Xavier Bertrand appelle les Républicains « à ne pas être dans le camp des bloqueurs » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Xavier Bertrand appelle les Républicains « à ne pas être dans le camp des bloqueurs »
©LUDOVIC MARIN / AFP

Sa vision

Xavier Bertrand appelle les Républicains « à ne pas être dans le camp des bloqueurs »

Dans un entretien au Point, le Républicain a donné sa vision de ce que doit être l'attitude de son camp à l’Assemblée

Dans un entretien au journal Le Point, publié ce mercredi, Xavier Bertrand a invité son parti à « ne pas être dans le camp des bloqueurs » durant ce nouveau quinquennat.

« Le sujet n'est pas de savoir si ce quinquennat sera réussi pour Monsieur Macron, mais s'il sera utile aux Français », a-t-il ajouté.

Depuis le début de la législature, l’ambiance est rude dans l’hémicycle. Dans la nuit de mardi à mercredi, un article du projet de loi de « veille et de sécurité sanitaire » a notamment été rejeté en fin de soirée, par 219 voix contre 195, grâce à une conjonction de votes du RN, d'une majorité de la Nupes et d'une poignée de députés LR.

En réaction, Xavier Bertrand a lancé :  « Regardez l'Assemblée, tout cela commence à ressembler furieusement à la IVe République ! », avant de prévenir : « prenons garde que les Français ne pensent pas que les parlementaires sont devenus la priorité alors qu'eux-mêmes souffrent ».

Il a également affirmé que « l'Histoire ne doit pas retenir qu'Emmanuel Macron aura fait passer des textes grâce au FN ». « La seule façon » d'éviter cette situation, « c'est d'entendre les LR (...) seuls capables de présenter des propositions solides et de faire passer les textes indispensables ».

Il conclu sur le fait qu’il n’est « pas question d'avoir la moindre complaisance à l'égard des extrêmes », lorsque l'actuelle gouvernance de la France fait « face à deux risques : celui d'une crise politique majeure, mais aussi celui de l’immobilisme ».

BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !