Giesbert-Hollande : rencontre au sommet ; bouh! les programmes économiques de Le Pen et Mélenchon terrifient vos hebdos ; c'est tendance : ne pas se laver ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Giesbert-Hollande : rencontre au sommet ; bouh! les programmes économiques de Le Pen et Mélenchon terrifient vos hebdos ; c'est tendance : ne pas se laver !
©

Revue de presse des hebdos

Giesbert-Hollande : rencontre au sommet ; bouh! les programmes économiques de Le Pen et Mélenchon terrifient vos hebdos ; c'est tendance : ne pas se laver !

Et aussi le revirement de Donald Trump sur la Syrie ...

Anita Hausser

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio »

Certes, l'intervieweur parle presque autant que l'interviewé, mais Franz-Olivier Giesbert a réussi un joli coup en décrochant ce qu'il qualifie d'"interview testament" de François Hollande. Le journaliste a trouvé le Chef de l'Etat "brillant... il brille comme un soleil, un oeuf de poule ou un pommeau de canne astiqué avec amour". Ceci posé, le locataire de l'Elysée pour quelques semaines encore, se livre avec une certaine franchise, et accepte, ce qui est rare, de parler de son bilan, et de lui : "J'ai deux principes: d'abord je fais confiance, peut-être trop dans certains cas...ensuite je suis insensible à la flagornerie et à la courtisanerie comme je le suis aux critiques et aux attaques. En vérité, je sais qui je suis et où je vais"... François Hollande se dit fier "d'avoir tenu le pays après les attentats, mais il est vrai que les Français ont été admirables" et fier "d'avoir redressé l'économie française : elle va mieux qu'en 2012. Personne ne peut le contester". Parmi ceux qui le contestent, il y a les frondeurs qu'il aurait trop ménagé:" Faux! Je n'ai jamais ménagé les frondeurs, au contraire... Je les ai sortis du gouvernement, je ne pouvais pas faire plus ! Mon regret par rapport à cette histoire ? En 2012, il y a eu trop de choix discutables d'investitures de candidats socialistes. Mais je n'étais plus premier secrétaire ". (ndlr : c'était Martine Aubry !). Ce président normal, est il un anti-héros ? Etre un anti- héros, c'est déjà être un héros. Il remplit sa tâche avec dévouement et désintéressement. Il se veut courageux plutôt que téméraire. Il ne recherche pas la prouesse mais la robustesse"

Et pourquoi François Hollande ne s'est-il pas représenté ? "La primaire est totalement antinomique avec la fonction présidentielle. Il est impossible d'être président et candidat à une primaire, dans les formes que nous avons connues. Giesbert insiste : Vous aviez donné votre accord? - Réponse : Je pensais qu'il n'y en aurait pas parce qu'elle n'avait pas lieu d'être. De ce épisode je tire une conclusion : il ne doit plus y avoir de primaires dans des partis de gouvernement. Sinon il n'y aura bientôt plus de partis de gouvernement dans ce pays... deuxième aveu présidentiel : Si j'avais senti un mouvement en ma faveur et acquis la certitude que je pouvais rassembler tous les socialistes, je me serais représenté, mais ce n'était pas cas... Petite pique à l'intention de Manuel Valls: l'intérêt de Manuel était que je sois candidat (- traduisez : il a vu ce que c'est qu'être trop pressé! ), et grosse vanne à l'intention de Jean-Luc Mélenchon, lorsqu'il déclare qu'il y a péril face aux falsifications et aux simplifications qui font que l'on regarde le spectacle du tribun plutôt que le contenu de son texte. Alors peut on considérer qu'il apporte son soutien à Emmanuel Macron lorsqu'il dit ne pas l'avoir découragé lorsque ce dernier lui a annoncé vouloir lancer un mouvement... Je considère que la politique a besoin de renouvellement et il n'y avait pas de raisons de s'opposer à sa tentative. Son pari d'être candidat m'a ensuite paru pour le moins audacieux...Et pour conclure, un rappel à ceux qui veulent lui succéder : je me suis comporté en citoyen et n'ai jamais abusé de ma fonction, ni manqué à l'éthique. Personne ne pourra jamais apporter la preuve que pendant mon quinquennat, j'aurais commis un excès de luxe, de pouvoir, de luxe, de facilités. Avant un conseil à son successeur : garder l'arme du 49.3.

Mélenchon, Marine, même programme économique

A en croire les tous derniers sondages et leur fameuse dynamique, "la probabilité d'assister le 7 mai, à une finale Marine le Pen-Jean Luc Mélenchon, ne peut plus être considérée comme nulle" peut-on encore lire dans le Point dans un article dont l'auteur s'étrangle. Le mag qui est partagé entre mettre le candidat de la France insoumise et la présidente du FN dans le même sac ( en les qualifiant de, "jumeaux de la ruine" ), et souligner que la campagne de Marine Le Pen "patine". "On a un peu de mal à imaginer la violence de la tempête qui se mettrait à souffler sur les marchés financiers... et la tête que feraient les investisseurs internationaux, américains ou asiatiques" si les deux protagonistes se retrouvaient face à face au deuxième tour" écrit le mag qui souligne la similitude de leurs programmes "extrêmement proches" et conduiraient à une rapide faillite de la France....

"Les 144 engagements de Mme Le Pen ont des allures de programme commun de la gauche de 1981 avec notamment le retour de la retraite à 60 ans, et 40 annuités de travail". Les propositions de Jean-Luc Mélenchon qui veut baisser le temps de travail hebdomadaire, sont qualifiées de "mélange d'ultra keynésianisme, de malthusianisme et de marxisme "...

Mélenchon et les marchands de rêve

Et aujourd'hui c'est Jean-Luc Mélenchon qui tracasse vos news, à commencer par l'OBS. Quand le candidat de la France Insoumise déclare qu'il veut être "le président de la Paix", le mag s'interroge "Oui, mais laquelle ? Celle voulue par le Kremlin dont il semble faire siens tous les desiderata ?"Le mag administre une "leçon de paix" au candidat de la France insoumise qui veut sortir la France de l'OTAN en rappelant que "l'Otan, et le parapluie nucléaire américain ont assuré la paix en Europe occidentale pendant plus d'un demi-siècle"..Et de Gaulle "qui avait demandé aux soldats américains de quitter le territoire français... est resté un allié à la fois exigeant et fidèle des Etats-Unis, avec lesquels il a entretenu des 1967 une étroite collaboration militaire contre la menace soviétique ". Et l' OBS de railler "le tropisme sud américain de Jean-Luc Mélenchon qui est quasiment inscrit dans les gènes. .. Son antiaméricanisme primaire l'a poussé dans les bras de ces marchands de rêves révolutionnaires devenus des despotes implacables". .. qui "furent comme lui de formidables batteurs d'estrade, jamais avares de citations de poètes et autres auteurs sud-américains". Jean-Luc Mélenchon reçoit une forme d'onction de la part de Patrick Buisson (-les deux hommes entretiennent des rapports cordiaux de longue date ): "Mélenchon adopte un discours qui emprunte à la spiritualité" décrypte Buisson ravi d'avoir vu le candidat de la France insoumise un rameau à la main dimanche dernier ; il explique que "Mélenchon est plus chrétien que Fillon, lorsqu'il va à Las Vegas" comme si le candidat LR était allé adorer le veau d'or, alors qu'il visitait un salon high-tech ! Pas geek, décidément, Patrick Buisson.

Marine Le Pen, fatiguée, et tendue

Que ce soit le Point ou même Valeurs Actuelles, les mags notent que la campagne de la candidate du FN marque le pas "Marine Le Pen s’essouffle. Elle n’aime pas les longues campagnes. C’est une cogneuse, pas une marathonienne. De l’aveu de son entourage, elle est "tendue", "fatiguée ", "nerveuse" depuis quelques semaines". Cette fébrilité génère un premier accroc en février, à Nantes, quand elle s'en est prise aux magistrats et aux fonctionnaires. .".Et puis il y a l'affaire de la responsabilité de Vichy dans la rafle du Vel d'Hiv "cette interprétation, qui vient briser le consensus mémoriel fixé par un discours historique de Jacques Chirac après quarante ans de débat national, est immanquablement associée au négationnisme paternel. Résultat: les Français juifs tentés de voter FN pour faire barrage à l’ «islamisme» y réfléchiront désormais à deux fois. D’ailleurs, le grand rabbin de France, Haïm Korsia, ainsi que le gouvernement israélien ont condamné ses propos. Comme si, après avoir tenté de la gommer, la patronne du FN était rattrapée par la sombre histoire de son parti".(Le Point). Même Valeurs Actuelles reconnait que "tous les clignotants ne sont pas au vert" pour la présidente du FN qui a "perdu entre 2 et 3 points d'intentions de vote depuis le début de la campagne", et "n'a pas profité de la chute de François Fillon". V.A. cite "des critiques internes", et se rassure en citant le politologue Jerome Sainte-Marie, convaincu que, "malgré l'anonymat des sondages, il existe encore des électeurs qui n'osent pas assumer leur vote", et croit à "un vote caché Marine Le Pen", plutôt que pour François Fillon. L'Obs consacre un long article au dilemme des hauts fonctionnaires" servir ou résister", en cas d'élection de Marine Le Pen. .. 

Borloo soutient Fillon

Valeurs Actuelles titre sur "l'incroyable pari" du candidat de la droite et du Centre. "Incroyable" peut être interprété comme extraordinaire, formidable mais aussi pas crédible..,le lecteur choisira. Incroyable donc. "Mais peut-il vaincre? "questionne le mag, perplexe, qui renvoie à l'interréssé : "Interrogez Fillon à ce sujet et il prendra un air faussement navré, souvent ponctué d’un rire étouffé, pour expliquer combien il ne croit plus aux sondages et à leur "volatilité complète ". Le vainqueur surprise de la primaire de la droite aurait tort de s’en priver, même s’il appuie cette démonstration : 1.La campagne, comme celle de la primaire, se jouera dans les trois dernières semaines, voire les trois derniers jours. 2. Son projet d’" alternance "est majoritairement souhaité par les Français, en dépit des doutes entourant sa personne. 3. Sa crédibilité, sa stature, son équipe, sa majorité, finiront par emporter l’adhésion chez des électeurs rétifs à l’idée de tenter l’aventure Macron. Une certitude en guise de conclusion: "Le vrai rapport de force, c’est que je suis au second tour, mais je ne sais pas contre qui." À quoi tient cette croyance, jugée irrationnelle par ceux qui ne lisent, dans le marc de café, aucun espoir de reconquête? "Il est persuadé que la France est plus à droite qu’on ne le dit, qu’on vit une révolution conservatrice, détaille sa communicante Anne Méaux, et que" Les électeurs de droite fâchés avec Fillon commencent à se dire que la raison doit l’emporter sur leur ressentiment personnel. 

Au détour du papier on apprend que Jean Louis Borloo est bien présent dans la campagne Fillon,, qu’il a personnellement “coaché” le patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau pour préparer son face-à-face avec Macron dans l’Émission politique, sur France 2, mais que "Jean-Louis Borloo s’est ainsi arraché les cheveux devant sa télévision... lorsque Bruno Retailleau n’a pas su désarçonner le cavalier, pour ce qui était sans doute la dernière occasion de le pilonner en direct". L'Express nous apprend que Fillon regrette de "ne pas avoir fait les gestes nécessaires" vis à vis de Nicolas Sarkozy. L'ancien président "a confié à Alain Minc qu'il interviendrait très fortement contre la présidente du Front National si elle était qualifiée au deuxième tour".

Fillon, Macron

A lire dans le Point, la saga des relations Fillon-Macron. Lorsque François Fillon était premier ministre il a proposé à Macron de devenir son directeur adjoint de cabinet. Macron a alors refusé. ..Mais ils ont continué d'échanger. ...

Trump, chef de guerre

Tous vos mags reviennent sur le revirement américain sur la Syrie. "On croyait Trump isolationniste, le voici interventionniste. C’était oublier ses discours contradictoires Ses récentes sorties marquent surtout de nombreux revirements. Sur l’Otan, il est beaucoup plus modéré vis-à-vis de ses partenaires européens depuis qu’il est à la Maison-Blanche. Il avait promis de déménager sans attendre l’ambassade américaine à Jérusalem, de détricoter l’accord nucléaire iranien, de sortir du traité Alena… Il n’en a rien fait."eput on lire dans vos mags. Mais l'Express a une autre explication : d'après le mag Donald Trump a ordonné cette action pour se sortir de son impopularité qui "faisait ressembler la Maison Blanche à Fort Alamo" à cause de ses échecs de l'abolition de l'Obamacare et de la loi anti-immigration". Mais "il s'agissait aussi de détourner l'attention des Américains de l'enquête du FBI, de plus en plus accaparée par les rebondissements de l'enquête du FBI au sujet du piratage des serveurs informatiques du Parti démocrate",...en lien avec la Russie, (-et avec l'entourage de Trump?), et de ses conséquences sur la campagne électorale..."Un nouveau Watergate? "va même jusqu'à questionner l'Express.

Marianne jusqu'au premier tour

Marianne qui sort cette semaine un numéro double annonce le dernier numéro avant le Premier tour et se projette déjà dans "l'après" et annonce... La fin du PS...et dresse un bilan catastrophique de la campagne de Benoit Hamon, accusé par Julien d'avoir "passé un mois à discuter avec EELV, ce qui ne rapportait rien. Il est resté avec la même équipe du MJS qui l’a toujours accompagné, sectaire, formée aux batailles internes mais pas à une campagne présidentielle". »Annoncé en grande pompe parBenoît Hamon en février, le conseil politique de campagne, censé donner la parole à toutes les sensibilités du parti, ne s’est réuni qu’une fois, ce qui expliquerait en partie l’incapacité du candidat à adapter sa stratégie. Un autredirigeant du PS pointe l’" esprit de revanche "qui anime selon lui l’entourage du candidat....et le mag prophétise:"La survie du PS se jouera les 11 et 18 juin prochains, lors des élections législatives. En pleine campagne présidentielle, plusieurs coteries socialistes se réunissent déjà pour préparer l’élection des députés....Objectif assumé : éviter les règlements de comptes et obtenir le plus de députés possibles dans la prochaine Assemblée....Une initiative parallèle vise à faire de Bernard Cazeneuve le chef de campagne du PS pour les élections législatives..... En cas de victoire de Marine Le Pen ou même de François Fillon, l’immense majorité du PS se rassemblera dans l’opposition. Si Emmanuel Macron l’emporte, au contraire, de nombreux socialistes pourraient être tentés de rejoindre la majorité présidentielle. "Quatre-vingt-dix à95 % des parlementaires seront favorables à un accord de gouvernement avec Macron, s’il nous le propose », estime Jean Glavany. Dans ce cas, quid des frondeurs ? "Il n’en restera qu’une poignée ", prédit un dirigeant socialiste, qui évoque des "circonscriptions difficiles "et ne cite que« Christian Paul, Aurélie Filippetti et peut-être Benoît Hamon » parmi les possibles survivants. Signe qu’il a intégré ce risque, Benoît Hamon a délaissé sa campagne présidentielle le temps d’un dimanche, le 9 avril, pour se rendre à un barbecue à Trappes, où il se présente aux élections législatives.

Le mag prédit également du sang sur les murs en cas d'échec de François Fillon..."les sarkozystes, tout bonapartistes qu'ils sont, trouvent des accents de sans culottes. .."La défaite de François Fillon ne serait imputable à personne d’autre qu’à lui. "Et la suite ? L’hypothèse d’un parti dirigé par Laurent Wauquiez et de législatives emmenées par François

Baroin séduit les partisans de l’ancien président de la République. Mais d’autres personnalités président du parti. « Pourquoi pas moi ? » s’est récemment interrogé l’organisateur de la primaire, Thierry Solère..... « Nous aurons besoin d’une direction plurielle pour maintenir l’unité », prédit un salarié du parti. En temps normal, la place aurait dû susciter tant de candidatures… Mais, même au sein du parti, certains reconnaissent que l’herbe sera sans doute plus verte ailleurs : "Si Macron gagne son pari de gagner les législatives, il y aura forcément une grande partie des juppéistes qui partiront, reconnaît un proche de Juppé.... Tout à leur déprime collective, certains tentent néanmoins de positiver : "On fonce sans doute vers un gâchis énorme mais, s’il arrive, tout cela provoquera un grand nettoyage de printemps. Cela sonnera probablement la fin d’une génération politique ".

Ne pas se laver, c'est bon pour. ..la peau

La transition est osée, mais tentante. ..une nouvelle tendance est née, la décroissance de l'hygiène; elle consiste à ne plus se laver au gel douche, se laver les cheveux le moins souvent possible "et revenir à la toilette de grand papa, c'est à dire minimale. .A croire les spécialistes "se doucher chaque jour est avant tout une affaire de confort, pas d'hygiène...".Aucun détail ne vous est épargné: les odeurs. .??Euh!. ..mais "d'après les sexologues, mettre trop de parfum est un frein à une sexualité épanouie". ..Alors !

Fessenheim, l'enfumage

L'Express parle carrément d'enfumage de la part de Ségolène Royal qui annoncé que le décret qu'elle a signé entérine la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim :" le texte ne change rien à la décision, trois jours plus tot du conseil d'administration d'EDF de conditionner l'arrêt de la fermeture de Fessenheim à la mise en service de l'EPR de Flamanville, prévue au plus tôt en 2019."....

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !