Xavier Bertrand : "Je ne suis pas En marche " | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Xavier Bertrand : "Je ne suis pas En marche "
©ERIC PIERMONT / AFP

Juré, craché

Xavier Bertrand : "Je ne suis pas En marche "

"Je sais que beaucoup pensent que je suis en train de me rallier ou de me préparer à me rallier, mais ça ne sera pas le cas" a indiqué l'ancien membre des Républicains.

Son départ des Républicains le mois dernier (qu'il dit ne pas "regretter") avait semé le doute : Xavier Bertrand allait-il rallié Emmanuel Macron et devenir un "Marcheur" ? Dans un entretien accordé au Parisien, l’intéressé a démenti : "Je sais que beaucoup pensent que je suis en train de me rallier ou de me préparer à me rallier, mais ça ne sera pas le cas" a-t-il lancé." Car je ne suis pas macroniste, je ne suis pas En Marche !".

Le président de la région Hauts-de-France a adressé plusieurs réserves à l’encontre du chef de l’Etat. "Sur toutes les questions régaliennes, je ne pense pas qu'il ait totalement conscience des menaces" ou encore : "J'ai de véritables inquiétudes. Le rôle d'un président, c'est de rassembler. Or, j'ai le sentiment que la politique qu'il mène avec son gouvernement n'est pas une politique pour tous les Français et pour tous les territoires".

Toutefois, l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy a également accordé quelques bons points au patron d'En Marche. "À l'international, n'ayons pas peur de le dire, l'image de la France est de retour" a-t-il estimé. Invité de RTL ce mercredi matin, Xavier Bertrand a donné son avis sur le projet de loi asile et immigration, qui selon lui, "va dans la bonne direction. Si j'étais parlementaire, je la voterais, parce qu'elle permettra plus d'efficacité et je pense qu'elle est plutôt équilibrée".

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !