Carla : un bébé pour rien ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Carla : un bébé pour rien ?
©DR

Revue de presse people

Carla : un bébé pour rien ?

Hier alitée, elle s’est relevée pour aller au resto avec Nicolas “ pendant le débat Aubry-Hollande ”. Enfant de l’amour ou du calcul électoral, le bébé de l'Elysée ? A J-1 des résultats de la primaire, plus que jamais, le doute plane : 87 % des Français ne veulent pas en entendre parler.

Barbara Lambert

Barbara Lambert

Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.

Voir la bio »

“ Pendant que la clinique de la Muette est sur le pied de guerre, Carla, sereine, papote ”, ironise “ Voici ”, devant une photo de la première dame au téléphone, à quelques pas de son domicile. Publié pour démentir la rumeur selon laquelle elle aurait accouché mercredi d’un petit Vadim (comme annoncé sur RTL 2), le cliché est le premier d’une longue série qui montre la future maman chez Natalys à la Madeleine, mais aussi au bras de Nicolas avec qui elle s’est offert un resto “ pendant le débat Aubry-Hollande ”. Ah, tiens, comme par hasard, souriez-vous… On vous arrête tout de suite : la première dame l’a dit : “ Cet enfant, je ne l’exposerai jamais. Je ferai tout pour le protéger ”. Alors l’utiliser, risque pas.

Le précédent Aurélien

“ En communication, on ne peut pas ne pas utiliser un tel événement ”, souligne dans “ Elle ” le spécialiste en communication politique Arnaud Mercier. Une invisibilité totale de cet enfant est inimaginable, note l’hebdo : “ Dans un monde de bruit médiatique, explique Mercier, le silence est suspect, comme l’exploitation de la vie privée ”. Carla Bruni-Sarkozy a-t-elle fait une erreur en annonçant qu’elle n’exposerait jamais son enfant ? “ La volonté de Carla Bruni de protéger son enfant ne relève pas que de la stratégie, répond “ Elle ”. Si la plupart des femmes ont ce réflexe de protection à la naissance, il est encore plus intense quand l’enfant arrive tardivement. (…) Depuis la naissance d’Aurélien, Carla espérait vivre plus sereinement une seconde maternité, dépasser les angoisses qui l’avaient assaillie alors. “ Je passais mon temps à pleurer. Je me sentais incapable d’être mère ”, nous avait-elle confié. (…) “ Celles qui ont traversé le cataclysme du baby-blues espèrent réparer cette brèche, reconnaît la pédopsychiatre Myriam Sjezer. D’une manière générale, avec l’expérience, elles s’en sortent mieux avec le deuxième. Elles connaissent les erreurs qu’elles ne veulent pas reproduire ”. La plus “ grande erreur ” de Carla ? Avoir laissé son fils Aurélien être photographié en Jordanie sur les épaules du président. “ J’aurais dû anticiper qu’il y aurait des photographes, a-t-elle regretté sur TF1. Je lui ai demandé de cacher son visage. Personne ne connaît son visage. Je protégerai cet enfant comme j’ai protégé Aurélien ”. La parole à Aurélien ?

Le bébé de Carla ? 87 % des Français s’en contrefichent

“ Carla Bruni-Sarkozy avait annoncé qu’aucune photo de son enfant filtrerait. Ca tombe bien, note “ Grazia ”, personne ne veut les voir. Le bébé de Carla Bruni-Sarkozy ? Selon notre sondage, explique le mag, les Français ne sont ni pour ni contre, bien au contraire : ils s’en contrefichent à 87 % ! On peut, bien sûr, pondérer les chiffres. Nous sommes 82 % à dire qu’on ne souhaite pas que les médias en parlent, et 87 % ( !) à dire qu’on ne veut surtout pas voir les photos. Pour autant, si elles nous tombaient sous les yeux dans la salle d’attente du dentiste, soyons honnêtes, refuserions-nous d’y jeter un coup d’œil ? ”. Soyons honnêtes, oui. Parce que ça fait quand même dix jours que les people planquent à la Muette, et que s’ils le font, c’est que cela est encore, forcément, payant.

87 % de désinteressés ou d’écoeurés ?

Trompeur, le sondage Harris Interactive pour “ Grazia ” ? “ Il sonne comme un avertissement, tempère le journal, réaliste. Cette histoire rose bonbon de bébé apporté en pleine campagne à une femme de 43 ans fait se demander si la cigogne n’a pas un peu trop bien calculé son coup médiatique. (…) Après six mois de feuilletonnage de l’affaire DSK, on est écoeurés : la vie privée, on souhaite plus que jamais qu’elle le reste. Et après cinq ans de com politique calibrée à outrance sur fond de crise économique, on n’en peut plus, on ferme les écoutilles. (…) Lors de la dernière présidentielle, c’était nouveau, c’était fun de voir les stars de la République se faire piéger (…) Et surtout, à l’époque, ça leur échappait ”. La différence est là. Est-ce parce que la presse écrite est en crise, qu’elle a besoin de vendre du papier et d’avoir des “ annonceurs ” — de la publicité ? En cinq ans, tout a changé : chez les lecteurs-électeurs, la méfiance s’est installée. La preuve ? D’après le sondage de “ Grazia ”, 64 % des Français pensent que “ la naissance du bébé de Carla Bruni-Sarkozy et Nicolas Sarkozy va avoir pour effet que les médias parleront moins des affaires ”, mais également “ des préoccupations des Français comme le chômage, l’éducation, etc ”.

La fin du peopolitique ?

L’écoeurement des lecteurs-électeurs est-il le signe que la page peopolitique est tournée ? D’après le journaliste politique Yves Azéroual interviewé dans “ Grazia ”, “ ce n’est plus d’actualité. Les Français ne veulent plus de contes de fées mais des réponses politiques à leurs souffrances. La crise a balayé toutes les stratégies de communication du “ Château ”. Fini la parade chez Disney ; fini la conférence de presse au cours de laquelle Sarkozy annonçait aux Français qu’entre Carla et lui, “ c’est du sérieux ” ; fini les allusions à son épouse ou elle à son mari (…) Il suffit de voir le succès des débats — très sérieux — des candidats à la primaire socialiste pour s’en convaincre ”.

Montebourg, machine à fantasmes ( !?)

Enterré, le peopolitique ? Pas cette semaine, en tout cas ! A part “ Public ”, certes plus “ popu ” — et cela veut peut-être dire quelque chose —, pas un “ people ”, ce samedi, ne fait l’impasse sur les candidats à la présidentielle. Dépassé, un peu stone, “ Be ” ? Dans son édito, le journal invite à “ fantasmer ” sur… Arnaud Montebourg ! “ Le député de Saône-et-Loire, ex-porte-parole de Ségolène Royal du temps où elle était le héraut d’une gauche maladroite et empruntée, a commencé par imposer le principe des primaires ouvertes à tous à un PS qui y était réticent — et moi, un homme qui a les idées au moins aussi larges que les épaules, ça me déplie l’imaginaire, écrit Fiona Schmidt. Cet éternel nouveau, qui, à presque 50 ans, fait figure de gamin parmi les ténors socialistes en campagne depuis le baptême de Vercingétorix, croit en l’éthique en politique et en la démondialisation — et moi, un homme qui n’a pas peur de rêver sans parachute, ça me donne envie de fantasmer ”. Ah oui ? Yeux dans les yeux, Fiona, tu as fumé la moquette, ou quoi ?

Hollande et la peur du dimanche soir

Manière de rééquilibrer les plateaux de la balance ? Un mois après avoir invité Martine Aubry dans ses pages, “ Gala ” accompagne cette semaine François Hollande sur les lieux de son enfance – à Bois-Guillaume, près de Rouen, où le candidat à la primaire a grandi. “ Redoutiez-vous le retour à l’école, le dimanche soir ? ”, lui demande le mag. —“ Oui, c’est aussi la crainte des bons élèves, répond-il, comme de ceux qui ont des bons sondages mais qui ne sont pas sûrs de gagner les élections ! ” Flippé, le François ? Honnête, en tout cas. Tic tac, tic tac, tic tac…

Clooney dégomme DSK

Ah, le jeu des peoples et des politiques ! “ En politique comme en amour, croyez-vous en la transparence totale ”, demande “ Paris-Match ” à George Clooney, à qui le news consacre sa couverture. —“ En amour, je ne sais pas ; en revanche, en politique, on ne peut plus rien cacher. (…) Les politiciens sont aujourd’hui à la même enseigne que les stars de cinéma. Ils sont très naïfs de croire qu’ils vont passer à travers ”. CQFD.

“ A gauche comme à droite, le sexe et le pouvoir vont de pair. Qu’est-ce qui fait perdre la tête aux politiciens ”, le relance le journal. —“ Un orgueil démesuré, dit-il. Ils pensent qu’ils n’ont pas besoin de jouer selon les règles car ils se croient au-dessus des lois. Ils sont comme les enfants : tant qu’ils ne se font pas piquer, ils continuent. Quoi qu’il se soit passé — ou pas — dans cette chambre d’hôtel, expliquez-moi comment DSK, sachant qu’il avait une grande chance de devenir président, s’est fourré dans une telle situation ! Franchement, ça me dépasse ”. —“ On a aussi Georges Tron ”, sourit “ Match ”… —“ Celui qui suçait les pieds de ses employées ? Je l’oubliais ! Ces hommes sont vraiment cinglés ! ” Très informé sur nos “ petites affaires ”, mine de rien, le Clooney. On n’aurait pas forcément dit, comme ça... Tu n’es pas que beau, George… Rrrrr !

Anne et Dominique fêtent Yom Kippour

Et puisqu’on en parle — et puisque c’est d’actualité (rapport, notamment…, à la levée des charges pesant contre lui dans le dossier Banon) — quelles nouvelles de Dominique Strauss-Kahn, mis à part le fait qu’il a, “ ce n’est un secret pour personne, voté pour Martine Aubry ”, comme nous le rappelle “ Le Point ” ? La semaine dernière, “ Voici ” nous pointait qu’Anne Sinclair avait “ significativement ” choisi de ne pas accompagner son mari lors de sa confrontation avec Tristane Banon. Il y a de l’eau dans le gaz, en avait-on conclu… Dans un entrefilet, pourtant, “ Paris-Match ” nous le précise : “ Dominique Strauss-Kahn et son épouse, Anne Sinclair, Ivan Levaï, Robert et Elisabeth Badinter ont participé, côte à côte, le 8 octobre, à l’office organisé par la synagogue de l’Union libérale israélite de France au Palais des Congrès à Paris à l’occasion de Yom Kippour ”. Tout va bien, alors ?

Anne Sinclair parle

Mauvaise langue, “ Voici ” ? A voir… Dans “ TV Mag ”, on trouve en effet les extraits d’une biographie d’Anne Sinclair où la journaliste, dit-il, “ parle de l’infidélité de DSK ”. Signé Alain Hertoghe et Marc Tronchot, “ Anne Sinclair, femme de tête, dame de cœur ” (Calmann-Lévy, en librairie le 19 octobre) est un travail au long cours, entamé il y a deux ans, d’après l’éditeur que nous avons contacté. Et c’est, d’après lui, la raison pour laquelle Anne Sinclair s’est sentie “ en confiance ”. Que disent les bonnes feuilles, en résumé, sur les affaires “ sensibles ” ? Sur l’affaire Piroska Nagy : “ Là, j’ai eu l’évidence d’une infidélité. (…) Mais je savais que je n’étais pas exempte moi-même de reproches. Il y avait eu la période de froid, en 2002-2003, entre Dominique et moi. Je me suis donc dit qu’il se passait des choses dans la vie des couples qui ne regardent qu’eux, et j’allais surmonter cette épreuve ”. Sur l’affaire du Sofitel : “ On ne connaît pas ses propres limites, on ne sait pas ce qu’on est capable d’endurer, répond-elle avec un regard un peu las et incrédule. Je n’ai pas de recette. On réagit avec son instinct et ses tripes. Dans l’adversité, je me répète la devise de ma grand-mère paternelle : On serre les dents, on serre les poings. Et j’ajoute : Après, si besoin, on en use ! ” Contre qui ?

Tristane et le babouin

D’une femme qui souffre, l’autre. Passons sur la photo de Tristane Banon et DSK, datant du "21 septembre 2000", que publie “ Paris-Match ”, qui, d’après le news, prouve qu’ils se “ connaissaient avant ” l’épisode de “ l’agression ” supposée, mais démontre quoi ? Rien. Venons-en aux extraits de son livre, “ Le bal des hypocrites ” (Au Diable Vauvert), que la jeune femme a publié ce jeudi. Les passages cités par “ Match ” sont moins “ parlants ” que ceux relevés par “ Voici ”. Sur Dominique Strauss-Kahn : “ D’abord décrit comme un “ cochon ”, note le people, DSK (jamais cité directement dans le livre) devient ensuite “ le babouin ”. “ Depuis huit ans, l’homme-babouin est mon psoriasis, ma dartre, maladie qui vous colle à la peau ”. Plus féroce encore : “ Je voudrais le voir avaler les barreaux d’une cellule et s’étouffer avec. Oh oui, je voudrais que les détenus lui fassent subir, ici ou là-bas, l’humiliation qu’on réserve à ces hommes-là ”.

Sur sa mère : “ Maman parle beaucoup, maman parle trop. Elle dit des choses vraies, elle veut me défendre, et elle dit des choses fausses, aussi. Elle se trompe. Maman maladroite. Arrête, maman, arrête, je t’en prie, tout ça ne va pas m’aider ” ”

Tristane et sa mère

Dans “ Elle ”, Tristane Banon, tiraillée ?, prend étrangement la défense d’Anne Mansouret : “ Oui, ma mère n’est pas, depuis trente-deux ans, la mère idéale. Mais elle est là, derrière moi. Elle me soutient, m’encourage à sa façon, certes peu classique. Son omniprésence dans les médias, le fait qu’elle parle à ma place m’a dérangée, parfois. Mais je suis aussi convaincue que personne d’autre qu’elle n’aurait pu mieux faire pour me défendre face à ce déchaînement médiatique. C’est peut-être la première fois qu’elle a une réaction de mère ”. —“ Cela a-t-il été choquant d’apprendre que votre mère avait eu une aventure avec celui que vous accusez d’avoir tenté de vous violer ? ”, lui demande l’hebdo. —“ De l’apprendre par les médias, oui, répond-elle. Mais je rappelle que cette confidence, faite par ma mère dans le secret d’une audition de police, n’était pas destinée à être étalée dans la presse. Il y a eu des fuites. C’est cela qui est scandaleux. Sur le coup, je tombais des nues, je l’ai appelée, furieuse, en la sommant de m’expliquer. Mais est-ce qu’une mère a l’obligation de tout raconter de sa vie intime à sa fille ? Je ne crois pas ”. Pour mémoire, la “ confidence ” n’a pas transpiré à la suite de “ fuites ” : elle a été faite dans le cadre d’une interview accordée par Anne Mansouret au magazine “ L’Express ” le 21 juillet dernier (voir notre revue de presse). Pas tout à fait libérée de l’emprise de sa mère, Tristane Banon ? On le dirait bien… Sacrés liens filiaux. Tout commence, dit-on, dès la conception et se fixe pendant la grossesse. Neuf mois, c’est très court. Ca peut aussi être long. C’est selon…

Vous en voulez encore ?

Marie Drucker est l’héroïne involontaire d’un livre (“ Mieux vaut en rire ”, d’Alix Etournaud, Lattès) où elle apparaît comme une “ voleuse de mari ” (“ Voici ”).

Côté amours, Demi Moore et Ashton Kutcher sont partis en camping dans l’espoir de recoller les morceaux (“ Public ”, “ Grazia ”), Angelina Jolie aurait une aventure avec son bodyguard (“ Public ”, “ Gala ”), Liev Schreiber a trompé Naomi Watts avec sa doublure (“ Public ”, “ Voici ”), Shakira a démenti sur Twitter sa rupture avec Gérard Piqué (“ Public ”), Blake Lively s’est recasée avec Ryan Reynolds et Leo di Caprio avec le top Alyce Crawford (“ Public ”, “ Be ”), Drew Barrymore a très envie de se marier avec Will Kopelman (“ Be ”, “ Gala ”), à 59 ans, Meg Ryan s’apprête à épouser le musicien John Mellencamp, le prince Carl Philip de Suède convolera l’an prochain avec une ex-star de la téléréalité, Sofia Hellqvist (“ Voici ”), Paul McCartney, 69 ans, s’est marié avec Nancy Shavell, 51 ans, Gene Simmons, le leader de Kiss, s’est marié avec sa compagne depuis 28 ans, Tori Spelling a accouché d’une petite Hattie Margaret qui est son 3e enfant (“ Public ”).

En vrac : Beyonce se balladerait avec un faux ventre pour tromper son monde ou donner plus d’ampleur à sa grossesse (“ Public ”, “ Voici ”), Kylie Minogue a reçu un “ doctorat honorifique ” de l’université de Chelmsford, dans l’Essex, pour son combat contre le cancer (“ Public ”, “ Gala ”), Kirsten Dunst a pris la nationalité allemande (“ Grazia ”), Katy Perry lance son 2e parfum (“ Public ”), Liam Gallagher sort un album en solo (“ Grazia ”), Nolwenn Leroy est l’artiste française qui a vendu le plus d’albums en France (434 000) en 2011, Sony Pictures prépare un film sur Steve Jobs (“ Public ”), Julia Roberts et Charlize Theron seront les méchantes reines de deux “ Blanche-Neige ” différents (“ Be ”, “ Grazia ”).

Pour son spécial “ cheveux ”, “ Gala ” s’est amusé à recoiffer, décoiffer Bérénice Béjo. Tordant ( ? ?), “ Match ” se fend d’un “ spécial implants ”. Nous, perso, on préfère “ la rentrée capillaire ” de “ Grazia ” : à un mois, même pas, des grands prix de novembre, repeigner, défriser les auteurs de septembre, c’est assez gouleyant.

Le sujet vous intéresse ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !