Désindignez-vous ! Mes vœux pour une nouvelle année moins hystérique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Désindignez-vous ! Mes vœux pour une nouvelle année moins hystérique
©Reuters

C’est une honte, c’est un scandale !

Désindignez-vous ! Mes vœux pour une nouvelle année moins hystérique

En 2018, mangez moins gras, faites davantage de sport, mais surtout, faites un break d’indignation surjouée sur les réseaux sociaux.

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

Stéphane Hessel, auteur d’une célèbre injonction à l’outrage permanent, s’il était encore de ce monde, se féliciterait certainement de la tournure hystérique prise par nos débats. Désormais, tout le monde est indigné. Tout le temps. A propos de tout.

Les réseaux sociaux n’y sont pas pour rien, qui ont rendu l’expression et la diffusion de son courroux (coucou) si pratique. Sur Facebook ou sur Twitter, vous êtes d’ailleurs probablement membre d’une petite clique en accord sur l’essentiel et passant son temps à se monter le bourrichon les uns les autres ou à débiner le « camp d’en face ». Et je sais de quoi je parle : je suis un peu comme ça moi-même.

C’est sans doute une porte ouverte que j’enfonce, nombre d’observateurs s’étant déjà inquiétés des risques que faisait peser le radicalisme binaire sur le fameux « vivre ensemble ». Tant pis : comme disait Claude François, il y a des clous qui méritent d’être enfoncés à coups de marteau pour stimuler l’harmonie dans les familles.

Car une fois posée l’idée que vous êtes objectivement dans « le vrai » sur tel ou tel sujet, que ceux qui disent le contraire sont scientifiquement dans « le faux », quel espace reste-t-il pour une position qui permettrait effectivement l’émergence d’une solution au problème sur lequel vous vous étripez avec autant d’enthousiasme ?

Considérons d’ailleurs, par convention, qu’à l’exception de celles d’authentiques sociopathes rêvant de chaos, la plupart des indignations découlent d’un désir sincère d’aller vers un « mieux », voire carrément vers un « bien ». Que les gens qui disent « blanc » ont le même projet ultime que ceux qui disent « noir », mais que c’est sur le chemin à prendre pour y parvenir qu’ils divergent. Le recours à la même version de Google Maps ne serait-il pas utile ?

D’accord, l’indignation réelle reste une émotion légitime et n’est pas systématiquement réductible à une posture grotesquement surjouée. Bien entendu, faire semblant de s’emporter au nom de ses valeurs et de ses principes pour recueillir des likes ou des RT d’autres irrités en carton-pâte doit correspondre à un impératif biologique fondamental utile d’un point de vue évolutionniste ou anthropologique. Et, OK, les solutions ne résident pas toujours dans les positions moyennes ou l’entre deux tiédasse. Parfois, il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée pour de bon.

Mais franchement, le hessélisme chronique, qu’est-ce que ça fatigue ! Moi, cette année, c’est ma bonne résolution, celle qu’on tient au moins jusqu’à la fin janvier, je cultive le compromis et je me prends la tête le moins souvent possible. En  2018, je me désindigne.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !