Zapping politique du jour : Jean-Christophe Cambadélis, Royal, Wauquiez... Tout ce qu'il faut retenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Zapping politique du jour : Jean-Christophe Cambadélis, Royal, Wauquiez... Tout ce qu'il faut retenir
©Reuters

A ne pas rater

Zapping politique du jour : Jean-Christophe Cambadélis, Royal, Wauquiez... Tout ce qu'il faut retenir

Atlantico.fr vous propose ce jeudi de retrouver les meilleurs moments de l'actualité politique.

La phrase du jour : François Fillon, député UMP dans les Echos

"La France est le seul pays européen qui refuse l'obstacle des réformes de structure et du respect des règles communes. (...) Je crains la réaction des États et des investisseurs. La France n'est plus perçue comme un leader en Europe, mais comme un problème"

La vidéo du jour : Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, sur iTélé

L'essentiel de ce jeudi matin

Jean-Christophe Cambadélis, député PS et futur premier secrétaire du Parti socialiste sur RTL

Déjà Premier secrétaire du PS ? "Pas encore, la décision sera prise mardi. Les militants seront consultés avant 2015 sur le rôle du Premier secrétaire et les grandes orientations à prendre. Harlem Désir m'a choisi après m'avoir appelé pour savoir si je voulais prendre sa place. Il m'a convoqué et m'a dit qu'il fallait que je réfléchisse. Guillaume Bachelay a refusé le poste. Je pense que Harlem Désir en a parlé avec le président et le Premier ministre mais je n'ai pas construit cette candidature".

Harlem Désir échoue aux municipales et va pourtant au gouvernement ? "Je ne comprends pas les critiques qui entourent cette nomination. C'est excessif. Tout le monde connaît sa passion pour l'Europe et je crois que ce sera un bon secrétaire d'Etat à son poste. On peut avoir échoué à des responsabilités et avoir malgré tout du talent. Ce n'est pas incompatible. Il n'a pas réussi mais il a une spécialité. Il a une hyper qualification sur le sujet européen. En plus, il n'était pas candidat aux municipales. Ce n'est pas anormal selon moi qu'il rentre au gouvernement".

François Hollande à la barre de tout ? "Il ne s'occupe pas de la constitution du parti. Il a un regard amical sur son ancienne formation politique mais il n'intervient pas dans les négociations du parti socialiste, je vous le promets. Il ne s'en mêle pas du tout alors que moi j'aimerais qu'il y ait encore plus de dialogue".

Laurent Wauquiez, député UMP, sur RMC

Harlem Désir ? "Il n'a pas fait le job et on le met secrétaire d'Etat aux affaires européennes. C'est le symbole de l'échec, de l'immobilisme. La France est faite de nains politiques qui ne veulent rien changer et surtout pas l'Europe. Cela fait 30 ans que sur l'Europe, on fait semblant que ça marche à gauche comme à droite". 

Son livre sur l'Europe ? "Ma conviction c'est qu'on a fait n'importe quoi en faisant rentrer les pays d'Europe centrale. L'Europe s'est trop élargie et il faut revenir à une Europe cohérente avec les mêmes règles économiques et sociales. Certains pays n'ont plus le même niveau. Nous sommes trop nombreux. Il faut rassembler 6 pays : l'Allemagne, la France, l'Espagne, l'Italie, les Pays-Bas et la Belgique. On a perdu la cohérence, il faut revenir à une dynamique. On doit corriger cette erreur des années 80".

"Je veux garder l'euro. Sur l'euro, il faut un groupe fixe qui décide. Il faut être capable de dire qu'on a fait une erreur et la corriger. Je pose aujourd'hui un diagnostic".

3% de déficit public imposé par Bruxelles ? "Il faut les respecter mais c'est pour nous qu'il faut les respecter, pour nos enfants. Je serai au gouvernement, je ferai des économies sur le fonctionnement administratif et je dirai à Bruxelles d'investir dans la recherche ou dans l'industrie. On est en train de plomber nos comptes et on ne sera plus capable d'investir. L'Europe, elle est incapable de lancer des grandes infrastructures. On a perdu d'ambitions à Bruxelles".

Nathalie Kosciusko-Morizet, ex-candidate UMP à la mairie de Paris, sur France 2

Harlem Désir, secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères ? "Je ne suis pas d'accord avec ce qui a été fait, un remaniement, ce n'est pas pour convenance personnelle. Il a échoué au Parti socialiste. C'est tellement français ! Pour exfiltrer quelqu'un, on le promeut. Quel message envoie-t-on aux autres Européens, aux Français à deux mois des élections européennes? C'est le poste où l'on recase quelqu'un dont on ne sait plus quoi faire. C'est une offense faite à l'Europe"

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !