'après midi à tondre, tournant, et tournant encore autour de la pelouse au volant de son microtracteur ..."

La Corée du Nord dirigée par une organisation secrète

Le Point consacre une longue enquête à Kim-Jong-un, le jeune dictateur nord-coréen" qui a défié tous les pronostics des cassandres occidentaux qui ne donnaient pas cher de ce " gamin" joufflu et gâté, fan de la NBA, lorsqu'il a succédé à son père, frappé d'une crise cardiaque dans son train blindé en décembre 2011. En cinq ans le fils cadet élevé en Suisse s'est imposé face à la vieille garde avec la rouerie d'un pro imposant la terreur au sommet de l'Etat au point de liquider son propre oncle, Jang Song-thaek en 2013..."Mais, croient savoir ses opposants réfugiés en Corée du SWud " Kim-Jong-un a du pouvoir, mais il est avant tout un symbole. En réalité la Corée du Nord est dirigée dans l'ombre par une organisation secrète"... Ce serait "la véritable colonne vertébrale du régime nord-coréen serait le redoutable Organization and Guidance Department  (OGD), une entité au sein du comité central du Parti, tirant les ficelles dans l'ombre. Une chaine de commandement de dizaines de milliers d'agents qui surveillent les membres du parti à tous les échelons, depuis les villages jusqu'au sommet du pouvoir, où ils composent la garde rapprochée du Leader... Une cellule secrète dirigée par quatre conseillers du père... dont le général Hwang Pyong-So, directeur du bureau politique de l'armée populaire de Corée... Ils ont besoin de lui pour garder leur pouvoir, il a besoin d'eux pour établir son image auprès de la population...Des conseillers de l'ombre qui ont réussi en quelques années à transformer un inconnu en père de la National, en forçant le trait de la ressemblance physique avec son grand-père Kim-Il-sung. Rien n'est laissé au hasard,, du style vestimentaire rétro aux lunettes, comme à l' embonpoint, pour surfer sur la nostalgie d'une époque où la Corée du Nofrd était plus riche que la Corée du Sud.Pour d'autres la silhouette ventrue trahit plutot le diabète, dont souffrait déjà ses aïeux , jetant le trouble sur l'état de santé du Leader, agé seulement d'environ 33 ans ans et qu'on a vu boiter par le passé ..."

Si, si la terre est ronde!

Le Point s'interroge : la défaite de la vérité aura-t-elle lieu ? Le mag a enquêté sur les négationnismes en tous genres, au delà des théories fumeuses qui envahissent la toile en période électorale ...Car écrit-il, "si les croyances sont vieilles comme l'humanité, leur vecteur de diffusion, Internet, est inédit ...La technologie permet à tous les humains de la planète de communiquer, mais en même temps elle encourage "leur vision plus étroite du monde en les poussant sur les réseaux sociaux à retrouver leurs congénères qui partagent les mêmes opinions .Ainsi s'ouvre l'ère d'un nouveau tribalisme..." Le Point s'est intéressé aux " platistes" pour qui, " la terre n'est pas ronde mais plate, et note que 24% des 15-24 ans croient en l'existence des Illuminati, , une pseudo organisation secrète qui dirigerait le Monde ... Plus concrètement " selon une analyse de Buzzfeed, les rumeurs et canulars générés par des sites humoristiques ou très partisans ont, pendant la campagne américaine, eu plus de partages et commentaires sur Facebook que les articles émanant de sites d'information sérieux.

La campagne présidentielle française a elle aussi été émaillée d'informations bidons devenues virales ... le journal cite quelques exemples : "la campagne d'Emmanuel Macron serait financée par l'Arabie Saoudite, Jean-Luc Mélenchon aurait une Rolex valant 17.750 euros, Jean-Marie Le Pen ferait pousser du cannabis à Montretout..On se souvient aussi d'un montage photo montrant François Fillon aux cotés de Marion Maréchal Le Pen..."

En Bref


Revenons à la raison... A lire encore dans vos mags ; des articles sur la Turquie, ... " la justice qui frappe au portefeuille avec la confiscation des biens de délinquants, et comment les médicaments atteignent des prix faramineux ( les deux dans l'Express) . Et n'oubliez pas, le premier tour de la présidentielle, c'est dimanche ...
 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !