Ce site hacktiviste vous permet de faire des appels bidon à des responsables russes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Ce site hacktiviste vous permet de faire des appels bidon à des responsables russes
©Mikhail KLIMENTYEV / SPUTNIK / AFP

Waste Russian Time

Ce site hacktiviste vous permet de faire des appels bidon à des responsables russes

Pour protester contre la guerre en Ukraine, des activistes ont mis en place une plateforme qui permet de mettre en relation des responsables russes et d'écouter leur incompréhension face à cet appel inattendu

Loïc Guezo

Loïc Guezo

Loïc Guezo est expert en stratégie cybersécurité. Loïc Guézo est Secrétaire Général du CLUSIF (www.clusif.fr). Il est par ailleurs membre de l’ARCSI (Association des Réservistes du Chiffre et de la Sécurité de l’Information) et réserviste Police Nationale, RCM (Référent Cyber Menaces). Twitter: @lguezo Linkedin : https://www.linkedin.com/in/lguezo/ 

Voir la bio »

Atlantico : La plateforme http://WasteRussianTime.today met en relation des officiels russes et nous permet d’écouter leur incompréhension face à un appel inattendu. Pouvez-vous expliquer en quoi consiste cette opération ? 

Loïc Guezo : Il s’agit d’une opération liée à la guerre actuelle en Ukraine. C’est un mouvement de soutien à l’Ukraine qui prend une forme innovante via un site web. Il permet à un internaute de mettre en relation téléphonique deux membres du gouvernement, de différentes institutions russe et de rester auditeur de la conversation. Les deux interlocuteurs ne s’attendent pas à se parler l’un avec l’autre et la personne sera témoin d’un chaos organisé volontaire sur des membres de l’État russe. 

Comment est-ce que cette technologie marche-t-elle ? 

C’est un dispositif assez innovant qui agrège des technologies de façon habile. Aujourd’hui, la quasi totalité des appels sont informatisés, il y a des robots d’appels, des plateformes de générations d’appel multi opérateur dont certaines vont offrir seront gratuits. On voit ces technologies lorsque l’on veut confirmer un compte sur une plateforme de vente. Il y a tout un écosystème téléphonique décalé utilisé pour générer ces appels. 
Il y a une partie des organisations dont les annuaires sont publics et ils sont utilisés dans cette plate-forme. Dans les première semaines du conflit, il y a eu de nombreuses attaques menés par les Ukrainiens et de collectifs comme Anonymous contre des organisations russes et cela a donné lieu à des fuites de données importantes. Il y a eu des fuites de données militaires en opération et tout cela a été analysé et filtré car cela contenait de nombreux numéros de téléphone. Ces téléphones sont actifs et porteurs de valeurs car ce sont ceux des membres des personnes participant à l’organisation de l’opération militaire. 

Quel est le but de l’opération ? 

Cela a pour but de perturber le fonctionnement de l’administration russe. Les créateurs veulent montrer qu’il est possible de faire de l’entrisme sur les Russes. La tactique en oeuvre est celle de la déstabilisation psychologique. C’est bien connu par certains hackers qui appellent directement leurs victimes en se faisant passer pour le support technique d’un éditeur connu. L’utilisation du téléphone est plus déstabilisant que des posts sur un site web qui ne sont pas lu. Une fois passé l’aspect happening de cette démarche, on peut se demander si interférer avec ces numéros en temps de guerre ne pourrait pas gêner les opérations menées pour soutenir l’Ukraine. 

Les services russes ont-ils des moyens pour se protéger ? 

Des systèmes de filtrages téléphoniques peuvent être mis en amont, mais il y a peu de choses à faire contre des appels entrant. SI cette opération se révèle gênante pour le gouvernement russe, les services du pays pourraient en représailles chercher à découvrir les créateurs de cette plateforme. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !