Wikileaks révèle l'humour particulier de Bachar Al-Assad | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Wikileaks révèle l'humour particulier de Bachar Al-Assad
©

LOL

Wikileaks révèle l'humour particulier de Bachar Al-Assad

Parmi plus de 500 mails envoyés par Bachar Al-Assad, aucun secret d'Etat mais des dizaines de blagues graveleuses et misogynes.

"Je n’ai pas peur du terrorisme. J’ai été marié pendant deux ans" ou encore "Nous nous tenons toujours par la main. Si je la laisse aller, elle entre dans les magasins". Voilà le genre de blagues que Bachar Al-Assad pouvait envoyer à ses proches collaborateurs et notamment à sa traductrice avant le début de la révolution syrienne.

Sur les 2 434 899 mails des Syria Files révélés par WikiLeaks, 538 e-mails ont été envoyés par [email protected], l’adresse e-mail de Bachar el-Assad. On y trouve notamment des dizaines de blagues, parfois subtiles, mais pour la plupart graveleuses. Ci-dessous, une sélection des meilleures.

Dans un mail intitulé, "Générosité Britannique", Bachar Al-Assad écrit : 

"Les USA envoient des troupes. L’Arabie Saoudite du pétrole. La Nouvelle-Zélande des moutons, des bovins et de la nourriture. Les pays d’Asie du sud est de la main d’œuvre pour rebâtir les infrastructures. L’Australie du matériel et des équipes médicales. Pour ne pas être en reste, la Grande-Bretagne renvoie ses deux millions de Pakistanais. God Bless British generosity…"

En février 2010, il écrivait un email intitulé “Les femmes qui savent rester à leur place” et raconte comment la journaliste américaine Barbara Walters s’était étonnée de voir les femmes afghanes continuer à marcher plusieurs pas derrière leurs maris, comme du temps des Taliban :

"Pourquoi semblez-vous si heureuse de perpétuer cette vieille coutume que vous cherchiez pourtant désespérément à abolir ? La femme regarde Mme Walters droit dans les yeux et, sans hésitation, lui répond : “les mines antipersonnelles”. Moralité de l’histoire : derrière chaque homme, il y a une femme intelligente !"

Le 26 février 2011, 15 jours après la fuite (et la démission) d’Hosni Moubarak d'Egypte, Bachar el-Assad envoyait un un mail dont l'objet était “Un nouveau mot dans le dictionnaire” :

"Moubarak (verbe) : accrocher, coller quelque chose. Exemple : “je vais te frapper et te moubaraker au mur”, ou “tu peux moubaraker les différentes pièces pour les faire tenir ensemble”.
Moubarak (adjectif) : long à apprendre ou comprendre. Ex : “Pourquoi avez-vous besoin d’être aussi moubarak ?”
Moubarak (nom) : ex-petite amie psychotique qui n’arrive pas à comprendre que c’est fini."

Lu sur Owni

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !