Zapping politique du jour : Michel Sapin, Chatel, Taubira... Tout ce qu'il faut retenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Zapping politique du jour : Michel Sapin, Chatel, Taubira... Tout ce qu'il faut retenir
©Reuters

A ne pas rater

Zapping politique du jour : Michel Sapin, Chatel, Taubira... Tout ce qu'il faut retenir

Atlantico.fr vous propose ce jeudi de retrouver les meilleurs moments de l'actualité politique.

La phrase du jour : Jean-François Copé, ex-président de l'UMP

"J'ai la conscience tranquille. Je veux réaffirmer devant vous mon intégrité totale. (...) Non, non, je n'ai rien su jusqu'à ce 16 mai dernier. Je vous en fais le serment"

La vidéo du jour : Luc Chatel, secrétaire général de l'UMP, sur iTélé

 

L'essentiel de ce jeudi matin

Michel Sapin, ministre de l'Economie sur RMC

Le livret A ? "Nous allons décidé dans les semaines qui viennent. La Banque de France va donner un avis, une appréciation. L'inflation est faible en France. Du point de vue des consommateurs, c'est une bonne nouvelle. Je veux protéger le pouvoir d'achat des plus faibles, de l'épargne des Français. Le plafond n'a pas augmenté pour l'instant mais ça peut être augmenté par étape. Si c'est nécessaire pour le financement du logement, on le fera".

"La construction est faible car il y a trop de complexité mais la loi ALUR ne freine pas. Elle part d'un bon principe. Il faut juste qu'elle se fasse dans plus de simplicité. L'Etat va faire en sorte que ce soit plus simple et plus rapide. C'est par la simplification des démarches qu'il y aura une relance. C'est tout un processus qu'il faut débloquer. D'ici la fin du mois de juin, on fera des propositions pour simplifier les principes dans ce domaine".

Croissance ? "Les prévisions sont maintenues à 1%. Cela peut être atteint à condition que les décisions de la BCE viennent vers les entreprises en leur redonnant confiance et que nous mettions enfin en oeuvre le pacte de responsabilité. Il faut passer à l'acte. Il va y avoir une légère croissance au deuxième trimestre aux alentours de 0,2%. Mais c'est l'action le plus important"

Des députés PS contestataires ? "Certains contestent sur tel ou tel point la politique menée mais c'est normal qu'il y ait des voix divergentes. (...) Nous n'avons pas changé de politique, on a toujours maintenu le cap contrairement à ce que certains veulent faire croire. A tort. 

Une baisse des impôts ? "Il n'y aura pas une seule augmentation d'impôts à partir de 2015. C'est terminé. Il va y avoir une diminution des impôts pour de nombreux ménages. Il va y avoir un vote pour entériner les baisses de cotisations pour les entreprises et pour les impôts des ménages".

Christiane Taubira, ministre de la Justice sur RTL

Grève du personnel pénitentiaire ? "Il y a une réalité de difficulté dans les conditions de travail. Il y a des besoins énormes. Les conditions de tension sont plus grandes. On a adopté un plan de sécurisation qui a été mis en oeuvre avec des portiques, des filets de protection. Ce plan de sécurisation a coûté 33 millions d'euros. Des choses ont été faites. (...) Je bataille pour expliquer les besoins de ce ministère, il faut donc des moyens. Une discussion budgétaire est en cours, le contexte est difficile".

La radicalisation islamique en prison ? "Elle existe mais il ne faut pas le sur-estimée. Des dispositions ont été lancées pour renforcer le renseignement pénitentiaire. Nous avons spécialisé les agents et nous les avons formé pour observer ce qui se passe vraiment dans nos prisons. 90 personnes sont suivies au niveau de la radicalisation. Nous avons aussi recruté des imams car les détenus doivent être mieux encadrés"

Le FN en tête aux européennes ? "Il ne faut pas prendre à la légère ce résultat. On ne peut pas imputer ce résultat à l'échec de François Hollande. La situation était grave avant que nous arrivions. Il y a une impatience légitime. Ce vote ne peut pas porter d'espoir. Ce parti politique n'a jamais renié son patrimoine, son histoire, sa philosophie, ses racines. Ils s'arrangent sur le dos de la République".

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !