"Rainbow looms" : la nouvelle addiction qui ravage la planète | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
La mode est aux "Rainbow looms", aux création en élastiques de couleurs.
La mode est aux "Rainbow looms", aux création en élastiques de couleurs.
©Reuters

Revue de blogs

"Rainbow looms" : la nouvelle addiction qui ravage la planète

Une robe en élastiques de couleur peut se vendre plus de 200 000 euros lors d'enchères sur eBay.

Claire Ulrich

Claire Ulrich

Claire Ulrich est journaliste et fan du Web depuis très longtemps, toujours émerveillée par ce jardin aux découvertes, et reste convaincue que le Web peut permettre quelque chose de pas si mal : que les humains communiquent directement entre eux et partagent la chose humaine pour s'apercevoir qu'ils ne sont pas si différents et qu'il y a donc un moyen de s'entendre.

Voir la bio »

Photo Christine Urias sur Flickr

Ceux qui ne sont pas "Rainbow looms" sont un peu comme ceux n'ont jamais touché à la cigarette. Ils ne peuvent pas comprendre et cela s'appelle une addiction. Inexplicable, ravageuse, mondiale.

Le Washington Post s'interroge sur les dangers que cette mode représente pour l'environnement et les animaux domestiques, qui, à force d'avaler des élastiques multicolores, se retrouvent de plus en plus chez le vétérinaire. C'est dire. Mais tant pis, c'est fun. On trouve même des tutoriels pour faire en Rainbow Loom les personnages de la série Minecraft. Il n'est plus temps de résister.

Premier épisode de la saga : un technicien en crash test de Nissan regarde ses deux filles fabriquer des bracelets avec des élastiques et se souvient d'une antique technique artisanale de son pays, la Malaisie. Il investit les 10 000 dollars d'économies pour les études de ses filles dans un métier à tisser les élastiques qui n'intéresse personne. Au début. A partir d'un petit magasin de jouet, le virus se répand. La belle histoire est arrivée jusque dans Fortuneet sur Elasand en français.

Selon the Consumerist, Michael Stores, la chaîne de produits ludiques américaine, avait vendu fin 2013 3,5 millions de petits métiers à nouer les élastiques, soit 3% de son chiffre d'affaires. Et ça ne faisait que commencer. MêmeBloombergen parle, à l'occasion d'une demande d'entrée en bourse de Michael Stores. C'est sans doute la première fois que les gestionnaires de fonds de pension s'interrogent très sérieusement sur les perspectives à long terme de l'élastique rose et turquoise dans des documents officiels.   

MamanParis16 y trouve cependant quelques moins. "Les petits élastiques qui se glissent partout. Oubliés dans les poches, ils se retrouvent dans les machines à laver le linge ou dans des endroits un peu insolites !! Mais surtout on vient de faire la mauvaise expérience avec notre plus jeune de 2 ans et demi qui a manqué de s’étouffer en prenant un élastique coloré pour un bonbon."

Le "Rainbow loom" a remis en piste les blogs de travaux manuels, l'une des catégories les plus fournies de blogs, avec une vigueur qu'ils n'avaient plus éprouvé depuis la folie du Scrapbooking.Mes petits bonheurs donne la très sophistiquée recette des poissons (en élastiques), niveau avancé. Le site officiel propose cette semaine une fraise en élastiques. L'utilité et l'esthétisme d'une telle création sont hors sujet. C'est comme ça. A moins que vous ne préfériez le tutoriel du hibou en élastiques ? Ou des fleurs en elastiques pour customiser vos tongues?  Et les coeurs, c'est toujours joli. Et les souris pour accrocher à son mobile, aussi. Si l'appareil n'est pas à portée de mains et le manque trop intense, les blogs ont la solution : deux crayons de couleurs oudes feutres. Le mieux, pour trouver l'inspiration, est de consulter le compte Instagram officiel de "Rainbow loom" : on y découvre que même les Barbies sont habillées en élastiques.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !