Zapping politique du jour : Marine Le Pen, Sapin, Wauquiez... Tout ce qu'il faut retenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Zapping politique du jour : Marine Le Pen, Sapin, Wauquiez... Tout ce qu'il faut retenir
©Reuters

A ne pas rater

Zapping politique du jour : Marine Le Pen, Sapin, Wauquiez... Tout ce qu'il faut retenir

Atlantico.fr vous propose ce jeudi de retrouver les meilleurs moments de l'actualité politique.

La phrase du jour : Bertrand Delanoë, maire de Paris, dans une interview à l'AFP  

"L'interdiction du cumul des mandats va renforcer la crédibilité des responsables politiques et contribuer à restaurer la confiance de nos concitoyens".

La vidéo du jour : Pierre Laurent, secrétaire national du Parti Communiste, sur iTélé


L'essentiel de ce jeudi matin

Marine Le Pen, présidente du FN, sur RMC

Chiffres de la délinquance ? "C'est l'échec de Manuel Valls. On ne peut pas tout faire, aller sur le terrain soutenir des candidats socialistes pour les municipales et lutter contre la délinquance. C'est un scandale (...), dimanche prochain, il utilise les moyens de son ministère pour aller faire la campagne des municipales (à Hénin-Beaumont, ndlr) alors qu'il est ministre des élections et qu'on attendrait de lui une impartialité, bien entendu. Un homme qui ne respecte pas l'état de droit, la démocratie, la liberté d'expression et qui utilise de surcroît son poste de ministre plutôt que de s'attacher à répondre aux préoccupations en matière de sécurité des Français avec les résultats pitoyables qui sont les siens, eh bien, c'est un homme qui ne mérite pas d'être ministre de l'Intérieur. Sur la délinquance, il n'y a pas le début d'un commencement de réponse. C'est une augmentation de masse. Le cambriolage est un acte grave, c'est le viol de l'intimité. Et cela n'est pas pris en compte par Manuel Valls. L'ouverture des frontières a entraîné l'explosion de mafia et de réseaux criminels. Il faut arrêter de prendre le cas à l'envers. Il faut augmenter le nombre de places de prison et pas l'inverse. Il faut davantage condamner. 100 000 peines sont aujourd'hui non exécutées. C'est inadmissible. La baisse du nombre de policiers est catastrophique".

Syrie ? "Assad doit participer à un gouvernement de transition. Le principe d'un accord est de mettre toutes les personnes autour de la table. Ce n'est pas tout à fait le cas. Il faut que tout le monde soit là pour qu'il y ait réussite de l'accord".

Le pacte de responsabilité ? "Je ne fais pas confiance en François Hollande. Il ne décide rien, il est entre les mains de Bruxelles. Nous ne sommes plus un pays libre, c'est l'Europe qui décide. Ce pacte va échouer car les mesures ultra-libérales et d'austérité sont dictées par l'Europe et ça n'a pas marché ailleurs. (...) Baisser les charges des entreprises est inutile. Cela ne va porter ses fruits. Ces mesures ne sont pas efficaces et vont avantager uniquement les grandes entreprises. La seule chose à faire pour relancer la France est de dévaluer la monnaie. Il faut revenir dans un cercle vertueux".

Michel Sapin, ministre du Travail, sur RTL

Le pacte de responsabilité ? "L'objectif est de clarifier les choses pour les entreprises. On va supprimer la ligne pour les cotisations de la famille, cela va donc faire baisser les charges qui pèsent sur les entrepreneurs. Les choses sont donc simples. On va pouvoir redémarrer. J'aime le terme de contreparties car il ressort une confiance partagée, l'Etat s'engage sur ce qui pèse sur le travail et de l'autre côté, les entreprises participent à la bataille pour l'emploi. Mr Gattaz s'est engagé à embaucher 1 million de personnes".

"Les syndicats sont mécontents mais pas tous, certaines organisations sont prêtes à monter dans le train de la confiance. Les syndicats sont exigeants et ils sont dans leur rôle. La France va devoir aller de l'avant. Et pour compenser la baisse des charges, on va baisser la dette publique. On ne va pas augmenter des impôts. On veut avancer sur tous les fronts". 

Les impôts baisseront avant 2015 ? "Le but est que le chômage recule et que la croissance augmente. Si la croissance est au rendez-vous, il faudra rendre grâce aux Français et diminuer les impôts. (...) On coulait parce que les déficits augmentaient et que le croissance était molle et que le chômage était fort. Aujourd'hui, on remet à flot la France".

Laurent Wauquiez, député UMP, dans Le Figaro

Le retour de Nicolas Sarkozy ? "J'adore l'humour de Bernadette et sa capacité inébranlable à mettre les pieds dans le plat sans en avoir l'air! En ce qui concerne 2017, ­Nicolas Sarkozy reste évidemment une référence pour la droite et pour le centre, mais la question de son retour se posera en son temps".

Le pacte de responsabilité ? "Ne nous opposons pas par principe au pacte de responsabilité. Ce qui compte, c'est l'intérêt général du pays. Les attitudes politiciennes sont de la vieille politique dont les Français ne veulent plus. Ceux qui s'y adonnent seront balayés. Mais je suis comme saint Thomas: je jugerai aux actes. Jusqu'à présent, Hollande n'a fait qu'augmenter les charges et les impôts"

Le soutien de l'UMP à François Bayrou ? "Cette histoire me gêne. Pas parce que je suis animé par un désir de vendetta contre son choix en 2012, mais parce que je ne suis pas capable de dire aujourd'hui ce que sont les valeurs de François Bayrou, ni a fortiori si elles sont compatibles avec les miennes. Une clarification est urgente. Gagner des villes, c'est bien, mais pas à n'importe quel prix".

L'avenir de l'UMP ? "Ceux qui continuent à jouer la division et qui s'enferment dans des querelles de clans seront disqualifiés. (...) Avec la menace de déclin de la France, il est temps que l'opposition se réveille. Face aux erreurs accumulées par Hollande, nous devons incarner un nouvel espoir. Arrêtons d'être la droite la plus bête du monde: pas de divisions, davantage de propositions, une nouvelle offre politique !"

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !