Zapping politique du jour : Jean-Marc Ayrault, Fabius, Villepin, Joly... Tout ce qu'il faut retenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Zapping politique du jour : Jean-Marc Ayrault, Fabius, Villepin, Joly... Tout ce qu'il faut retenir
©Reuters

A ne pas rater

Zapping politique du jour : Jean-Marc Ayrault, Fabius, Villepin, Joly... Tout ce qu'il faut retenir

Atlantico.fr vous propose ce jeudi de retrouver les meilleurs moments de l'actualité politique.

La phrase du jour : Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, sur Europe 1 (depuis Kiev)

"Tout ce qui peut arrêter la violence est bon à prendre, mais ce serait une erreur grave de dire que le pays est redevenu calme", a-t-il déclaré, alors que le président ukrainien a annoncé une "trêve" mercredi soir. Pas dupe, Laurent Fabius a ajouté : "A Ianoukovitch, que je vais voir, je dirai qu'il faut arrêter la violence qui est évidemment inacceptable et que nous nous apprêtons à prendre cet après-midi des sanctions contre ceux qui sont responsables de la violence".

La vidéo du jour : 


L'essentiel de ce jeudi matin

Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, sur France Info

"L'Union européenne soutient les valeurs de la démocratie, il faut que le dialogue politique reprenne", a déclaré le chef du gouvernement à propos de la situation en Ukraine. Jean-Marc Ayrault, qui s'est inquiété d'un "engrenage dangereux et d'abord pour les Ukrainiens", a espéré que des "décisions fortes, des sanctions" seront prises par les chefs de la diplomatie française, allemande et polonaise, présents à Kiev ce jeudi.

Le Premier ministre s'est par ailleurs amusé des rumeurs de remaniement le concernant. "Ca me fait sourire", a-t-il dit. "Les spéculations, je les renvoie au bon sens". "Je suis au service de la politique, au service de la France [...] le président me fait confiance", a-t-il martelé. "Je veux redonner de la confiance et de l'espoir", alors que tous les chefs d'Etat européens "sont dans cette situation de crise, qui dur depuis 5 ans". 

Dominique de Villepin, ancien ministre des Affaires étrangères,sur Europe 1

Il a notamment parlé de la situation en Ukraine, alors que plusieurs dirigeants européens et les Etats-Unis ont lancé un avertissement mercredi au régime de Ianoukovitch. Une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l'UE doit avoir lieu ce jeudi à Bruxelles. A cette occasion, "toutes les options seront étudiées [...] y compris des sanctions contre les responsables de la répression", a prévenu Catherine Ashton, la chef de la diplomatie européenne.

"Tout doit être fait pour privilégier une solution politique", a déclaré Dominique de Villepin. Le président Ianoukovitch a annoncé une "trêve" mercredi soir, mais "le responsable politique ne doit pas se satisfaire d'un simple mouvement de conscience, il a le devoir d'éviter ce qui se profile : un nouveau bain de sang, et surtout une guerre civile. Il doit faire en sorte que l'opposition et le pouvoir puissent se parler", a poursuivi l'ancien chef de la diplomatie. 

Interrogé sur le rôle de la France et de l'Europe dans cette crise, Dominique de Villepin a regretté que "nous ayons perdu trois mois".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !