Yvelines : un enfant battu pour cause d'exorcisme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Les deux bourreaux ont été écroués
Les deux bourreaux ont été écroués
©Reuters

Le Diable est en lui

Yvelines : un enfant battu pour cause d'exorcisme

Un petit garçon âgé de 8 ans a été martyrisé par sa tante et son beau-père sous prétexte d'abjuration. Les deux adultes ont été ont été mis en examen.

Le juge d'instruction de Versailles en charge de l'affaire a inculpé les bourreaux pour "violences avec arme en réunion sur mineur de moins de 15 ans" et "délaissement de mineur" selon le site RTL.fr qui révèle l'affaire. Abandonné sur un parking et transis de froid, le petit garçon a été retrouvé par un veilleur de nuit d'un hôtel Formule1 d'Achères. Il avait le corps couvert de contusions et était très craintif.

C'est alors que l'enfant explique qu'il a été abandonné par son beau-père et sa tante qui le maltraitent. Il insiste sur sa tante en particulier, âgée de 25 ans, qui veut le désenvoûter. Les pompiers, alertés par le veilleur de nuit, sont intervenus sur place pour lui donner les premiers soins nécessaires.

La tante qui se serait installée au domicile familial de l'enfant il y environ une semaine aurait obligé le garçonnet, d'après ses premières déclarations, à tendre les bras tout en levant la tête et les yeux au ciel avant de recevoir des coups de bâton. Au même moment, son beau-père en profitait pour lui donner des coups de ceinturon.  Cet acharnement de violences se serait fait dans le cadre d'un exorcisme en vue de baptiser prochainement l'enfant de 8 ans.

Placés en garde à vue, le beau-père et la tante ont été écroués tandis que le garçon a été pris en charge par une famille d'accueil, selon RTL.

Lu sur le Parisien.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !