Jean Dujardin, Alexandra Lamy et la malédiction des Oscars, Hollywood, boulevard du sexe et du stupre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean Dujardin, Alexandra Lamy et la malédiction des Oscars, Hollywood, boulevard du sexe et du stupre
©

Revue de presse people

Jean Dujardin, Alexandra Lamy et la malédiction des Oscars, Hollywood, boulevard du sexe et du stupre

En danger, le beautiful couple Dujardin/Lamy ? La malédiction plane à LA… dont le “ fournisseur en plaisirs ” Scotty Bowers révèle les dessous peu glorieux. Ah, il est beau, le monde du cinéma !

Barbara Lambert

Barbara Lambert

Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.

Voir la bio »

“ Séparés ”, Jean Dujardin et Alexandra Lamy ? Ah, “ Voici ”, coquin que tu es ! Nous annoncer des vilaines choses en couverture alors que Jeannot et sa belle se disent adieu… pour seulement quelques jours ! “ Alors qu’Alexandra avait décidé de rester quelques jours à Los Angeles avec sa grande fille Chloé, l’acteur a repris l’avion dès le 28 février, explique le people… en pages intérieures. Visiblement ému, il a longuement embrassé Alexandra avant de partir pour l’aéroport ”. Y’avait rien d’autre à mettre en couv, cette semaine, “ Voici ” chéri ? Faut croire… En attendant, ça mange pas de pain, le people en remet une couche. Et s’interroge : le couple star résistera-t-il à “ la fameuse malédiction des Oscars ? La légende veut en effet, rappelle-t-il, que les nouveaux oscarisés se séparent peu après l’ascension au sommet de l’un des partenaires créant des tensions irrémédiables dans le couple. Halle Berry, Kate Winslet, Sandra Bullock, entre autres, en ont fait les frais. Sans doute est-ce pour ça que Jean a voulu rassurer Alex en la présentant à ses nouveaux potes George et Brad comme “ Mrs Dujardin ”. Jusqu’ici, tout va bien. Mais demain ? ” Hé ho, tu te calmes, “ Voiçaï ” : à force, tu vas leur porter la scoumoune, à Chouchou et Loulou !

 

La presse française croyait-elle vraiment en son Chouchou ?

A part notre Jeannot oscarisé — et notre Omar césarisé — qu’on applaudit tous les deux au passage des mains et des pieds, faut bien l’avouer, y’a pas grand chose à se mettre sous la dent, cette semaine, au rayon people. Vu la couverture des deux événements (le premier l’emportant très sensiblement sur le second…), on pensait naïvement qu’on allait apprendre des choses sur les dessous des cérémonies, comment les lauréats les ont vécues, célébrées, etc… On s’attendait au moins à une ou deux interviews en “ exclu ”. Raté ! Est-ce le signe que la presse française ne croyait pas vraiment en son Chouchou ? A en juger par leurs papiers, plus “ red carpet ” qu’autre chose, ni “ Match ”, ni “ Gala ”, ni “ Elle ”, etc., n’ont jugé utile de faire le déplacement jusqu’à LA. Heureusement… heureusement, il y a “ Be ” ! Grâce à la journaliste Cécile Delarue, qui vit sur place, le magazine est le seul, en effet, à nous raconter en détails la soirée post-Oscars de Jeannot le Maximo au mythique… Château Marmont.

 

Et tout à coup, un homme nu saute dans la piscine… du Château Marmont

“ Il est 3 h 10 au Château Marmont, et un homme nu plonge dans la piscine (hou, ça démarre fort, Cécile !) Les verres de champagne s’échangent presque aussi vite que les numéros de portable, on piétine sur les robes en soie véritable. Tout Hollywood rêve d’être ici. C’est la dernière soirée, pour les intimes ”. Ouais, ouais, on y est ! Allez, continue de raconter : “ Il y a Bérénice Béjo et Michel Hazanavicius, fiers de ce succès commun, et les mots d’amour du meilleur réalisateur de l’année (devant Martin Scorsese, Woody Allen et Terrence Mallick réunis) : “ L’âme de ce film, c’est Bérénice. C’est pour elle que je l’ai écrit ”. (…) Au bord de la piscine, Jean Dujardin ne descend toujours pas de son petit nuage. Il essaie. Mais c’est difficile. (…) “ C’est l’histoire d’un mec qui commence dans les bars, passe par “ Un gars, une fille ”, et gagne un oscar ”. (…) Le frère de Jean, copie conforme, version poivre et sel et avocat, sort une bonne vanne (visiblement, on aime l’humour chez les Dujardin). Dans un coin près des buffets, un couple un peu plus âgé. Miguel Bejo, barbe fleurie, et sa femme Sylvia, sourient sans arrêt. Un jour, ils ont dû quitter l’Argentine et la dictature, et abandonner les projets de films pour Miguel, qui était réalisateur. Aujourd’hui, leur fille a un césar, leur gendre deux oscars. “ Comme quoi, c’est dangereux de montrer des films aux enfants ” ”. Une belle histoire, en somme. Et sinon, Cécile, c’était qui, l’homme nu qui a sauté dans la piscine ? Hmmm ?

 

Hollywood et Scotty, les bons tuyaux (sexuels)

Ah, Hollywood ! Ses excès… et ses vilains petits secrets… “ Pendant quarante ans, nous appâte “ Grazia ”, Scotty Bowers a offert ses services (pour la plupart sexuels) aux plus belles stars — hommes et femmes — du cinéma américain. Dans une autobiographie aussi fascinante que dérangeante, il détaille les turpitudes des plus grands avec une politesse exquise ”. Pour la politesse, on n’est pas juge, vu qu’on n’a pas lu le livre (“ My Adventures in Hollywood and the Secret Sex Lives of the Stars ” chez Groove Press/Atlantic Monthly Press), mais pour ce qui est des turpitudes, à la lecture du papier, faut avouer, on est servis ! 

 

Le pompiste est open

A son retour de la guerre, en 1946, raconte le mag, le Marine Scotty Bowers “ se retrouve (comme beaucoup de ses camarades) hagard et oisif dans les rues de Los Angeles. Il a 23 ans, il est beau, bien foutu, et trouve un job de pompiste sur Hollywood Boulevard. Idéalement situé à la sortie des grands studios, the Richfield Gas Station alimente en essence les plus belles voitures de la ville. L’une d’elles, un coupé Lincoln rutilant, s’arrête un soir pour faire le plein. Au volant : Walter Pidgeon, l’un des acteurs les plus en vue d’Hollywood. “ Je peux vous aider, monsieur ? ”, lui demande Scotty avec un grand sourire. “ Oh oui, je suis sûr que vous le pouvez ! ”, lui répond l’acteur en faisant bruire entre ses doigts quelques dollars ”. Et quoi ? Oui, oui, exactement ce que vous devinez… “ J’avais un appétit insatiable, raconte Scotty. Il me fallait faire l’amour plusieurs fois par jour. Avec des hommes, des femmes. J’étais fier de mon corps, et j’étais heureux de le partager ”.

 

Scotty fournit des filles à Katharine Hepburn

Commence alors un trafic insensé : “ Les limousines affluent à la Richfield Station, rapporte “ Grazia ”. Les vitres fumées s’abaissent, révélant des visages célèbres, ceux de l’acteur Rock Hudson, du musicien Cole Porter ou encore du réalisateur George Cukor ”. C’est par le réalisateur que Scotty fait la connaissance de Katharine Hepburn : “ Je connais votre réputation, lui dit-elle. Pensez-vous pouvoir me trouver une jeune fille brune et mince ? ”. “ Au fil des années, commente-t-il, je lui en présenterai environ 150 ”. Pour Spencer Tracy, avec qui l’actrice forme le couple “ idéal ” à Hollywood, complète “ Grazia ” : des hommes ou des femmes, au choix. Pour Errol Flynn, ce sera de très jeunes filles à forte poitrine. Quand Scotty lui précise qu’elles auront forcément plus de 18 ans, l’acteur lui rétorque : “ Peu importe qu’elles aient 18 ans, du moment qu’elles se comportent comme si elles en avaient 14 ”.

 

 

Edith Piaf : “ sexy mais triste ”, Vivien Leigh : “ un de mes meilleurs coups, mais sûrement bipolaire ”

“ Lorsqu’Edith Piaf vient chanter au Mocambo, sur Sunset Boulevard, poursuit le journal, (Scotty) lui sert d’amant-consolateur : “ Passé les deux premières semaines, il y avait de moins en moins de monde à ses concerts. Edith se sentait rejetée, méprisée (…) Je la trouvais très sexy mais il émanait d’elle quelque chose de très triste comme si elle était perpétuellement sur le point de fondre en larmes ”. Un soir, chez George Cukor, continue “ Grazia ”, il rencontre Vivien Leigh, héroïne d’ “ Autant en emporte le vent ”. Pourtant amoureuse de Laurence Olivier, lui-même client de Scotty, elle invite le jeune homme à passer la nuit avec elle. “ C’est l’un des meilleurs coups que j’ai eus de ma vie ”, précise-t-il dans son livre. Pourtant, le lendemain matin, la star s’enferme dans sa salle de bains et lui crie à travers la porte : “ Va-t-en, je ne veux plus te voir ! ” Au moment où il part, Vivien sort de la salle de bains et se jette à ses pieds pour le supplier de rester : “ Je crois qu’on dirait d’elle maintenant qu’elle était bipolaire ”. Ca défrise pas mal, hein ?

 

Une mort(e) en direct de la Fashion Week

Et à part “ Djan Dujardine ”, Hollywood et ses turpitudes, qu’est-ce qu’y-a-t-il de crunchy-fondant à se mettre sous la dent dans les people de ce samedi ? La mode, la mode, la mode, comme dirait l’autre. Bah, beurk, y’aurait pas autre chose ? Bé non, chéri, c’était la Fashion Week, cette semaine à Paris. Bouhouhou ! Y’aurait pas plus funny ? Si ! La Fashion Week de New York, qui date de la semaine dernière. Figurez-vous que… ah !, c’est trop drôle, une femme est tombée raide morte en direct des défilés. Même qu’elle était sur le “ Front Row ”, au premier rang, en français. “ Panique à la Fashion Week !, s’exclame “ Grazia ”. Le 15 février, Zelda Kaplan, icône de mode et night-clubbeuse de 95 ans, s’est éteinte au premier rang d’un défilé new-yorkais ”. Facétieux ? Le magazine va jusqu’à montrer la photo de la Lady, “ éteinte ”, donc, évacuée par trois hommes. “ Repose en paix, Zelda, Mon Dieu, quelle élégante sortie ! ”, aurait, selon le mag, tweeté Dita Von Teese. Mon Dieu, on n’aurait pas dit mieux !

 

Les troc-parties amoureuses

Surfant sur la vague “ Fashion ”, “ Grazia ”, toujours, dévoile les nouvelles “ astuces ” des “ recessionistas de l’amour ”. En cette période de crise, explique l’hebdo, les célibataires ont, on résume, appris à “ faire du neuf avec du vieux ” (“ sur le site jeruceperemonex.com ”), à “ rapiècer ” (en ayant trois amants en même temps), à “ customiser ” (en relookant un “ petit blond redouillard en pub pour The Kooples ”) et à, c’est notre préféré, “ organiser des troc parties ”. “ Fini la flambe, s’émerveille le mag. On récupère, on recycle les ex, voire on les échange à la manière des modeuses, qui organisent des “ troc parties ” avec leurs vieux vêtements couture. En septembre 2011, Jill Hammelman, coiffeuse de luxe à Manhattan, lançait l’opération “ Hair for Love ” sur un blog. Trop accaparée par son job pour chasser, elle proposait 20 % de remise aux clientes susceptibles de lui arranger un rendez-vous galant. Et la gratuité à vie en cas de mariage ! Béa, trentenaire exilée à New York, n’en est pas étonnée : “ Ici, il y a deux femmes pour un homme. Pour avoir une chance de se caser, on fait jouer la solidarité. On file ton numéro à un mec qui te correspond, et on lui fait ta promo. C’est le système des “ dates ”. Les filles refourguent leurs ex pour que les dates circulent ” ”. Heu... question : ravaler un garçon au rang d’une robe, ou d’un top, est-ce vraiment la solution ?

 

Vous en voulez encore ?

Rayon amour(s) : à 41 ans, Uma Thurman est enceinte de son troisième enfant. Le papa ? Arpad Busson (“ Public ”, “ Voici ”) ; Jennifer Garner a accouché d’un petit garçon (“ Public ”, “ Voici ”) ; Seal est “ très proche ” de la chanteuse et actrice Delta Goodrem, 27 ans, “ le sosie de Heidi ” (“ Public ”) ; du mariage dans l’air ? Zoe Saldana a été vue en compagnie de Gloria, la mère de Bradley Cooper (“ Public ”) ; Lea Michele et Corey Monteith sont amoureux comme dans “ Glee ” (“ Public ”) ; Sophie Ellis Bextor attend son troisième enfant (“ Public ”) ; l’entourage d’Alessandra Sublet est inquiet : la présentatrice, enceinte, n’aurait pas dû présenter “ Les victoires de la musique ” (“ Voici ”) ; Cœur de pirate attend son premier enfant (“ Voici ”) ; Ayem a trouvé l’homme de sa vie aux US : il s’appelle Paul (“ Public ”) ; encore un coup de promo ? Mallaury Nataf a annoncé qu’elle se mariait avec son ex, Abraham Gabay — celui qu’elle avait largué parce qu’il était malade. Problème : il n’est pas au courant (“ Public ”)

En vrac : Jennifer Aniston a son étoile sur le Walk of Fame à Hollywood (“ Gala ”, “ Voici ”) ; Céline Dion a perdu sa voix et annulé ses concerts à Las Vegas jusqu’en juin (“ Voici ”) ; Madonna a recruté sa fille Lourdes comme danseuse sur sa tournée (“ Gala ”) ; Justin Bieber vient de signer un contrat avec HarperCollins pour un deuxième livre (“ Public ”) ; Angelina Jolie va écrire la préface de l’autobiographie de son ex Billy Bob Thornton qui paraîtra aux States le 15 mai (“ Grazia ”) ; Eva Longoria fait partie du comité de campagne de Barack Obama (“ Grazia ”) ; Dita Von Teese sort une ligne de lingerie pour la marque australienne Target baptisée Von Follies (“ Gala ”) ; “ Bar Refaeli sort sa marque de lingerie ” (“ Public ”) ; Cathy et David Guetta quittent Paris pour Londres (“ Gala ”) ; Charlotte Casiraghi sera la prochaine égérie de “ Gucci ” (“ Grazia ”) ; PPDA se présente à l’Académie Française (“ Voici ”).

Côté dossiers : “ Voici ” présente “ le vrai passé des candidats de “ The Voice ” ; “ Public ” fait un “ Thema : Ils ont moins bien réussi que leur jumeau ” ; “ Elle ” s’intéresse aux “ repentis du régime Dukan ” tandis que “ Grazia ” établit un “ Top 10 des régimes ” — number 1 : Atkins, Dukan : number 7. Ayé, ils — elles — vont enfin nous lâcher, avec Dukan ! ? !

 

 

Le sujet vous intéresse ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !