Zahra Eshraghi, la petite fille de l'Ayatollah Khomeini, assure que l'Iran ne s'en sortira que par les réformes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Zahra Eshraghi, la petite fille de l'Ayatollah Khomeini, assure que l'Iran ne s'en sortira que par les réformes
©

Entretien

Zahra Eshraghi, la petite fille de l'Ayatollah Khomeini, assure que l'Iran ne s'en sortira que par les réformes

Zahra Eshraghi a expliqué dans une interview que "l'Iran est au bord du précipice ".

La petite fille de l'Ayatollah Rouhollah Khomeini qui a fondé la République islamique, a beaucoup de choses à dire sur l'Iran. Et toutes ne sont pas agréables à entendre. Dans une interview donnée au site iranien Anarpress, Zahra Eshraghi explique ainsi que "l'Iran est au bord du précipice. Tour le monde sait que le pays doit faire face à une situation critique ".

La femme de Mohammad Reza Khatami, frère de l'ancien président réformiste Mohammed Khatami, explique ainsi que les hommes politiques doivent vite trouver une solution avant qu'il ne soit trop tard. " Ils pensaient peut-être que nous pouvions agir de façon indépendante et que nous n'avions pas besoin du monde. Mais si l'Occident a besoin de nous, nous avons également besoin de lui ".

La femme âgée de 49 ans évoque également les conséquences des sanctions des Occidentaux sur la vie de tous les jours en Iran. Et Zahra Eshraghi de citer la pollution due à l'utilisation d'essence de mauvaise qualité. L'embargo sur le pays oblige en effet les Iraniens à ne consommer que des l'essence produite localement qui est bien plus polluante.

La mère de deux enfants voit donc comme seule chance de l'Iran pour se sortir de sa situation de faire des réformes. " Si ces personnes ne changent pas leur façon de penser, rien ne changera jamais car cette façon de pensée ne veut pas que l'Iran progresse et soit en paix, au calme. Le seul moyen est de réformer le pays ".

Zahra Eshraghi critique donc le président Mahmoud Ahmadinejad et notamment le fait qu'il ait arrêté le travail des organisations non-gouvernementales.

 

Lu sur The Atlantic

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !