Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
©

Revue de presse des hebdos

L'actrice et les présidents

Mort d’Annie Girardot, convocation de Jacques Chirac, remaniement/reniement de Nicolas Sarkozy… A l’heure où la démocratie se réveille de l’autre côté de la Méditerranée, la République est en deuil.

Barbara Lambert

Barbara Lambert

Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.

Voir la bio »

Tremblez, infortunés ! A l’heure où le bassin méditerranéen s’embrase et menace, paraît-il, nos rivages, le danger est partout ! Même nos assiettes sont piégées. “ Toute notre chaîne alimentaire est affectée ”, s’alarme “ Le Nouvel Observateur ” qui affiche en couverture une tranche de saumon rose à souhait bourrée d’arsenic, de DDT et d’insecticides.Est-ce l’approche du printemps, le souci de devancer l’appel des régimes et des cures de saison ?

Comme son confrère, “ L’Express ” a choisi de mettre en une, dans un simple bandeau, cette fois, “ l’enquête-choc ” de la journaliste Marie-Monique Robin sur “ les dangers de l’alimentation ” sous le visage tendu d’un Sarkozy aux abois – “ Mais où va-t-il ? ”, s’interroge l’hebdomadaire. Attendue, annoncée, l’accélération des événements de la semaine – et du week-end – derniers était, il faut le dire, difficilement prévisible.

Même la “ Fashion Week ” dont on aurait pu attendre, en ces temps troublés, un léger appel d’air, s’est, selon “ VSD ”, transformée en “ Facho Week ”, affaire Galliano aidant. Comble de malchance, c’est à Paris, que le créateur s’est fait prendre en flagrant délit d’injures raciales. A Paris, et en France, où, nous disent “ Les Inrockuptibles ”, la mode ne se crée et ne se fabrique pas si bien. De quoi désespérer.Moribonde, la France ? En deuil, à tout le moins.

A l’heure où disparaît Annie Girardot, à qui “ Le Point ” et “ VSD ” consacrent leur une, l’Hexagone n’en finit pas, semble-t-il, de contempler son déclin et sa chute. Une semaine avant l’ouverture du procès de Jacques Chirac, le “ Nouvel Observateur ” nous le rappelle, “ les derniers chefs d’Etat à être passés en justice, pour des faits sans commune mesure, s’appellent Louis XVI et Philippe Pétain ”. Triste et pesant retour à l’Histoire. Le mariage, il y a quinze jours, de la fille de l’ancien président n’aurait, selon l’hebdomadaire, été orchestré par Claude que dans le but de diminuer l’effet du procès, d’ores et déjà très “ planifié ”. Non content d’avoir négocié, au cours d’un déjeuner avec Nicolas Sarkozy, un accord financier stipulant que “ l’UMP prendrait à sa charge 1,65 millions et les Chirac 500 000 euros ” (le montant total du préjudice est estimé à plus de 4 millions d’euros), Jacques Chirac devrait bénéficier lors de sa comparution d’un traitement particulier. Ainsi, “ on murmure au Palais de Justice que l’ancien président “ ne viendra pas plus de deux ou trois fois ” alors que le procès est prévu jusqu’au 8 avril ”, remarque “ l’Obs ”. Est-ce par égard pour sa santé, ou sa fonction passée ? A droite comme à gauche, note “ VSD ”, nul n’a souhaité s’exprimer sur le bien-fondé du procès. Même “ les instituts de sondage ont refusé ” d’interroger les Français à ce sujet. C’est Bernadette qui doit être contente ! A en croire “ Le Nouvel Observateur ”, “ la tortue ” serait d’ailleurs dans une forme rayonnante : “ C’est le Bernie time ! On le dit déclinant, elle est à son apogée".

Déclinant, l’actuel président l’est apparemment aussi, si l’on en juge par les articles sur le remaniement. Dans “ Les Inrocks ”, Thomas Legrand donne le ton : “ Après la reconduction contrainte de Fillon à Matignon plus l’abandon du bouclier fiscal, dernier totem structurant de ce qu’il était convenu d’appeler le sarkozysme, il ne restait plus à Sarkozy que la politique étrangère, domaine réservé de l’Elysée, pour “ faire président ”. Et voilà que ce dernier pan s’effondre. (…) La question se pose maintenant (…) : de quoi Sarkozy est-il le président ? ”. Et l’hebdo d’enchaîner sur le “ roman-photo ”, accablant, quoique tordant, des “ ratés de la diplomatie ” made in Sarkozy — le dernier en date étant l’affaire Boillon rebaptisé fort plaisamment par “ VSD ” le “ Mickaël Vendetta du Quai d’Orsay ”.

Plus psychologue, mais non moins affûtée, Anna Cabana, dans “ Le Point ” analyse le sacrifice de Brice Hortefeux, “ l’ami de toujours ”, au profit d’Alain Juppé, “ le fils politique que Jacques Chirac lui a toujours préféré ”. Sarkozy “ n’a-t-il pas affirmé à ses collaborateurs : “ Je suis obligé de m’arracher un bras ” ? ”, demande-t-elle. Citant un proche : “ Il a oublié que c’est en étant clanique qu’il a gagné en 2007 ”, elle conclut : “ Promouvoir Juppé comme le supplément d’âme et d’Etat du sarkozysme, ça a quelque chose de masochiste, pour le président ”. Dans “ L’Obs ”, Jean-Claude Guillebaud fait écho à sa consoeur, et pousse un peu plus loin : “ Creuser un tel vide autour de soi, c’est s’offrir peu à peu comme cible unique. Que peut-il subsister des questionnements de fond quand tous les chemins ramènent à l’impulsivité d’homme ? ”. Pour 2012, c’est pas gagné, on dirait.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !