Zapping politique du jour : Laurent Fabius, Peillon, Cambadélis... Tout ce qu'il faut retenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Zapping politique du jour : Laurent Fabius, Peillon, Cambadélis... Tout ce qu'il faut retenir
©Reuters

A ne pas rater

Zapping politique du jour : Laurent Fabius, Peillon, Cambadélis... Tout ce qu'il faut retenir

Atlantico.fr vous propose ce jeudi de retrouver les meilleurs moments de l'actualité politique.

La phrase du jour : Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte Ouvrière sur France 2

"Le gouvernement est lâche et pleutre, il est sans volonté face au grand patronat. Il n'a pas arrêté de s'aplatir"

La vidéo du jour : Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères sur iTélé

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


L'essentiel de ce jeudi matin

Vincent Peillon, ministre de l'Education nationale, sur RMC

Christiane Taubira insultée ? "Aujourd'hui, l'indignation s'exprime. Je donne raison à Christiane Taubira. Il y a une banalisation considérable du racisme. Il y a une libération inacceptable de la parole raciste. Mais sans doute nous n'avons pas été assez fermes".

L'affaire Leonarda ? "Le président a proposé de l'accueillir, elle n'a pas souhaité venir, la proposition tient toujours. C'était une sortie périscolaire. La France s'est légitimement émue, nous avons refait une circulaire pour ne pas que ça se reproduise".

Le cap gouvernemental ? "Les déficits sont passés de 5 points à 4,8. La dette est une créance sur l'avenir. Le pessimisme français est terrible. L'élection du président a été faite sur la priorité à la jeunesse, l'avenir du pays. La France doit renouer avec l'idée d'un avenir meilleur. On doit être capable d'inverser une tendance au déclin". 

Jean-Christophe Cambadélis, député PS sur RTL

Son cri ? "Les socialistes sont l'arme au pied, bousculé. On ne réagit pas comme si notre bilan ne pouvait pas être défendu devant les Français. On ne réagit pas à la hauteur des événements. J'enrage de voir cette situation où les socialistes sont dans les cordes. J'ai envie de leur dire 'battez-vous' , défendez le gouvernement'. Le président de la République ne peut pas se substituer à tous les responsables politiques de la gauche. François Hollande a de l'autorité à sa manière. Ce n'est pas le Général de Gaulle mais c'est une période particulière. 

"Oui le Premier ministre est à la hauteur de la situation, tous les jours il éteint un incendie. Les ministres sont également à la hauteur même si chacun peut avoir un coup de mou de temps en temps".

Le chômage en France ? "C'est vrai qu'il y a un certain nombre de plans sociaux mais on ne souligne jamais là où il y a des réussites. Le combat pour le redressement productif n'est pas assez souligné. On ne raconte pas les succès. Devant les événements, on les regarde, on les subit. C'est collectif, on agit pas aussi. Si nous ne faisons pas notre travail, forcément ça n'ira pas..."

Ecotaxe ? "Il faut la maintenir. La transition énergétique est une nécessité".

Xavier Beulin, président de la FNSEA, sur Europe 1

La crise bretonne ? "Je crois qu'on a besoin d'apaisement mais aussi de perspectives. Il y a un ras-le-bol général sur la fiscalité mais aussi un malaise plus profond de l'agroalimentaire et de l'agriculture. Sur l’écotaxe, je demande au gouvernement d’annoncer une exonération pour toute la filière agricole : agroalimentaire, production, fourniture. Deuxièmement, il faut absolument que Bruxelles nous donne un coup de main. Bruxelles n’est pas là pour nous punir, Bruxelles est là pour apporter des solutions".

"Toutes les régions ont envie de manifester leur désarroi et ça peut dégénérer. Je ne soutiens pas les violences, il faut maintenant négocier et dialoguer. Le gouvernement doit entendre qu'il s'agit d'un sujet général qui concerne l'ensemble de l'agriculture. Il faut prendre conscience que le problème est grave. Entendons bien le cri d'alarme de tous les secteurs de l'agriculture. La FNSEA demande depuis 4 ans de reprendre ce dossier.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !