Alerte à la Bidenmania dans les hebdos; Le monde de la culture exaspère Macron, Castex désespère la majorité, Dati bazooke Retailleau, Messiha ménage Le Pen; Amazon premier client de La Poste | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Joe Biden Etats-Unis Donald Trump Amazon La Poste commerce Emmanuel Macron Jean Castex Marine Le Pen Rachida Dati Jean Messiha
Joe Biden Etats-Unis Donald Trump Amazon La Poste commerce Emmanuel Macron Jean Castex Marine Le Pen Rachida Dati Jean Messiha
©

Revue de presse des hebdos

Alerte à la Bidenmania dans les hebdos; Le monde de la culture exaspère Macron, Castex désespère la majorité, Dati bazooke Retailleau, Messiha ménage Le Pen; Amazon premier client de La Poste

Et aussi, islamisme : Schiappa "On s'est couchés trop longtemps".

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein,, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

"Good Luck !" (Bonne Chance) belle illustration à la Une de l'Express avec l'ombre du visage de Trump qui s'étend sur Joe Biden, assis dans le fauteuil présidentiel du Bureau Ovale, à la Maison Blanche. Le Point s'intéresse à 'l'incroyable destin de Joe Biden' L'Obs s'interroge "Joe Biden,  Peut-il guérir l'Amérique ?". Challenges dévoile "Le monde nouveau de Joe Biden", (mais n'y consacre que 4 pages) tandis que Valeurs  titre "L'islamiste nous déclare la guerre" titre avec une photo du président turc Erdogan. Et enfin Marianne met en cause Amazon "L'ennemi public n°1".

L'inévitable Joe Biden

Impossible d'y échapper, quand on lit plusieurs hebdos, il y a une impression de trop plein, car on a parlé de Biden dans tous les médias écrits et audiovisuels tous les jours... Qui sont Joe Biden, et Kamala Harris, Le Point tente de répondre dans un dossier (20 pages). On lira deux pages qui tentent de répondre à une bonne question "Pourquoi les médias ont (encore) sous-estimé Trump". Biden et les États-Unis aussi dans l'Obs (16 pages au total). Si vous ne connaissez pas, lisez l'article sur le mouvement complotiste QAnon (4 pages) qui ne s'arrêtera pas sur sa lancée après l'échec annoncé de Donald Trump. Quand à Challenges il fait toute sa Une sur le sujet mais n'y consacre que quatre pages, c'est reposant mais contradictoire.

Islamisme : Macron contrarié par le monde de la culture

Le président s’exaspèrerait face au silence des voix de la culture pour défendre la liberté d’expression et la laïcité à la française, attaquées par le terrorisme islamiste. Le monde de la culture se mobilise plutôt pour lui-même : « Macron mouille le maillot, il porte le combat jusque dans l’antre de la bête, sur Al Jazira. Et ils sont où, tous ? Ils protestent contre le couvre-feu, la fermeture des théâtres ou des librairies… Pétitionner c’est bien, sauver les valeurs de la culture, c’est mieux ! » dit un "très proche du chef de l'Etat" cité par Le Point.

Jean Messiha quitte le RN mais ménage Marine Le Pen

Jean Messiha a quitté le Rassemblement national. Pour lui « L'Islam actuel porte des valeurs qui ne sont pas celles de notre société, alors que Marine Le Pen assure distinguer les « islamistes » des « compatriotes de religion musulmane ». Messiha, minimise cependant leur désaccord selon l'Obs.

Et face à la présidentielle 2022, : Messiha ne ferme pas la porte « Marine Le Pen a toute mon amitié et pourra compter sur mon soutien si elle est, au final, la mieux placée. »

Castex résigné à l'impopularité n’aime pas aller à la TV et peine la majorité

Ses conseillers et son directeur de cabinet ont dû insister auprès du Premier ministre pour qu’il se rende sur le plateau du JT de 20 heures de TF1 le 1 er novembre selon Le Point. Jean Castex résigné à l’impopularité. « Comment veux-tu que je sois populaire en fermant les bars, les restaurants et les magasins ? Mais je suis là pour ça » confie-t-il en privé.

" Choisi pour gouverner par temps plus calme, Castex connaît des turbulences. La majorité se divise déjà. Et s'il ne tenait pas jusqu'en 2022..." écrit l'Express (2 pages).

"L'heure dans la majorité n'est plus seulement au doute. Déjà pointe une question que l'on aurait pu croire taboue, et qui surprend par la célérité avec laquelle elle se pose : faudra-t-il un troisième Premier ministre dans ce quinquennat ?"

Une personne présentée comme un ami d'Emmanuel Macron contredit ces rumeurs : "Castex, c'est exactement ce que Macron voulait : sorti excédé de sa cohabitation avec Philippe, il souhaitait un exécutant et franchement, un Premier ministre qui a dix points de popularité de moins que vous, c'est un type bien!".

En tout cas, à la place de Castex, les macronistes ne voient pas du tout Bruno Le Maire à Matignon selon Le Point.

Rachida Dati flingue Retailleau

Présidentielle. Rachida Dati ne croit pas que Retailleau sera candidat à l'élection présidentielle « C’est un Ciotti bis. Lors des municipales à Nice, Éric Ciotti avait déclaré vouloir se présenter. Au final, il n’a jamais osé franchir le Rubicon face à Christian Estrosi. Retailleau fera pareil. » déclare Dati citée par Le Point.

Pourtant estime l'Express (2 pages). "Le sénateur de la Vendée, qui ambitionne de représenter la droite à l'élection présidentielle de 2022, durcit son discours pour s'imposer auprès de la base militante."

"il fustige "l'islamo-fascisme", demande la tenue d'un référendum sur l'immigration et le regroupement familial, ou réclame "des armes, pas des larmes" contre le terrorisme" : "J'ai pris des positions plus tranchées que d'habitude, c'est vrai. Je vis un sentiment d'urgence qui me pousse à aller au-delà de moi-même", concède Bruno Retailleau à L'Express.

Amazon ennemi public n°1 mais premier client de La Poste qui apprécie

Le premier centre de distribution robotisé d’Amazon en France emploie 1 100 “associates” en CDI et 3 000 intérimaires. Répétitives, les tâches de ces salariés sont à dessein simplifiées à l’extrême selon Marianne qui a été invité à le visiter.

Résultat ce serait "la version 2020 de  l'usine de Charlot" selon une employée.

Mais les personnes embauchées "peuvent espérer un CDI qui, au bout de deux ans, les rémunérera pour 35 heures, 26 % au-dessus du smic, sur treize mois. Amazon incite aussi ses recrues à parrainer leurs copains, leurs parents, en les gratifiant d’une prime de 150 à 1 000 €.

Marianne estime que la « taxe Gafam » ne fait pas peur à Amazon : "non seulement une toute petite partie de son activité est touchée, mais le groupe peut compter sur Yohann Bénard, directeur de la stratégie d’Amazon France, pour éviter l’impôt. Outre ses multiples entrées au plus haut niveau de l’appareil administratif tricolore, ce conseiller d’État, ancien directeur adjoint du cabinet de Christine Lagarde, alors à Bercy, est un grand spécialiste des questions fiscales".

Mais les concurrents d'Amazon ne sont pas tous blancs comme neige : "pendant le reconfinement, les hypermarchés tendent une main fraternelle aux petits commerces, désignant Amazon comme seul responsable de tous leurs maux. À y regarder de plus près, Leclerc, Carrefour et consorts y sont au moins pour autant".

L'Express constate que La Poste, elle, bénéficie du business d'Amazon qui est devenu son premier client. La Poste recrute d'ailleurs 9.000 saisonniers dans tout le pays pour l'hiver. L'activité colis de La Poste a bondi de 25% pendant le premier confinement, alors que l'activité courrier ne cesse de baisser.

Challenges titre (2 pages) "Amazon profite du confinement" : un constat qui n'est pas vraiment une révélation.

Islamisme : Schiappa "On s'est couchés trop longtemps"

Marlène Schiappa est très bavarde en ce moment : après Valeurs Actuelles la semaine dernière, on la retrouve avec une interview dans Marianne. "Quand on l’interroge sur une proposition récente d’interdire le voilement des fillettes, la ministre se dit favorable à la mesure "à titre personnel".

Et Schiappa renouvelle ses critiques contre les actuels responsables de l'Observatoire de la laïcité : "En ce qui concerne l’Observatoire, j’observe que 72 % des Français souhaitent que la laïcité́ soit défendue par des personnalités résolument engagées contre les intégristes religieux."

La République en Marche ! recrute

"La République en Marche !  recrute une porte-parole supplémentaire  :118 femmes âgées de 18 à 64 ans ont envoyé leurs CV au siège de la rue Sainte-Anne. Cinq candidatures seront in fine retenues avant un dernier écrémage". note Le Point. "Le jury chargé de choisir l'heureuse élue est formé par Roland Lescure, député des Français de l'étranger et grand manitou de la communication du mouvement, Sibeth Ndiaye numéro 2 du pôle Idées, et Émilie Prade, la nouvelle communicante du parti. L'identité de la prochaine star macroniste sera dévoilée fin novembre."

Présidentielle : Mélenchon et Montebourg concurrents ?

"En se déclarant officiellement candidat à dix-huit mois de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon va tenter de s’imposer comme la valeur refuge des électeurs de gauche.

Mais il va aussi devoir surveiller Arnaud Montebourg qui se pose en rival." analyse l'Obs.

Marine Le Pen soutient Macron face à Erdogan

Lancée dans une opération séduction, Marine Le Pen a reçu Le Point (5 pages) pendant plus de deux heures, au siège de son parti, pour une "conversation à bâtons rompus".

'Face à nous, tout sourire, griffes polies, façon zen. Elle "martèle, leitmotiv nouveau, que « l’islam est parfaitement compatible avec la république »"

La présidente  du Front National soutient Emmanuel Macron face à Erdogan : « Chaque fois qu’on attaque le président de la République, on attaque mon pays. Vous ne me trouverez jamais en train de justifier des insultes proférées à l’égard d’Emmanuel Macron. »"

"Mais où est passée la clivante populiste, chef de file d’un mouvement politique qui a toujours creusé son sillon à coups de déclarations fracassantes, de propos polémiques et de positionnements « incorrects » ?" demande Le Point.

Réponse : « Je ne joue pas l’apaisement, je suis apaisée, et je le suis d’autant plus que la situation est grave et tendue. »

Entreprises : des contreparties aux aides de l'État

L'opposition, mais aussi des ONG et des syndicats veulent que les milliards d'argent public débloqués par l'État pour soutenir les entreprises s'accompagnent de contreparties sociales et environnementales souligne l'Express.

Alors que l'on étudie le projet de loi de finances pour 2021 "un amendement porté par LREM prévoit trois "engagements" pour les entreprises de plus de 50 salariés qui bénéficieront des crédits du plan de relance (37 milliards au total), en matière de transition écologique, de parité et de dialogue social".

Télétravail  : plus de tabac, d'alcool, de cannabis, de médicaments

Selon une étude Odoxa pour G.A.E Conseil citée par l'Express, 41% des Français estiment que le travail à la maison augmente le risque de conduites addictives (...) 79% des télétravailleurs craignent de passer plus de devant les écrans.  Et "Le télétravail cristallise les risques addictifs plus forts. Les consommation de tabac (66%), d'alcool (61%), de cannabis (52%), de médicaments (50%) ou encore de drogues (48%) sont en hausse.

Erdogan omniprésent

"Prévenu par les Russes et les Américains des limites à ne pas dépasser dans leurs sphères d’influence respectives, Erdogan, étroitement surveillé sur les détroits des Dardanelles et du Bosphore, la mer Noire, l’Arménie, la Syrie et l’Irak, avance ses pions dans les deux seules directions où personne ne menace de lui taper sur les doigts: l’Europe et la Méditerranée orientale"  analyse Valeurs Actuelles (dossier de 14 pages au total)

"En politique étrangère, l’Union européenne est en effet intrinsèquement impuissante. la paralysie de l’Allemagne, tétanisée par la présence de 2,5 millions de personnes d’origine turque sur son sol, complique la question" et  "Face à̀ la Turquie, qui n’hésite pas à̀ utiliser les migrants comme levier géopolitique, Athènes se retrouve seule protectrice des frontières européennes" (2 pages).

L'Express note, par ailleurs, que depuis plusieurs années, Erdogan accentue aussi sa pression au Liban Un autre terrain d'affrontement avec son homologue français.

L'inévitable Joe Biden

Qui sont Joe Biden, et Kamala Harris, Le Point tente de répondre dans un dossier (20 pages). On lira deux pages qui tentent de répondre à une bonne question "Pourquoi les médias ont (encore) sous-estimé Trump". Biden et les États-Unis aussi dans l'Obs (16 pages au total). Si vous ne connaissez pas, lisez l'article sur le mouvement complotiste QAnon (4 pages) qui ne s'arrêtera pas sur sa lancée après l'échec annoncé de Donald Trump.

Énergie : notre avenir avec l'hydrogène

"Il pourrait nous aider à sortir de la panade énergétique et climatique. Notre univers en regorge. Mais, paradoxalement, s’en procurer n’est pas chose aisée. Et le stocker n’est pas une affaire beaucoup plus simple. Révolution ou illusion ?" demande Marianne (6 pages).

"C'est officiel, la France va prendre le virage de l’hydrogène. Le gouverne- ment a lancé un vaste programme, doté d’un budget conséquent, pour encourager sur dix ans la recherche et surtout l’industrie dans cette direction. Mais des voix s’élèvent pour dénoncer ce qui serait une fausse bonne solution. Qui croire ?"

Bicentenaire de la mort de Napoléon

Comment  un "trône" de Napoléon considéré comme une copie, a d'abord été vendu chez Christie's, à San Francisco, pour 6.875 dollars avant d'être revendu à 500.000 euros après avoir été partiellement transformé. Étonnante histoire racontée par Challenges (2 pages) à la veille, en 2021, du bicentenaire de la mort de l'Empereur à Sainte-Hélène.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !