100 ans après : Nicolas II, journal intime d’un condamné | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
100 ans après : Nicolas II, journal intime d’un condamné
©

Radio Atlantico

100 ans après : Nicolas II, journal intime d’un condamné

Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, vers trois heures du matin, le tsar Nicolas II, son jeune fils Alexis et l’ensemble de la famille impériale sont assasinés sauvagement au sous-sol de la maison Ipatiev, dans la ville d’Iekaterinbourg en Russie orientale. Leurs corps sont ensuite transportés, démembrés, brûlés et passés à l’acide pour être finalement ensevelis, pour une partie dans un puits de mine et pour l’autre dans la forêt… “Le monde ne saura jamais ce que nous avons fait d’eux” se vanta le camarade Voïkov, du groupe des Tchékistes chargés par Moscou d’exécuter les Romanov. Cent ans après les événements, les éditions Perrin rééditent le Journal intime de Nicolas II (Décembre 1916-Juillet 1918). Présenté et annoté par Jean- Christophe Buisson, ce témoignage révèle un personnage étonnamment détaché des bouleversements qui touchent la Russie. Il est interrogé ici par Christophe Dickès. A noter que parallèlement, les éditions des Syrtes ont publié “Ils ont tué le tsar, les bourreaux racontent“. Présenté par Nicolas Ross, ce livre restitue l’intégralité du témoignage des assassins de la famille impériale.

Notre invité : Journaliste et historien, Jean-Christophe Buisson est rédacteur en chef du service culture du Figaro magazine. Il présente depuis 2016 l’émission Historiquement show sur la chaîne Histoire (Groupe TF1). Spécialiste du monde slave, il a publié plusieurs ouvrages sur le sujet dont une histoire de Belgrade et une biographie de Mihailovic, 1893-1946, héros trahi par les Alliés (Perrin, 1999) qui a été primé. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !