George et Amal Clooney : l'échographie, Jeannette Bougrab usurpatrice ?, Carla Bruni-Sarkozy : qu'y avait-il derrière son grand col ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
George et Amal Clooney : l'échographie, Jeannette Bougrab usurpatrice ?, Carla Bruni-Sarkozy : qu'y avait-il derrière son grand col ?
©

Revue de presse people

George et Amal Clooney : l'échographie, Jeannette Bougrab usurpatrice ?, Carla Bruni-Sarkozy : qu'y avait-il derrière son grand col ?

Mais aussi Johnny Depp pas flambant et Vanessa Paradis inquiète pour ses enfants, Benedict Cumberbatch transfiguré par l'amûûr, l'après-Charlie Hebdo vu par Patrick Bruel, et, et, et... la vie de Lassana, le héros de l'hyper cacher de la porte de Vincennes. Y'a du sentiment, du petit et du grand, dans la revue de presse people !

Barbara Lambert

Barbara Lambert

Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.

Voir la bio »


A l'heure où Valérie Trierweiler interviewe Samy Naceri sur deux pages dans Paris-Match — hé oui... ! —, que se passe-t-il sur la planète people ? Beaucoup, mais alors vraiment beaucoup de choses... en France, comme aux Etats-Unis. Figurez-vous... figurez-vous qu'on a retrouvé George et Amal Clooney. Et pas n'importe où, s'il vous plaît !

 

George et Amal : l'échographie

Après leur lune de miel cataclysmique, l'achat de leur pitit manoir de 16 000 m2 leur permettant, dixit Voici, de "cultiver leur grand besoin d'autonomie" (voir la RP du 20 octobre), après, enfin, avoir constaté qu'avec leurs boulots respectifs, ils ne se croisaient quasiment plus (voir les RP du 1er novembre et du 6 décembre), on a fini par se demander si le mariage de George et Amal était de la fiction ou de la réalité... Vilain que nous sommes ! Closer nous l'apprend en effet, photo à l'appui : "Mercredi 14 janvier, (les jeunes mariés) se sont rendus discrètement dans un centre d'imagerie médicale à Los Angeles. Après quatre mois de mariage, difficile de ne pas penser à une première échographie pour Amal". Difficile, en effet... Hou, tu parles d'une info ! Big George papa, tu te rends compte un peu !

 

Benedict Cumberbatch transfiguré par l'amûûr

Il y en a un autre qui va être papa — c'est officiel, dans son cas —, c'est Benedict Cumberbatch. Qui ça ? Benedict Cumberbatch, "Sherlock", quoi ! Voyez pas ? Mais si : l'Anglais très grand, un peu roux, avec une drôle de tête, des fois très laid, des fois très beau, vous voyez, là ? Ayé, vous voyez. Interviewé dans Closer, l'acteur y apparaît transfiguré : en veste et chemise chic mais cool, arborant de petites lunettes d'étudiant, le cheveu court et sage, il a rajeuni de dix ans (l'a que 38 ans, en même temps...). Il arbore surtout un sourire grand comme ça — un sourire qu'on ne lui connaissait pas... Oh, mais que s'est-il passé ? Qu'est-ce qui lui fait cet effet ? Le succès ? Du succès, pour sûr, il en a, il n'arrête pas d'enchaîner les films, mais il n'y a pas que ça... Tout juste marié avec le metteur en scène Sophie Hunter qui attend leur premier enfant, Benedict le dit : il est heu-reux. Heureux comme jamais parce qu'il est... amoureux : "Je trouve miraculeux, dit-il, de tomber amoureux de quelqu'un qui vous aime autant que vous l'aimez. (...) Je ne serais rien sans ma fiancée. Elle m'apporte tout l'équilibre qui me manquait". Si c'est pas beau, ça ! Ah, ça fait chaud au coeur... Bonne route, les jeunes mariés !

 

Johnny Depp : ça s'arrange pas

Et puisqu'on parle de jeunes mariés, il y en a deux qui, bien que fiancés, n'en finissent pas de reporter "le grand saut", c'est Johnny Depp et Amber Heard. Il faut dire que Johnny a, comme on dit, été "rattrapé par ses démons" : il a replongé dans l'alcool. Résultat : "A la fin de l'année, on ne les voyait plus guère ensemble en public", note Closer. Bonne nouvelle ? Le couple a recommencé à s'afficher main dans la main... mais cela, comme par hasard, au moment où l'acteur assure la promo de "Charlie Mordecai", sur les écrans le 21 janvier. Et le fait est que, même en promo, "Johnny ne semble pas au meilleur de sa forme, remarque le mag : regard flou derrière ses verres colorés, démarche alourdie, il arbore des chemises informes aux couleurs indéfinissables, et un étrange foulard bleu pend infailliblement à sa ceinture". Son doudou, peut-être ? Mais que fait Amber ?

 

Vanessa Paradis inquiète pour ses enfants

"Amber arrivera-t-elle à le sortir de l'alcoolisme ?", s'interroge Public. Grande question. D'autres avant elle ont essayé, et ont jeté l'éponge. Ah, c'est triste, tout ça... Triste et inquiétant. Parce qu'il y a aussi les enfants, Lily Rose, 15 ans, et Jack, 12 ans. Comme les petits ont souhaité rester vivre à Los Angeles, Vanessa Paradis est retournée s'y installer. Le problème, c'est que "quand elle n'est pas là, (les enfants) sont plus souvent sous la surveillance de leurs gardes du corps qu'avec leur père", indique Voici. Histoire d'arranger les choses, Johnny, précise le mag, "a de drôles de fréquentations : quand il ne traîne pas avec Marilyn Manson, (il) invite chez lui George Jung, un gros dealer de cocaïne fraîchement sorti de prison après vingt ans derrière les barreaux. Certes, c'était pour les besoins d'un rôle, mais si les enfants pouvaient éviter de fréquenter cet ex-associé de Pablo Escobar, Vanessa préfèrerait vraiment". On la comprend !

 

Jeannette Bougrab en a-t-elle trop fait ?

Mais revenons en France... et à "Charlie Hebdo". Vous le savez : la famille de Charb a démenti "formellement l'engagement affectif (du dessinateur) avec Jeannette Bougrab" et sommé la jeune femme d'arrêter de communiquer sur le sujet, ce dont, il est vrai, elle ne s'est pas privée. "Est-ce cet excès de pathos cathodique ou bien le soupçon d'un récit égocentré qui a déplu aux proches du si discret dessinateur ?", se demande Gala. Closer ne se pose même pas la question : il en est convaincu. Et précise, ce faisant : "Les mauvaises langues racontent que l'ex-chroniqueuse du "Grand journal" aurait appelé elle-même les chaînes pour ses premières interventions". Si c'est vrai, c'est moche.

 

"C'est un viol posthume"

Public enfonce le clou : en réaction au communiqué de la famille de Charb, Jeannette Bougrab a agi "sans vraiment se censurer, raconte le mag : mise à disposition "de toutes les vidéos et les SMS" relatant leur love story, interviews télé jusqu'aux Etats-Unis... et mise en ligne d'une photo datant du 31 décembre 2014 (...). Se disant "abattue", Jeannette Bougrab décide alors de ne pas assister aux obsèques de Charb, et se fait hospitaliser au Val-de-Grâce, à Paris, pendant plusieurs jours. Comme un air de mélodrame... (...) "Il va falloir qu'elle se calme, la Jeannette ! Et qu'elle se fasse sérieusement soigner. Ce qu'elle a osé faire est intolérable. C'est un viol posthume", assène Sylvie Coma, directrice adjointe de "Charlie"". Après le démenti de la famille Charbonnier, celui de la famille "Charlie"... ça commence à faire beaucoup.

 

La "vraie compagne" de Charb

Saura-t-on jamais la vérité ? Pour les parents du dessinateur, en tout cas, et selon Closer, "une seule femme aurait pu revendiquer d'avoir été la compagne légitime de Charb. Elle faisait partie des proches assistant (à ses) funérailles (...). Digne, discrète et connue de tous, elle ne partageait plus la vie de Charb depuis quelques années. Mais qu'importe !"

 

Jeannette Bougrab prévient, elle ne se laissera pas faire. Attaquée sur sa relation Charb, elle a annoncé ce vendredi 23 janvier qu'elle était prête à aller en justice, pour prouver que Charb était bien son compagnon. "Les médias et les réseaux sociaux ont relayé ces deux dernières semaines certains propos injurieux et diffamatoires à l'encontre de Mme Jeannette Bougrab", a déploré son avocat, Me Temime, selon Le Parisien. Jeannette Bougrab est prête à "engager toutes les actions en justice propres à faire respecter ses droits et sanctionner les personnes responsables de ces atteintes, présentes ou futures", a-t-il mis en garde, ajoutant que sa cliente disposait de "preuves irréfutables" de sa relation amoureuse avec le dessinateur.

 

Lassana, le héros

Mais sortons des querelles tristes, et chassons les idées noires ! Dans les drames qui se sont joués il y a quinze jours, un être, pas vraiment gâté par la vie, a su nous rendre le sourire, nous réconforter, nous fortifier, aussi. Employé à l'hyper cacher de la porte de Vincennes, le Malien Lassana Bathily a sauvé, vous le savez, plusieurs vies. Vous le savez aussi, le héros a été naturalisé ce lundi. "Après avoir échappé de peu à l'expulsion en 2009" et décroché "un titre de séjour en 2011", il "avait déposé une demande de naturalisation (en juillet dernier)", raconte Closer. Dans le magasin où il travaillait depuis quatre ans, "Lassana était apprécié de tous. Et s'y sentait à l'aise en tant que musulman, précise le journal : "On ne m'a jamais fait aucune remarque sur ma religion, ça a été comme une deuxième famille pour moi"". Hou, ça fait du bien, de lire ça !

 

Comment Patrick Bruel voit l'après-Charlie

Ca fait du bien, aussi, de lire, dans Elle, cette fois, ce que Patrick Bruel dit de l'après-"Charlie". Comment il le voit, l'espère, en tout cas. Au lendemain de la marche pour la paix, l'artiste a écrit une chanson intitulée "Pourquoi ne pas y croire ?" dans laquelle il dit, notamment : "Aimer l'histoire de l'autre, c'est comprendre la sienne". "Tout est dans ce message d'ouverture, commente-t-il : j'ai espoir que (...) je retrouve ces liens si simples que j'avais avec mes potes, gamin, dans un quartier assez chaud d'Argenteuil, quand on jouait au foot sans même se demander qui était juif, musulman ou catho". 

 

Mais qu'y avait-il sous le grand col de Carla ?

Et si on rigolait un peu, pour finir, hmmm ? Lors de la marche du 11 janvier, vous l'avez forcément remarqué comme moi, Carla Bruni-Sarkozy portait un pull avec un grand col roulé bleu ciel dans lequel elle semblait vouloir se cacher. Scoop ? Voici publie une photo datée du 6 janvier où l'ex-Première dame se calfeutre aussi derrière un grand col, noir, cette fois, remonté jusqu'au menton. Rôôô, mais qu'est-ce que ça cache, ça ? Une "méchante rage de dents", "une sale piqûre de guêpe", "une subite phobie de la foule", "une opération de chirurgie esthétique", comme le "laisse supposer le "Daily Mail" ? Le people envisage toutes les possibilités... Et ? Hé bé, le 19 janvier, "alors qu'elle venait pousser la chansonnette à L'Olympia lors d'un concert contre Alzheimer", Carla était cou nu. Cou nu, oui, oui. Voici le prouve, cliché à l'appui. Et ? Et... ! Hé bé rien, poil aux mains ! Sur ce, bon week-end, les lapins ! Aimez-vous bien !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !