De la diversité alimentaire aux mines antipersonnel : pourquoi les abeilles sont essentielles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Menacées à la fois par les maladies, les parasites, les OGM, les insecticides, les pesticides, le frelon asiatique, voire par les ondes des téléphones portables, les abeilles voient leurs populations fondre comme neige au soleil depuis plusieurs décennies
Menacées à la fois par les maladies, les parasites, les OGM, les insecticides, les pesticides, le frelon asiatique, voire par les ondes des téléphones portables, les abeilles voient leurs populations fondre comme neige au soleil depuis plusieurs décennies
©Reuters

Zegreenweb

De la diversité alimentaire aux mines antipersonnel : pourquoi les abeilles sont essentielles

Les services rendus par les apidés vont bien au delà du plaisir que ces petites bêtes nous apportent à travers leur production de miel. Pilier de la biodiversité, les abeilles sont un des principaux pollinisateurs et sont à ce titre indispensable à la reproduction d'un nombre énorme de végétaux. Et leurs bons services ne se limitent pas à ça...

 Zegreenweb

Zegreenweb

Le site www.zegreenweb.com

propose chaque jour toute l'actualité du développement durable et offre une véritable boîte à outil pour un quotidien plus soucieux de la planète (écogestes, recettes de cuisine bio, guide des restos bio, espace emplois verts, covoiturage, éco-consommation, etc.)

 

Voir la bio »

Que mangerait-on sans l’existence des abeilles ?

La question, posée par la chaîne américaine de distribution de produits alimentaires green Whole Foods, trouve une réponse frappante en photo

Menacées à la fois par les maladies, les parasites, les OGM, les insecticides, les pesticides, le frelon asiatique, voire par les ondes des téléphones portables, les abeilles voient leurs populations fondre comme neige au soleil depuis plusieurs décennies.

Une disparition qui pourrait gravement compromettre la diversité alimentaire dans la mesure où près d’un tiers des aliments de base que nous consommons ne peuvent croître que sous l’action de la pollinisation effectuée principalement par les abeilles.

Pour une chaîne de distribution de produits alimentaires comme Whole Foods c’est 52% des aliments qui disparaîtraient des rayons sans l’intervention des apidés. Pommes, oignons, avocats, aubergines, carottes, mangues, citrons, melons, courgettes, concombres, choux-fleurs, poireaux, kale, brocoli, etc. ne seraient plus qu’un souvenir. Impensable quand on pense à l’apport nutritionnel indispensable de ces fruits et légumes !

(Lire la suite sur Zegreenweb)

Les ruches en ville sont elles une bonne solution ?

Les abeilles se sentent aujourd’hui de mieux en mieux et sont de plus en plus nombreuses en milieu urbain, ce malgré la pollution atmosphérique et un environnement a priori peu propice à leur épanouissement.

Leur nombre a ainsi par exemple doublé à Londres au cours des quatre dernières années. Un phénomène qui s’explique entre autres par une prise de conscience à la fois individuelle et collective, un nombre croissant de citoyens et d’organisations ayant installé leurs propres ruches ou ayant mis en place un « terrain » favorable à l’installation de abeilles.

« En dépit de l’insuffisance de la récolte de miel cette année, l’apiculture urbaine est pile dans la tendance à Londres », complètent nos confrères du site InternetTheecologist.org, qui rappellent que la capitale britannique dispose d’un micro-climat tendant à davantage emprisonner la chaleur. Les abeilles « citadines » butinent ainsi plus tôt dans l’année et peuvent continuer plus tard dans les mois d’automne que leurs homologues rurales.

La tendance s’est donc totalement inversée, Londres ayant longtemps eu les rendements de miel les plus faibles de Grande-Bretagne. De quoi inciter ses habitants à dérouler encore plus loin le tapis rouge aux apidés, même si l’hiver s’annonce rude pour les insectes pollinisateurs.

(Lire la suite sur Zegreenweb)

Des abeilles pour détecter les mines antipersonnel

Dans les Balkans, les sols sont jonchés de mines antipersonnel, résultat des derniers conflits ayant mis la région à feu et a sang. En Croatie, il a donc été entrepris de dresser des abeilles pour que ces dernières soient capables de repérer ces mines.    

L’idée, pour le moins originale, nous vient d’un spécialiste du comportement des abeilles, Nikola Kezic. Ce dernier a en effet mis au point un programme qui révolutionne la détection d’explosifs. Le procédé parait plutôt simple : les abeilles sont nourries avec du sucre dans lequel sont insérées de faibles quantités de TNT. Rapidement, les abeilles associent ainsi l’odeur de l’explosif à la nourriture. On ne savait pas jusqu’à présent que les abeilles avaient un odorat aussi développé mais cela semble être le cas.

On savait déjà que les abeilles produisaient du miel et qu’elles étaient essentielles à l’équilibre de notre écosystème. Elle ont désormais une nouvelle corde à leur arc grâce à Nikola Kezic. L’idée derrière ce projet un peu fou est d’envoyer les abeilles explorer des régions où l’on sait que des mines sont cachées, et ainsi en les suivant à la trace être capable de les désamorcer avant qu’elle n’explose au moment ou quelqu’un poserait son pied dessus. Une idée intéressante, mais qui semble encore difficilement exploitable à grande échelle car il faudrait en dresser de colonies.

(Lire la suite sur Zegreenweb)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !