Effondrement des marchés après le discours de Mario Draghi : que faire dans ce contexte ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Effondrement des marchés après le discours de Mario Draghi : que faire dans ce contexte ?
©Reuters

Atlantico bourse

Effondrement des marchés après le discours de Mario Draghi : que faire dans ce contexte ?

Il ne faut ni "sur" ni "sous-estimer" les impacts des décisions qui viennent d’être prises par le président de la BCE. Explications.

Alain Pitous

Alain Pitous

Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).

Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de placement en actions.

Précédemment, il a été pendant 5 ans (2009-2014) Deputy CIO d’Amundi (850 Milliards d’Euro sous gestion) et gérant du fonds Amundi Patrimoine de 2012 à juillet 2014.

Voir la bio »

Le discours de Mario Draghi a déçu. Une intense communication des membres de la BCE faisait que les marchés anticipaient énormément avant la réunion de jeudi 3 décembre. Le CAC s’envolait dans la matinée en revenant près de 5000 points. En début d’après-midi au moment des annonces et après la conférence de presse habituelle qui suit, les marchés se sont effondrés. Le recul était à la hauteur des attentes :

  • Le CAC finissait en baisse de 3,58% (soit une baisse de 5% par rapport aux plus hauts du jour !)
  • Les taux 10 ans Allemands ont bondi de 0,47% à 0,67%
  • Le Dollar s’est lui aussi effondré de 1,05 à 1,09 contre l’euro en quelques heures
  • Les valeurs liées au dollar ont logiquement mené la baisse,  telles par exemple L’Oréal ou Airbus.

Visiblement les marchés avaient trop anticipé. En particulier les positions pariant sur la poursuite de la baisse de l’euro étaient historiquement très importantes…mêmes choses sur les taux ou les actions : les débouclements de positions trop consensuelles se font généralement dans la panique et conduisent parfois à des excès.

Que faut-il faire dans ce contexte ?

Il ne faut ni « sur » ni « sous-estimer » les impacts des décisions qui viennent d’être prises.

La croissance de la zone Euro ou mondiale est-elle directement affectée par ce qui s’est passé hier ? Non.

Nous avons la conviction depuis des mois que la croissance mondiale restera durablement modérée. Depuis longtemps la reprise est soutenue par des taux bas et des injections de liquidités massives mais toute reprise trop forte est « coiffée » par un endettement global élevé des agents économiques. Même si la Fed monte ses taux en décembre, en absolu ses taux resteront très bas et même si la BCE a déçu, le message de jeudi dernier était : les taux en zone Euro resteront bas jusqu’en 2017. La zone Euro devrait donc poursuivre sa lente reprise.

Notre scénario consiste toujours à envisager une poursuite du redressement des marges des entreprises européennes : taux bas, matières premières effondrées, Euro entre 1,0 et 1,15 contre le dollar constituent un soutien net en termes de résultats…et un peu partout l’investissement et/ou la consommation repartent. Dans cet environnement, il nous semble que les valeurs exportatrices, pendant longtemps favorisées par la décrue de l’Euro sont désormais à leur prix. Par contre, les valeurs domestiques,  dont l’activité est centrée sur la zone Euro, ont selon nous encore du potentiel. En particulier les moyennes et petites valeurs nous semblent attractives. Loin de l’idée de « bulle », beaucoup de titres sont, selon nous, sous-évalués et ont parfois été lourdement pénalisés par les investisseurs justement car elles étaient trop « européennes ».

Quelques exemples de valeurs à potentiel pour les 2-3 prochaines années selon nous :

  • Korian, premier exploitant européen de prise en charge de personnes dépendantes.
  • Chargeurs, film de protection de surfaces, produits techniques
  • Edenred, spécialiste dans les prestations de services prépayés
  • Valtech, services informatiques
  • Cegid, éditeur de logiciel

De plus, la croissance organique des sociétés étant modérée et les accès au crédit facile avec des taux bas, les opérations de fusions vont soutenir les marchés. Des opérations sont encours, par exemple sur GFI Informatique… d’autres dossiers comme Gameloft (éditeur de jeux) font déjà l’objet d’une forte spéculation.

Tous ces dossiers sont assez indépendants des soubresauts à très court-terme des marchés et nous semblent intéressants. Comme toujours lorsque nous citons des titres : il faut garder en tête les règles de prudence élémentaire : bien diversifier ses risques, investir en plusieurs fois…et être patient !

En conclusion, les marchés se sont violemment réajustés après les décisions de la BCE mais cela ne change pas fondamentalement la donne pour 2016 selon nous. Beaucoup d’entreprises dont l’activité est centrée sur la zone Euro devraient voir leurs marges s’améliorer encore et leur cours de bourse devrait en profiter dans les mois à venir.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !