Hollande en tête (mais pas au PS) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Hollande en tête (mais pas au PS)
©

Revue de presse des hebdos

Hollande en tête (mais pas au PS)

Chirac flirte avec une élue socialiste, et la presse s’emballe. Effet DSK ? La chute du patron du FMI profite en tout cas à François Hollande qui progresse à gauche… comme à droite.

Barbara Lambert

Barbara Lambert

Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.

Voir la bio »

Dragueur, Jacques Chirac ? Toujours vert. Grâce au “ Petit journal ” de Yann Barthès, raconte “ Le nouvel Observateur ”, on a assisté à “ une scène désopilante, où l’on voit l’ancien président, en visite il y a deux semaines au musée qui porte son nom à Sarran, flirtant avec Sophie Dessus, vice-présidente PS du conseil général de Corrèze. Comique de répétition, puisque la même scène avait déjà été captée, en 2009, (Jacques Chirac) draguant ostensiblement (l’élue socialiste) pendant un discours de Bernadette, laquelle, exaspérée, finit par s’interrompre ”.

Jacques et Sophie

Interviewée cette semaine dans “ VSD ”, Sophie Dessus le reconnaît : “ Après le premier buzz, j’étais assez gênée, un peu confuse par rapport à Mme Chirac. Même si ce ne sont que des choses anodines, que la vidéo est drôle et très bien montée, je n’avais pas envie que ça la froisse. Nous travaillons très bien ensemble sur les projets culturels. Alors, lorsque je l’ai revue, je me suis excusée. Elle m’a dit : “ Je n’ai rien vu à la télévision ” Je ne sais pas si elle s’en moque, mais elle a été très grande dame. L’incident est vraiment sans conséquences ”.

Effectivement. Mais alors, pourquoi le monter en épingle ? Un mois après “ l’événement new-yorkais ” et en pleine affaire Georges Tron, les médias sont prêts, on dirait, à faire feu de tout bois. A un an des présidentielles, ça promet… D’après un “ expert en communication ” interrogé par les “ Inrockuptibles ”, il faut s’attendre “ à une campagne trash comme on n’en a jamais vu. La droite avait déjà promis de tout sortir sur DSK. Il est sorti lui-même. Mais les autres candidats peuvent s’attendre au pire ”.

2012, élection trash ?

Excès de pessimisme ? Egalement sollicité par l’hebdo rock, le politologue Stéphane Rozès “ estime, lui, que le trash n’a pas d’avenir en France. “ Ce qu’on observe, c’est une tension entre des médias et certains des entourages qui font fuiter des rumeurs pour “ anglo-saxonniser ” la politique, dans l’idée qu’il ne devrait plus y avoir de frontière entre vie privée et vie publique, explique-t-il, avant de préciser : Les Français entendent les rumeurs mais elles n’auront d’impact qu’à partir du moment où la nature de ce qui est révélé pose problème sur la capacité à incarner la fonction présidentielle ”. Autrement dit, la vie privée, la vie sexuelle, “ tant qu’il n’y a pas délit ou crime ”, n’a pas d’impact sur les choix électoraux, ce qui n’est pas le cas des soupçons de conflits d’intérêt ou de lien avec des puissances d’argent. Et pour Stéphane Rozès, “ les grands médias vont faire le tri républicain entre ce qui relève de la rumeur et les informations à caractère politique ” ”. S’il le dit…

Jamel, BHL et Bergé pro-Martine

A une semaine de l’ouverture du dépôt des candidatures à la primaire socialiste, ça s’agite au PS. D’après le “ Nouvel Observateur ”, Martine Aubry devrait se déclarer “ depuis sa bonne ville de Lille (…) entre le 29 juin et le 1er juillet ”. La Première secrétaire compte déjà des soutiens de choix. “ Mardi 14 juin, raconte le journal, devant un Palais des Sports de Paris bondé, Jamel Debbouze (a affiché) sa préférence : “ Je ne sais pas pour vous, mais moi, je vais voter Aubry. (…) Elle est là ce soir ”, a rigolé l’enfant de Trappes, qui avait tenu à l’inviter à son nouveau one-man-show ”. Autre joli coup : “ La semaine dernière, Bernard-Henri Lévy, ex des écuries Royal puis DSK, a couvert de roses une Aubry “ solide, compétente et beaucoup plus motivée qu’on ne le croit ”. Quant à Pierre Bergé, le gardien de la flamme mitterrandiste, il a déjeuné avec la première secrétaire à la table d’un restaurant en vue de la rive gauche. Le coactionnaire du “ Monde ” voit en elle “ la candidate naturelle du PS ”. “ Ce n’est qu’un début ”, prévient François Lamy, conseiller politique de la socialiste. Attendez-vous à de nouveaux ralliements de célébrités, il y a une demande de Martine ! ”

Martine “ instit ”

Les pipoles suffiront-ils à emporter l’adhésion des électeurs ? Dans une enquête Viavoice réalisée pour le “ Nouvel Obs ”, la principale force de Martine Aubry tient dans sa capacité à “ se faire comprendre ”. “ Quand elle parle, ça fait vraiment sérieux ”, commente un interviewé. Son gros défaut, en revanche, est qu’ “ elle ne fait pas rêver ! 43 % pointent son manque de “ charisme ”. Si Hollande est l’ami, elle a quelque chose de l’instit. Capable de “ prendre soin des gens ” (61 %) mais un peu “ technocrate ” (39 %), Aubry a, au fond, l’image d’une bonne première secrétaire, dotée d’un bagage intellectuel et d’une somme d’expériences qui justifient ses nouvelles ambitions. Mais le veut-elle vraiment ? Dès qu’on entre dans le chaud, le personnel ou l’intime, l’image de Martine Aubry se trouble, et à l’évidence, cela gêne les Français. (…) “ En fait, à part qu’elle est la fille de Delors, on ne sait rien ”, dit un interviewé ”.

Avantage Hollande

Exact opposé d’Aubry, Hollande ? Interviewé dans les “ Inrocks ” au sujet des rumeurs dont il pourrait, au cours de la campagne, être la cible, l’ancien premier secrétaire le dit “ avec le sourire ” : “ Je ne vois pas ce que l’on pourrait trouver, ma vie est connue ”. Est-ce la raison de sa percée dans les sondages depuis l’affaire DSK ? Dans son baromètre Ipsos, “ Le Point ” indique que “ ce mois-ci, Nicolas Sarkozy repart légèrement à la baisse, retrouvant un de ses plus mauvais scores de président ”, soit 66 % d’opinions défavorables. Dans le même temps, et “ pour la première fois, François Hollande prend la tête du classement, progressant dans toutes les catégories de la population (+ 7 % à gauche comme à droite). (…) Martine Aubry, dont tout le monde a compris qu’elle sera bientôt officiellement candidate, baisse un peu globalement. Mais c’est essentiellement parce qu’elle perd 11 points à l’UMP. Chez les sympathisants du PS, elle reste en tête, avec 86 % d’avis favorables (+ 5 %), juste devant Hollande, 85 % (+ 7 %). Plus que jamais, on sent que tout va se jouer dans ce duel attendu, les autres candidats à l’investiture socialiste restant loin derrière ”. Avantage Hollande, donc, mais pas forcément auprès de l’électorat socialiste, et/ou "de gauche"...

Le spectre bleu Marine

D’après le baromètre Ipsos pour “ Le Point ”, toujours, “ Marine Le Pen recule de 5 points, se retrouvant à 25 %, son score le plus faible depuis six mois. La présidente du Front national n’a pas réussi à tirer profit de l’affaire DSK ”. D’après “ Le Nouvel Obs ”, qui lui consacre un dossier, la fille de Jean-Marie Le Pen n’en continue pas moins d’être “ dangereuse ”. “ Plus de 40 % des ouvriers tentés par le lepénisme : un défi pour la gauche ”, titre le magazine. “ Marine Le Pen mise surtout sur les secousses du désordre mondial pour progresser, explique-t-il : la faillite de la Grèce et, au-delà, la crise de l’euro et de l’Union européenne, les révolutions arabes, la guerre en Libye et le syndrome Lampedusa, synonyme de vagues d’immigration fantasmées ”, tous thèmes abondamment développés dans la presse. 

Hasard ou ironie ? Des fois qu’elle manquerait de “ biscuit ”, l’ “ Obs ” lui fournit un autre filon à exploiter : “ Les bonnes planques de la République ”, qu’il a choisi de mettre en une et de traiter sur dix pages valant leur pesant de cacahuètes — “ Le Point ”, lui, consacre sa couverture au “ racket des grandes surfaces ”, grand “ mal français ”, dont on voit sans peine le parti que la patronne du FN pourrait tirer…

Marine parricide ?

“ Pour faire son beurre électoral ”, précise “ Le Nouvel Observateur ”, Marine Le Pen a encore “ à concrétiser la vaste opération de “ dédiabolisation ” du FN dans laquelle elle s’est engagée ”. Ce qui reviendrait pour elle à “ tuer le père ”. “ Jusqu’où l’opération “ normalisation ” peut-elle aller si Jean-Marie Le Pen vient régulièrement mettre les pieds dans le plat ?, s’interroge le news. C’est tout le dilemme de cette “ fille de ”. Son nom a fait son succès. Il en marque aussi les limites. Elle voudrait en avoir les avantages — quelle meilleure marque pour incarner la contestation que celle-là ? — sans les inconvénients. “ Mon père, ce héros ”, ou “ mon père, ce fardeau ” ? “ C’est l’homme de ma vie ” : ainsi résumait-elle, il y a quelques années, le lien qui les unit. (…) Au FN, personne ne croit au scénario du parricide. Elle balaie l’hypothèse : “ J’ai conscience de ce que nous devons à Jean-Marie Le Pen. Je le sais mieux que personne, et jamais il ne me viendrait une once d’ingratitude à son égard ”. Et même si l’idée lui en venait, elle sait qu’au FN ce sacrilège ne lui serait pas pardonné ”. Ecarté, le danger ?

A lire, encore

“ Stéphane Fouks : y a-t-il une vie après DSK ? ”, “ La chute de la maison (Frédéric) Mitterrand ” (“ L’Obs ”) ; “ Ce que la Grèce va nous coûter ” (“ Le Point ”) et “ Chaque jour, Athènes devient plus hostile ” (“ Inrocks ”) ; “ Syrie. Massacre à huis clos ” (“ Le Point ”) ; “ Le dernier baroud d’Anne Lauvergeon ” (“ Le Point ”) et “ Areva pris au piège de Fukushima ” (“ Challenges ”). Dans “ Challenges ”, encore, “ Madame Bettencourt compte les défections ” et “ Les 50 métiers qui montent ”. Dans “ L’Express ”, plutôt que le dispensable dossier de une sur “ Ce que les Américains pensent des Français ”, “ Trenet. Y’a pas d’joie pour l’héritier ”. Dans “ VSD ”, enfin, plutôt que l’interview de Ségolène Royal (“ Je suis plus forte qu’en 2007 ! ”), celle de Rachida Dati, visiblement remontée et très en forme.

Le sujet vous intéresse ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !