Cannes : "La vie d'Adèle" réjouit et gêne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
La Palme d'or du festival de Cannes a été décernée au film "La vie d'Adèle".
La Palme d'or du festival de Cannes a été décernée au film "La vie d'Adèle".
©Reuters

Revue de blogs

Cannes : "La vie d'Adèle" réjouit et gêne

La Palme d'or décernée au film "La vie d'Adèle" accentue les passions d'un printemps français obsédé par l'homosexualité, ses droits et ses lois, et provoque en Tunisie perplexité et gêne.

Steven Spielberg, président du jury du festival de Canne, a fait ce que personne n'attendait d'un Américain en récompensant par la Palme d'or un film de 3 heures sur une histoire d'amour entre femmes, très dans l'air des passions actuelles. Il sera censuré dans de nombreux pays mais pourrait  devenir culte.

Le livre qui l'a inspiré 

 A voir A lirerappelle que "'La vie d’Adèle' est adapté librement d’une bande dessinée de Julie Maroh, Bleu est une couleur chaude (éditions Glénat) , qui a reçu en 2011 le prix du public à Angoulême. Et Julie Maroh elle-même a publié sur son blog le récit de sa rencontre avec le metteur en scène, de l'aventure artistique, et de ses positions sur l'amour lesbien : "Cette conclusion cannoise est évidemment magnifique, à couper le souffle.(...) Tout ce qui me traverse ces jours-ci est tellement fou et démesuré que je ne saurais vous le retranscrire. Je reste absolument comblée, ébahie, reconnaissante du cours des évènements. Cette nuit j’ai réalisé que c’était la première fois dans l’histoire du cinéma qu’une bande dessinée avait inspiré un film Palme d’Or, et cette idée me laisse pétrifiée. C’est beaucoup à porter."

#cannes2013 contre #Manifpourtous

Un dimanche de Manif pour tous, la coïncidence a frappé. Planète Campus est content du symbole : "Des milliers de personnes se sontrassembléesdans les rues de Paris contre la loi sur le mariage pour tous, au même moment, La vie d’Adèle, une histoire d’amour entre deux femmes reçoit la palme d’or. Sur twitter, les internautes n’ont pas manqué de faire le rapprochement et le parallèle entre la récompense et l’actualité politique. Brice Fournier, acteur français a même twitté : "Palme d’Or pour La Vie d’Adèle le même jour ou la #ManifPourTous donne peut-être son dernier souffle… Coïncidence? I think not #Cannes2013″.

Les réactions en Tunisie

Pour son origine tunisienne, et sa dédicace lors de la remise de son trophée  à la jeunesse de ce pays, Abdellatif Kechiche a mis la Tunisie dans l'embarras et sur Facebook, on s'interrogeait sur la légalité de l'homosexualité féminine, comme dans cette conversation :

"A ma connaissance (limitée) la loi tunisienne criminalise la sodomie : homo comme hétéro, mais ne dit rien sur les relations sexuelles entre femmes".
Med  la loi tunisienne criminalise le "liwat", qui doit être une relation sexuelle entre hommes je ne connais pas de lois sur les relations entre femmes. Déjà le texte dit "moumarasat alliwat" et n'explique pas ce que veut dire ce terme d'une manière pragmatique. 
Linda :"Et comme le mariage pour tous c'est pas pour demain en Tunisie on peut facilement déduire que les relations entre femmes, non mariées donc, sont criminalisées" 

L'ambassadeur de Tunisie en France a bien félicité le réalisateur, mais les commentaires sur Business News  montre une Tunisie parfaitement divisée, d'un "Merci et bravo à ABDEL pour son triomphe à CANNES. Notre Ambassadeur a eu raison de le féliciter mais appuiera-t-il ABEL pour que son film soit projeté en TUNISIE ?" à la condamnation : "Cet ambassadeur ne représente pas le peuple tunisien qui ne l'a pas désigné pour chanter la gloire de la dépravation sexuelle".

"On imagine mal notre ministre de la Culture, dans un gouvernement dominé par Ennahdha, oser féliciter Kechiche et se réjouir publiquement de la Palme d’Or que le réalisateur décrochera probablement", prédisait Mag14 en Tunisie avant la remise des Prix.  Yahia Boulahiaqui publie un blog de caricatures a traduit les réactions officieuses.

Lilia Blaise a réalisé une revue de presse des réactions tunisiennes, confrontées au tabou de l'homosexualité, sur le site Nawaat. Elle cite une journaliste optimiste, Samira Dami : "Cela vaut des milliers de fois mieux que les dizaines de milliards dépensés pour la promotion du tourisme. Un coup de pub artistique sans pareil", mais aussi la réaction irritée de Moez El Kalhaoui, sur Mag14, dans son article "Le cinéma tunisien frappe sous la ceinture". "Si ce film a pu interpeller une société française marquée par la polémique sur le "mariage pour tous", et la loi promulguée qui autorise le mariage homosexuel en France, en quoi les Tunisiens devraient-ils se sentir concernés ?(..)si nos salles de cinéma ferment les unes après les autres, et si les Tunisiens ne veulent plus voir les films tournés par leur compatriotes même en version DVD piratée, c’est sans doute parce qu’ils sont des "rétrogrades obscurantistes refusant la modernité". Et non parce qu’ils ne se reconnaissent pas dans un cinéma totalement déconnecté de leurs réalités".


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !